Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Petit Bleu de la Côte Ouest

Note: 2.84/5
(2.84/5 pour 19 avis)

Adaptation du roman éponyme de Jean-Patrick Manchette


Adaptations de romans en BD Tardi

Georges Gerfaut est un jeune cadre dynamique qui roule à 145 km sur le boulevard périphérique; Il est trois heures du matin, il a bu cinq verres de bourbon Four Roses. Le fait qu'il ait tué au moins deux hommes au cours de l'année n'est pas forcément la raison pour laquelle il file ainsi sur le périphérique. . texte : humanos

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Petit Bleu de la Côte Ouest
Les notes (19)
Cliquez pour lire les avis

12/09/2005 | ArzaK
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Le titre de l’album est intrigant, et ne dévoile pas grand-chose de son contenu, ne faisant référence qu’au style de musique de jazz écouté par le héros, Gerfaut, lors de ses virées en bagnoles. C’est une adaptation de Manchette (un des auteurs favoris de Tardi avec Léo Malet), et on y retrouve son style. Manchette se disait éloigné du roman classique, de la grande littérature, et son style est assez froid, presque clinique. L’essentiel de l’action est commenté en voix off, à la troisième personne, l’action elle-même se déroulant comme au ralentie, dans un long flash-back. On n’en sait pas beaucoup sur les personnages – alors même que certaines de leurs manies sont mises en avant, et Gerfaux, héros malgré lui de cette histoire, n’a pas la carrure de l’emploi. L’histoire de cet homme qui cherche à échapper à des tueurs – et qui en devient un lui-même, dans une ambiance rejetant toute idée de morale, se laisse lire agréablement, pour peu qu’on soit réceptif au rythme de Manchette. Le dessin de Tardi est lui très classique, sans surprise. Un album à recommander aux amateurs de polar.

19/04/2017 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Pas mal et tirant vers la note supérieure. Que voilà du bon polar, classique certes, mais avec surtout chez Manchette et que le dessin de Tardi retranscrit bien: une ambiance. Les personnages ne sont jamais blancs ou noirs, particulièrement le héros qui ici est un cadre ordinaire, avec un mal être ordinaire et qui se trouve confronté à l'extraordinaire. Nous sommes à des kilomètres des héros survitaminés habituels. L'histoire sait prendre son temps, entre moments d'actions et d'autres plus apaisés en apparence. La France des années 70 est bien rendue, sans forcer le trait de la reconstitution à tous prix. Au final un bon moment de lecture qui ne vous lâche plus une fois commencé.

20/12/2014 (modifier)

Décidément, à chaque fois, le même scénario avec ces polars tirés du duo Tardi-Manchette: je sais pas quoi prendre, allez, un polar de Tardi, pffffff, la couv est pas terrible, si ça se trouve, ça va être chiant.... ....et une fois dedans, pas moyen de décoller ! L'atmosphère de la France des années 70 est très bien rendue, et l'on vit vraiment cette histoire comme un spectateur intégré à l'action. Comme toujours dans ce type de production, le début est difficile à comprendre, on ne distingue pas où l'on va nous emmener, ce qui motive énormément la lecture, afin de connaite le dénouement. Graphiquement, du Tardi pur jus, noir et blanc, avec ses gueules sorties d'on ne sait où, toujours idéal pour raconter le style du néopolar noir de Manchette. Encore une belle réussite, au même titre que les autres opus du duo: Ô dingos, ô châteaux ! ou encore Le Der des ders de Daeninckx. (285)

13/03/2014 (modifier)
Par jurin
Note: 3/5

Même si il y a quelques invraisemblances, j’ai néanmoins apprécié ce polar écrit par le tandem Manchette – Tardi. Mon principal reproche est le manque de rythme à certains moments de la course poursuite entre Georges Gerfaut et les deux tueurs à gages, des pauses trop longues qui nuisent à la dynamique de ce genre de récit. Le dessin de Jacques Tardi est inégal, certaines planches ne sont pas à la hauteur de sa réputation.

28/11/2010 (modifier)
Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

Attention, lecture fastidieuse en perspective ! Ce polar, adapté d’un roman, en reprend le style narratif descriptif inutilement pesant. C’est lourd et il faut s’accrocher pour ne pas décrocher. Dommage car l’histoire en elle-même pourrait être intéressante si on fait abstraction de certaines facilités scénaristiques. On se trouve devant un road movie ou une personne lambda se trouve au cœur d’une traque sans en connaître les raisons. Mais le descriptif en voix off est décidément trop lourd et plombe la lecture. Le trait de Tardi est sympa même si la nature même de ce récit ne lui permet pas d’exprimer tout son talent. A déconseiller.

10/08/2010 (modifier)
Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

Je n'avais jamais lu Tardi jusqu'à présent parce que je n'aime pas du tout son style graphique. Mais à lire tant d'éloges sur son talent de narrateur et/ou de scénariste, je me suis dit qu'il fallait tout de même que j'essaie car un bon scénario (qui n'est pas de lui dans le cas présent...) peut tout à fait faire oublier un dessin qui ne soit pas à mon goût. En ce qui concerne ce petit bleu de la côte ouest, je dirais "bof", ça se lit bien, mais l'histoire ne m'a pas passionnée. En fait j'ai terminé ma lecture pour voir comment ça allait se finir mais sans réel intérêt pour le héros, son entourage ou les raisons de toutes ces péripéties. Techniquement c'est bien construit, la boucle est bouclée, mais cette histoire n'a rien provoqué de spécial chez moi. J'ai encore en réserve C'était la guerre des tranchées et La Débauche pour continuer à découvrir cet auteur, qui sait, peut-être y trouverai-je mon bonheur.

11/09/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

J'ai bien aimé cette histoire mais la lecture fut fastidieuse. La narration est lourde, décousue dans la première partie du récit. L'histoire commence péniblement. Heureusement qu'au fil de la lecture, les défauts s'atténuent. Je me suis accroché et la seconde partie de ce one shot fut comme une récompense. Ce récit est fidèle à l'esprit de Tardi mais il n'offre pas le confort de lecture de ses autres BD. Le dessin N&B est typique de l'auteur et excellent. Sur ce point, il n'y a pas de tromperie. Au final, on a une histoire intéressante mais mal traitée.

25/08/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

"Le Petit bleu de la côte Ouest" possède un côté sombre et désabusé que j'aime bien, mais malgré ça l'histoire ne m'a pas beaucoup passionné. Le problème, c'est que la chasse à l'homme que subit le héros est un peu trop longue. À la fin, j'avais perdu tout intérêt pour le récit. Heureusement, les dernières pages sont intéressantes. On sort enfin de la chasse à l'homme et on est dans une enquête policière (très courte d'ailleurs). C'est dommage que l'histoire soit plus une poursuite qu'un vrai récit policier.

05/08/2009 (modifier)
Par Gros Bide
Note: 3/5

Je l’ai lu il y a quelques mois. J’en garde un bon souvenir. Je suis tombé dessus un peu par hasard à la médiathèque. Il n’avait pas été rangé dans la pile regroupant les « Tardi ». En fait, je l’ai trouvé dans les M : le bibliothécaire l’avait enregistré sous le nom de Manchette, ce qui peut sembler curieux au rayon BD… J’ai passé un bon moment. Soyons clairs, ce n’est pas la Bd du siècle. Ce n’est pas non plus une œuvre majeure de Tardi mais ça reste une Bd très correcte. J’ai notamment apprécié la première partie. On rentre sans problème dans l’histoire. L’épisode des vacances à la plage est particulièrement savoureux, grâce notamment aux deux méchants qui sont des personnages intéressants. Ils apportent une dose d’humour bienvenue au cœur d’un récit noir. En revanche, j’ai moins aimé la seconde partie (un peu de lassitude sans doute) mais le final se tient. Bref, voilà un bon petit polar, rehaussé par les dessins de Tardi (d’ailleurs je ne sais pas si j’aurais lu cette BD si son nom n’avait pas figuré sur la couverture), sans pour autant être du niveau de la série des Nestor Burma.

23/03/2009 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

En règle générale, j’aime bien les adaptations de Tardi, ses Nestor Burma en particulier. J’ai cependant eu du mal à passer le premier tiers du « Petit bleu de la côte Ouest». Mais passé ce premier tiers, j’ai enfin été pris par l’histoire. Je trouve cependant le scénario moins riche, moins surprenant et plus improbable que les œuvres précitées. Le héros, pourtant pas du tout préparé à ce qu’il a à subir, échappe un peu trop facilement à un sort qui aurait dû être inéluctable. Ca se laisse lire, mais sans être transcendant, et comme je l’ai déjà dit, le démarrage est assez difficile. Le dessin de Tardi reste, quant à lui, égal à lui-même. Un noir et blanc épais qui ne me déplait pas sans être parmi mes préférés.

05/03/2009 (modifier)