Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Dragan

Note: 2/5
(2/5 pour 5 avis)

Une oeuvre de jeunesse de Corbeyran et Christophe Bec, malheureusement inachevée...


Christophe Bec Corbeyran École européenne supérieure de l'image Péchés de jeunesse

Edité en 1993, le premier tome raconte l'histoire de l'évasion mouvementée de Dragan, un guerrier qui s'échappe des geôles d'Ayade... Le deuxième tome n'a jamais vu le jour... .

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 1993
Statut histoire Série abandonnée 1 tome paru
Couverture de la série Dragan
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

20/12/2004 | ArzaK
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Une œuvre de jeunesse qui n'a pas connu de suite. Dommage car ça aurait pu être une série pas mal. J'avoue toutefois que je ne pense pas que ça avait autant de potentiel que les autres posteurs l'écrivent. Il faut dire que je ne suis pas un grand fan de fantasy donc lorsque je lis une histoire sur ce genre qui ne possède rien de vraiment extraordinaire, je ne suis pas très passionné par l'histoire. J'ai lu l'histoire avec aucun intérêt. Et puis le dessin ne m'a pas franchement très impressionné. Je suis d'accord avec Spooky. Les changements de styles (et de dessinateurs ?) m'ont agacé. Lorsque mes yeux et mon cerveau se sont habitués à un style, cela me déboussole totalement lorsque le dessin change soudainement. J'ai l'impression de lire une autre bande dessinée et ça me déconcentre.

22/05/2012 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Boum ! Quand Eric Corbeyran posait ses gros sabots, c'était du lourd ! Du Conan à peine digéré, d'après ses dires. Pourtant, malgré la lourdeur du récit et des récitatifs, il y aurait peut-être eu du potentiel pour faire quelque chose d'intéressant. Mais comme déjà souvent à l'époque, chez Soleil, l'insuffisance des ventes a vite sonné le glas de la série. Le gros souci, pour moi, vient du dessin. Oh, il y a de belles choses, des cadrages intéressants, un découpage pas trop mal. Bec arborait alors, curieusement, un style moins "figé" qu'à l'heure actuelle. Son héros est un sosie troublant de Blueberry, quand même, je suis étonné que personne n'ait relevé cette similitude... Mais ce qui m'a gêné le plus, c'est la disparité dans le style. Je suis à peu près certain que certaines planches (des pages 39 à 42) ont été faites par deux autres dessinateurs ! C'est trop disparate pour être le fait d'un seul dessinateur... Quant à la couverture, j'ai l'impression étrange que c'est encore un autre qui l'a faite, un admirateur secret de Paul Gillon. Ca m'a vraiment troublé. Et puis, que dire des couleurs de Scarlett Smulkowski (qui a fait une carrière plus intéressante par la suite), qui écrase le trait de Bec, jusqu'à l'estomper carrément par moments ? En résumé, une série au potentiel non négligeable, mais étrangement réalisée (sabotée ?) et peut-être injustement tuée dans l'oeuf.

05/09/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai rarement lu quelque chose d'aussi "basique" et quelque peu racoleur. C'est vrai qu'on peut pardonner les débuts de Bec et Corbeyran qui sont devenus des grands auteurs de la Bd moderne. On devine déjà leur talent quant à l'action dans le style hollywoodien. Ici, il y a des lourdeurs ainsi qu'un style narratif vraiment limite. Même les dessins sont figés avec un manque manifeste de finesse. Le pire de ce que la Bd pouvait offrir. :( Mais pardonnable car liée à une époque révolue.

16/08/2007 (MAJ le 23/04/2008) (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Quand on voit le duo d'auteurs et ce qu'ils sont devenus aujourd'hui, je ne peux pas m'empêcher de me questionner sur ce qu'aurait donné cette série si elle avait été au bout. Le premier tome est plaisant à lire, loin d'être parfait certes, mais il y avait un potentiel. Quoi qu'il en soit, il n'y a pas eu de suite au premier tome, à moins d'être fan de Corbeyran ou de Bec, il vaut mieux se replier sur les productions abouties de ces deux grands de la BD.

16/08/2007 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

Il s'agit du premier album de Christophe Bec, qui en imposait déjà avec son dessin très réaliste et son sens du découpage. Le scénario de Corbeyran n'est pas très original, c'est de la fantasy basique, mais cela se lit sans déplaisir. Le rythme est soutenu et le suspense fonctionne. Mais le caractère inachevé de cette série en atténue grandement l'interêt.

20/12/2004 (modifier)