Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Rayon U

Note: 2.15/5
(2.15/5 pour 13 avis)

Au coeur de la lutte entre Austradiens et Norlandiens, l'uradium provoque bien des aventures...


Ligne Claire Péchés de jeunesse

Les Norlandiens, par l'ntermédiaire du Pr Marduk, viennent de faire une importante découverte scientifique. Mais ils ont besoin d'uradium pour achever le travail. Or, il ne s'en trouve que dans des contrées inconnues, très dangereuses. Se monte alors une expédition autour de Marduk et de son assistante, Sylvia. Mais l'expédition est infiltrée par le capitaine Dagon, espion des Austradiens. Il fait en sorte que nos amis se retrouvent totalement perdus dans une jungle hostile peuplée par d'étranges créatures... Retrouveront-ils le chemin du volcan Urakuwa, où se trouve l'uradium ? Et pourront-ils rentrer chez eux sains et saufs ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1967
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Rayon U
Les notes (13)
Cliquez pour lire les avis

07/08/2005 | Spooky
Modifier


Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Considéré comme le Tome 0 de la série Blake & Mortimer, ce Rayon U n'en constitue que la préquelle, à savoir l'exercice de chauffe pour un Edgar P. Jacobs pas encore maître de ses dessins ni de son histoire. En effet comme lu plus bas, la bd en était à ses balbutiements et Jacobs se contente surtout d’égrainer une page par semaine dans un périodique des années 1940 sans savoir où son imagination le conduirait ce qui produit un effet haché désagréable pour qui lit ceci aujourd'hui d'une traite. Il faut surtout considérer cette histoire comme un péché de jeunesse ou un essai aux allures d'images d'Epinal avec nombre de personnages qui seront retravaillés par la suite pour devenir Blake, Mortimer et Olrik. Pas réellement indispensable mais à posséder davantage que les inepties que sont devenues les aventures contemporaines de Blake & Mortimer.

06/02/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

E.P. Jacobs travaille comme illustrateur dès 1939 dans Bravo, hebdo belge qui publiait des séries américaines comme Connie de Frank Godwin, ou Flash Gordon d'Alex Raymond, retitrée "Gordon l'intrépide". L'entrée en guerre des Etats-Unis entraîna l'arrêt des importations de Bd en Europe, et Jacobs fut chargé en 1942 de terminer à la hâte l'épisode en cours de Flash Gordon dans le style de Raymond. Il y parvint si brillamment que les lecteurs ne virent pas la différence, mais l'occupant ne pouvant tolérer le prolongement d'une bande américaine, Jacobs, sur l'insistance du journal, entreprit alors une nouvelle série du même genre, mais avec d'autres personnages qui ne devaient rien aux Américains. Ainsi naquit "le Rayon U", première Bd de Jacobs, réalisée dans un pur style raymondien, avec des héros qui sont des copies de Flash Gordon : Lord Calder rappelle Flash, le Pr Marduk est un clone de Zarkov, la fiancée Sylvia ressemble beaucoup à Dale Arden, tandis que le méchant, Dagon, est très proche de Ming. C'est à peu près tout ce que je peux apprécier dans cette bande de SF inspirée aussi de Le Monde Perdu d'Arthur Conan Doyle, car aujourd'hui, elle paraît bien trop dépassée et obsolète pour intéresser un public de jeunes lecteurs et même de trentenaires par ses lourdeurs et son imagerie naïve. Elle brassait tout un catalogue de péripéties et d'aventures merveilleuses (animaux fabuleux, lieux mystérieux, peuples hostiles...) typiques de l'époque, et constituant une épopée propre à faire rêver le lecteur de cette époque, mais de nos jours, on ne voit plus l'aventure sous cet angle vu et revu, les codes ont changé, la bande accuse trop son âge. De plus, Jacobs y déployait déja son goût pour les textes verbeux, chose que je ne peux plus trop supporter. Même en 1974 lorsque je l'ai lue dans le journal Tintin (dans une version modifiée), ça ne me passionnait pas. Ceci dit, il faut bien-sûr se dire qu'à l'époque, la bande dessinée en était encore à ses balbutiements et tentait de trouver une voie distrayante pour ses lecteurs qu'elle essayait d'accrocher par tous les moyens. Le lecteur était encore "neuf", la moindre aventure mystérieuse ou palpitante le faisait vibrer, aujourd'hui, on a trop de tout, on est plus difficile, il faut donc comprendre qu'on faisait de la BD de la façon dont nous le montre Jacobs à une époque qui sert de jalon pour l'évolution de la bande dessinée telle que nous la connaissons aujourd'hui. Cette bande fera donc les délices des nostalgiques qui ont connu cette époque, et des collectionneurs.

13/08/2013 (modifier)
Par Baptiste
Note: 1/5

Quelle déception! Ayant apprécié un nombre certains de Blake et Mortimer de Jacobs, je me suis précipité sur cet ouvrage... simpliste, incohérent, avec des répétitions nombreuses (pas de salut sans fuite, etc...). Les personnages se ressemblent tous, l'intrigue ne mène pas à grand chose. Les idées se suivent sans lien...

22/12/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 1/5
L'avatar du posteur Gaston

L'une des bd qui a le plus mal vieilli ! Hormis le fait de voir comment était la bd à l'époque, cette bd est ennuyeuse. Déjà qu'au départ on ne comprend rien à l'histoire, ça devient n'importe quoi ! Ou, peut-être que c'est facile à comprendre mais que j'étais trop paresseux pour comprendre. On tout cas, le scénario n'est qu'une suite de péripéties sans aucun intérêt. Le dessin est par moments moche. Je suis bien content de ne pas être né à l'époque pour endurer des séries comme ça.

29/09/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Une sacrée bonne vieille série qui débute dans l'hebdo "Bravo" n° 5 de 1943 pour s'y terminer dans le n° 15 de 1944. Pas récent, hein ?... Et c'était en couleurs -(je possède ces "vieux machins" et le "Rayon U" y paraissait en une page semaine)- chose rare car nous étions alors en pleine seconde guerre mondiale et le papier, encore plus la quadrichromie, étaient choses rares. Curieuse histoire aussi que ce "Rayon U". A l'époque, en 1943, Jacobs travaillait sur "Flash Gordon" dont les planches ne lui parvinrent plus suite à l'entrée en guerre des Etats-Unis. Il crée alors ce qui sera sa vraie première BD, ce fameux "rayon". Mais Flash Gordon était fortement apprécié du lectorat et la direction de "Bravo" avait souhaité une certaine continuité de style. Jacobs s'inspire alors fortement de "Flash Gordon" et crée une histoire qui, d'emblée, fera conserver le lectorat. Jacobs crée ou réinvente des décors fantastiques, fait preuve d'une grande originalité dans le développement du scénario et -surtout- bénéficie d'un encrage en quadrichromie assez "magique". Enorme succès de départ. Jacobs va alors quitter la ligne conductrice de "Flash Gordon" qui lui avait été quasi imposée, faire évoluer le scénario -au départ un peu convenu- vers celui de la recherche d'un métal radioactif. "Le Rayon U" ?... il préfigure par ses idées, ses personnages aussi, ce qui sera la grande oeuvre de Jacobs : Blake et Mortimer. Curieux d'ailleurs : c'est fou le nombre de gens qui croient vraiment que ces deux personnages interviennent dans l'album !... "Le Rayon U" ?.. une sorte d'oeuvre de commande transformée "en cours de route", novatrice par ses idées, en très très bonne place dans les préférés de mes collections. Vraiment très très bien !... Cote perso : 4,5/5.

23/09/2007 (modifier)

Une BD qui accuse son âge dés les premières pages, cela aurait pu avoir du charme, malheureusement les rebondissements sont incessants (à chaque page quasiment) et l'histoire ne prend pas le temps de se poser. Il en est de même avec les personnages très (trop ?) nombreux auxquels on a du mal à s'attacher. De plus je regrette fortement que cet album soit intégré comme le tome 0 de la série Blake et Mortimer que j'adore, car mis à part l'auteur il n'y a aucun point commun entre ces séries. Il s'agissait sans doute la d'une bonne méthode pour relancer les ventes d'un album moribond vis à vis des collectionneurs. A éviter.

24/03/2007 (modifier)
Par Primaux
Note: 4/5

Moi je vous trouve dur avec cette bd. Elle m'a fait rêver quand j'avais 10 ans (j'en ai 29). C'est sûr, l'intrigue et les dessins peuvent paraître désuets. Mais il y a suffisamment de péripéties pour passionner un enfant...

01/10/2006 (modifier)
Par Alix
Note: 1/5
L'avatar du posteur Alix

Incroyable les choses que l’on peut dénicher en fouillant dans le garage de ses parents. Des choses comme « Le rayon U » par exemple, que je me suis empressé de lire pour parfaire ma culture BD. Mon excitation est vite retombée : qu’est ce que c’est soporifique ! L’action n’est pas franchement passionnante, et surtout la narration fait vraiment vieillotte, avec des tonnes de texte narratif et très peu de dialogues, au point que certains passages ressemblent plus à un roman illustré qu’à une BD. Bref, je me suis forcé à finir, avec le sentiment que si cette œuvre était peut-être innovante et passionnante à l’époque de sa sortie, elle est aujourd’hui complètement désuète et inintéressante.

28/01/2006 (modifier)
Par Artemis
Note: 1/5

Il faut peut-être remonter bien des années en arrière et se replacer dans le contexte de l'époque pour trouver un quelconque intérêt à cet ouvrage. Pour ma part, il est insipide, sans relief (le dessin de Jacobs est fidèle à lui-même toutefois). Cette BD ne présente même pas le charme suranné de certaines autres de l'époque...Non, je n'ai définitivement pas aimé.

25/11/2005 (modifier)
Par Redman
Note: 2/5

J'ai lu cette BD il y a longtemps et je n'en garde pas un souvenir impérissable. C'est juste que c'est un style qui a mal vieilli à mon goût, ce qui en fait une bande dessinée assez lourde à lire...Le scénario suit une trame classique et le cadrage est convenu, ça se lit mais ce n'est pas transcendant. Niveau dessin on reconnaît la patte de Jacobs mais il n'est pas encore aussi affirmé que dans Blake et Mortimer, certaines scènes augurent néanmoins de fameux passages de sa série phare ;)

23/10/2005 (modifier)