Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Louis Ferchot

Note: 3.43/5
(3.43/5 pour 7 avis)

Voici la jeunesse de Louis La Guigne, où l'on apprend à comprendre son caractere rugueux et révolté.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Afrique Noire Le Colonialisme Prequel

1910, Camille Ferchot vient de mourir en laissant une veuve et un fils de 19 ans, Louis. Louis se fait embaucher à l'usine où travaillait son père. Le travail à l'usine est dur mais Louis n'est pas encore rebelle. Il aura cependant souvent à faire le choix entre ses principes, son patriotisme et ses amitiés et il endurera les épreuves qui feront de lui un homme révolté. Voici la jeunesse de Louis La Guigne, où l'on apprend à comprendre son caractere rugueux et révolté.

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1998
Statut histoire Série terminée 8 tomes parus
Couverture de la série Louis Ferchot

12/08/2005 | Ro
Modifier


Par McClure
Note: 3/5
L'avatar du posteur McClure

Très bonne série que celle-ci. Ma note serait plus 3,5. Je suis assez heureux de mes lectures de cette collection Vécu de Glénat qui nous sert des histoires dans l'Histoire. C'est parfois excellent (mention spéciale à Malefosse et aux 7 vies), souvent bon. Je n'avais été que moyennement convaincu par contre par la série Louis la Guigne. Quand j'ai pris récemment à la médiathèque la série Louis Ferchot, je ne savais pas du tout qu'il s'agissait d'un préquel à celle-ci. Et la lecture de l'originale remonte à suffisamment loin pour que je n'ai pas fait le rapprochement. J'ai vraiment aimé cette série qui nous plonge dans l'immédiat avant guerre (1ère) à une époque de disette économique, où les relents d'un conflit qui arrive se font déjà sentir, où il est écrit que l'on va y aller, reste à savoir quand. L'auteur nous fait suivre son héros dans plusieurs situations historiques, d'abord simplement employé d'une usine dans un contexte de lutte des classes et d'entre-soi bourgeois. Il va devoir se défaire d'une histoire de moeurs et de justice dans un environnement de fin d'aristocratie, de nom et de fortune mêlés. Nous avons affaire à un Louis très respectueux des codes et classes mais qui va devoir évoluer pour survivre. Il va ensuite se retrouver confronté à un réseau d'espionnage ennemi autour d'espionnage industriel de premier fusil semi-automatique. C'est cette fois-ci son patriotisme et ses valeurs morales qui se retrouvent confrontées aux nécessités de survie (pour sa mère) et de choix complexes. Puis, au fil des albums, il intègre l'armée en tant qu'appelé, d'abord pendant ses classes où il va de nouveau se retrouver confronté à l'espionnage, cette fois concernant le chiffre, puis sur la thématique de la colonisation. Louis se montre d'abord contraint par son environnement, il n'est pas meilleur que les autres, il va juste réagir, il va d'abord être obligé pour des raisons personnelles (mère malade, relation amoureuse) de faire face et seulement après viendra l'acte héroïque. C'est un bon parti pris parce que cela fait du héros une personne normale, mue par des intérêts personnels et ceux ci vont être proches de l'intérêt commun. Il n'est par exemple pas exempté immédiatement d'un premier regard condescendant et "supérieur" sur les peuplades colonisées. Il est dans son époque. Il va juste progresser. J'aime bien cette lecture plutôt que celle d'un chevalier blanc pur et parfait qu'on nous donne à lire parfois. Graphiquement, c'est très bien fait, quelques erreurs ça et là, mais on est dans le trait réaliste classique de cette période de BD. Cela colle parfaitement. Bref une belle série "à la papa" donc pour moi.

17/03/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

En 1982, j'avais suivi dès le début Louis la Guigne qui débutait dans Circus puis qui fut poursuivie dans Vécu, je l'avais appréciée, sans pour autant me passionner, étant à l'époque encore jeune ; aujourd'hui, plus au fait de certains événements et plus intéressé par l'Histoire contemporaine, j'ai lu cette série parallèle qui a débuté en 1998, je crois directement en albums, et je l'ai finalement préférée à Louis la Guigne (je tenterai peut-être un jour une relecture de celle-ci pour mieux la comprendre avec un nouveau regard). Ayant lu aussi depuis plusieurs années d'autres Bd scénarisées par Frank Giroud, je me rends compte de son grand talent toujours précis et documenté dans ses scénarios, et il le prouve de façon magistrale ici, en évoquant le jeunesse de son héros et en levant un coin du voile sur son passé mouvementé. Louis ne part pas dans la vie avec de bonnes cartes en main, il affronte de dures réalités, et à ce titre, j'ai trouvé le tome 1 vraiment réussi dans sa description d'un milieu social, car tout part de là ; il est remarquablement agencé et permet déjà à travers les réactions de Louis, de percevoir le caractère rebelle et déterminé de celui qui sera le héros de Louis la Guigne. L'aspect social est bien démontré par Giroud toujours aussi doué dans ses recherches sur cette période de début de siècle, où malgré les progrès de la technique, la misère et les difficultés pour gagner son pain étaient bien réelles dans le monde ouvrier. Le contraste entre la classe ouvrière et le patronat était bien plus grand et bien plus injuste qu'aujourd'hui. Mais à y bien regarder de près, on s'aperçoit que mises à part certaines améliorations dans les conditions de travail, la sécurité et certains droits, ça n'a pas tellement changé, il y a toujours un décalage plus ou moins profond sur le plan salarial. La justice à 2 vitesses ("selon que vous serez puissant ou misérable" comme disait La Fontaine) existe encore de nos jours. Le langage d'époque est bien adapté et ne sonne pas faux, les anachronismes dans ce domaine étant souvent fréquents dans certaines Bd. Chaque tome de la série peut se lire comme un one shot, ils sont assez indépendants tout en formant un tout, et chacun explore un milieu différent : le premier est très marqué par le social et le travail en usine, les autres sont plus aventureux, allant de l'espionnage à la vie de caserne en passant par l'Afrique Equatoriale Française (le temps des spahis) ou la colonisation à Madagascar. Seuls les tomes 5 & 6 se suivent en fait ; mais j'ai trouvé les tomes 7 & 8 moins intéressants. Le procédé de "caméra subjective" à ma connaissance peu ou pas employé en BD est ici une technique insolite et plus atypique qu'au cinéma où elle est employée plus couramment, mais mis à part ça, ces 2 derniers albums ne terminent pas pour moi la série en beauté, le récit semble plus creux et moins captivant. La Bd n'en reste pas moins une excellente série historique dans son ensemble, elle profite en plus d'un élément capital à mes yeux : le dessin clair, joli et détaillé de Courtois, conforme à la ligne éditoriale de la collection Vécu ; le dessinateur s'applique dans ses décors et tente quelques cadrages intéressants, je le préfère nettement au dessin de Dethorey, plus rude et moins dégrossi (surtout au début), sinon on peut dire que les 2 graphismes sont assez proches, si bien que la jonction graphique du visage de Louis est bien acceptée par les lecteurs ayant lu d'abord Louis la Guigne.

31/12/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Très bonne série historique. Chaque album nous montre un moment de l'histoire de la France et de ses colonies. On suit aussi l'histoire de Louis Ferchot dont l'évolution psychologique est très bien montrée. Les histoires sont captivantes et les personnages intéressants. J'avoue avoir un faible pour les deux derniers tomes. Le suspense est incroyable et utiliser la technique de la caméra suggestive était une excellente idée et cela donne des cases que je n'avais jamais vues avant !

22/05/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai abordé cette série sans connaître la série parallèle Louis la Guigne. C'est tant mieux. On suit le parcours d'un jeune homme qui visiblement va se radicaliser au cours de sa vie dans sa lutte contre les injustices. J'ai surtout aimé le fait que ce jeune homme de 19 ans qui vient de perdre son père va être respectueux de la société et de l'ordre établi. Il va d'abord se montrer très conciliant avec les patrons en essayant de les comprendre. La vie des ouvriers en 1910 n'est pas facile car les conditions de travail sont déplorables. Les accidents du travail sont lots quotidiens. Le taylorisme fait des ravages. Les inégalités sont également criantes. Le rapport entre le salaire d'un ouvrier de base et celui du dirigeant de l'entreprise est de 7000 comme l'indique un syndicaliste dans le récit. On peut dire que du progrès a été réalisé en un siècle! Cependant, on peut légitimement s'interroger sur la différence de salaire qui paraît flagrante. Je sais qu'il y aura toujours quelqu'un pour légitimer les inégalités en taxant ceux qui essayent de comprendre les mécanismes de "gauchiste". Louis Ferchot est une bd qui fait réfléchir sur les dysfonctionnements du système capitaliste. A l'heure où la crise sévît à cause d'une petite poignée d'irréductibles personnes désireuses de s'enrichir sans foi ni loi, il est peut-être bon de se replonger dans le passé de notre société industrielle. On se rend compte que des choses n'ont pas changé. Qu'il y aura toujours des laissés pour compte face à un pouvoir arrogant et à une justice du côté des plus forts. Pour en revenir à la série, il est dommage qu'elle prenne un tournant dès le second album où le jeune Louis s'engage dans l'espionnage avant de se retrouver muté en Afrique pour cause d'indiscipline. Il y a déjà de la rébellion chez ce gars là. Cette série historique retranscrit à merveille l'ambiance de la belle époque et de la première guerre mondiale. On découvre surtout un aspect un peu méconnu de la guerre située plutôt du côté des civils, dans les villes et les campagnes. Louis Ferchot est une chronique sociale réussie ainsi qu'un très bon témoignage historique.

26/02/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

A l'aube de la Première Guerre Mondiale, Louis, adulte mal encore équarri, tente de survivre dans une société au bord du gouffre. Il ne demande rien et veut simplement survivre et aider les siens. Louis va pourtant être immergé dans d'incroyables mésaventures qui le dépassent. Mais au-delà de ces rebondissements, les auteurs de cette saga nous construisent un personnage qui dispose d'une réelle enveloppe psychologique. Un mélange d'aventure et de suspense. Une reconstitution historique très bien rendue. Une bonne et séduisante série, avec des personnages au grand coeur animés par des idéaux de paix et de justice. Surtout bien aimé le graphisme : un trait réaliste bien précis, pointilleux même, au service de personnages bien typés ; sans oublier les décors et arrière-plans où j'ai vraiment senti la -sûrement- grosse documentation utilisée. Du beau travail. Cote perso : 3,5/5

08/11/2007 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 4/5

La jeunesse du futur Louis la Guigne, simple ouvrier dans une usine, son service militaire, etc... Description réaliste de la classe ouvrière du début du vingtième siècle, la série plonge dès le départ Ferchot dans l'aventure en cherchant à élucider les mystères autour de la mort de son père lors d'une grève. Le jeune homme, idéaliste mais naïf, n'hésite pas à se mettre en opposition contre ses compagnons de classes comme le patronat pour parvenir à ses fins, quitte à jouer contre lui-même. Frank Giroud réussit la description de son personnage inflexible souhaitant obéir à une certaine idée de l'honneur et de la morale, mais la vie se charge bien vite de lui faire découvrir les inégalités du monde et de modérer son caractère. Les erreurs du héros sont d'ailleurs nombreuses, et ses maladresses forment un habile apprentissage de l'existence. Tour à tour policière, d'espionnage ou d'aventure, les intrigues sont parfaitement construites autour de personnages concrets qui font voyager aussi bien dans la province française que vers l'Afrique. Le dessin de Courtois, s'apparentant à une certaine école franco-belge mais étant assez personnel sert bien l'univers de Louis Ferchot, avec sa description minutieuse et son trait clair, qui capte bien les ambiances du terroir comme celle de l'Afrique. Son sens de l'espace convient à l'action soutenue des intrigues. On peut aussi noter le soin porté à l'éducation sentimentale du héros avec un climat sensuel et de nombreuses scènes érotiques où le dessinateur se révèle très à l'aise. Le scénariste tente aussi un renouvellement au septième tome en testant la méthode de "vision subjective", où l'histoire est vue à travers le regard du héros lorsqu'il intervient, ce dernier ayant disparu et étant recherché par sa mère. Travail intéressant, bien servi par le dessinateur mais quand même un peu déroutant. Au total, une brillante série classique, avec quelques audaces, qui aurait mérité un bien meilleur accueil. Elle révèle le talent de Courtois et confirme Giroud comme un auteur mêlant à merveille l'aventure et l'Histoire.

25/04/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai nettement plus accroché à cette série qu'à Louis la Guigne, la série initiale dont Louis Ferchot raconte la jeunesse. Cela tient à plusieurs choses à mon avis. Tout d'abord, il y a le dessin. J'apprécie nettement plus le dessin de Courtois que celui de Dethorey. Il manque un petit peu de maîtrise sur les premiers tomes mais dès le départ il est plaisant et devient même très plaisant au fur et à mesure des albums. Sans devenir vraiment transcendant, il est agréable à lire et donne une bonne qualité visuelle à la série. Ensuite, le personnage de Louis Ferchot jeune m'est bien plus sympathique que l'homme blasé et rebelle de Louis la Guigne. Entre 1910 et 1914, Louis Ferchot sera un jeune homme simple, sympathique, pas bête, assez patriote et n'ayant pas peur de s'engager que ce soit pour son pays ou pour ses amis, sa famille ou ses amours. Il va bien sûr en voir des vertes et des pas mûres l'amenant à devenir de plus en plus rebelle et méfiant, mais on suit le cheminement de son changement pas après pas, ce qui le rend attachant. Chaque tome peut se lire comme une histoire indépendante. Et le scénario de chacun de ces albums est à chaque fois assez original et différent des autres. Ils abordent des sujets aussi différents que les conditions dans les usines au début du siècle, l'espionnage militaire ou industriel, les conditions dans les colonies Africaines et les prémisces et le début de la première Guerre Mondiale. Chaque album se lit agréablement même s'ils ne laissent pas un souvenir impérissable. Une série agréable et de bonne qualité.

12/08/2005 (modifier)