Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Ecole emportée (Hyuryu Kyoushitsu)

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 10 avis)

Horreur à l'école primaire...


D'un monde à l'autre L'horreur en bande dessinée Seinen Shogakukan Survival Tout petits albums

Une école est emportée dans une autre dimension. Un autre lieu, un autre temps? Parmi les victimes de l'étrange phénomène, les enfants ne semblent pas les plus perturbés. Les adultes, eux, perdent la tête les uns après les autres. Texte Glénat : "L'école emportée", narre la disparition brutale d'une école primaire et de tous ses occupants, mystérieusement projetée dans un monde désertique, dépourvu de vie, où le sable dispute à un ciel aux brumes obscures les limites incertaines de l'horizon noir. Complètement dépassés par la situation, les adultes chargés de la protection des enfants vont se révéler incapables d'assurer leur rôle. Certains laisseront libre cours à leur folie naissante, d'autres préfèreront le suicide. C'est dans ce monde que les enfants, désemparés, à court de repères tant familiaux que géographiques, se devront à eux seuls de s'accorder l'espoir d'une survie improbable. .

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2004
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série L'Ecole emportée
Les notes (10)
Cliquez pour lire les avis

17/11/2004 | ArzaK
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Un avis mitigé sur ce manga. Quand je l'ai découvert, c'est son format qui avait attiré mon attention : c'était la première fois que je voyais un manga aussi petit tout en ayant autant de pages. C'est vrai que la couverture est carrément moche. Mais le dessin à l'intérieur ne me plait pas beaucoup plus. Il est très désuet, viellot avec ses personnages raides aux expressions figées. D'ailleurs, le côté démodé de ce manga s'affirme dans l'un des dialogues où les enfants déclarent haut et fort qu'une fille ne peut pas être élue chef car une femme est faite pour donner la vie et veiller sur les enfants donc elle a par nature un point de vue limité... Et tous les jeunes japonais d'acquiéscer comme si c'était une évidence... Quant au scénario, c'est le genre de récit qui va complètement dans le fantastique et qui attise par nature ma curiosité, un scénario à la "Au-delà du réel" à la crédibilité très relative mais qui n'hésite pas à aller à fond dans son déroulement et de ses rebondissements. Ca me fait beaucoup penser à du Stephen King : un groupe de personnes se retrouvent confrontés à une situation surnaturelle et doivent s'organiser face à ça, entrainant des confrontations, des situations psychologiques diverses, des engueulades, des peurs, des accidents, des meurtres, etc... C'est d'ailleurs assez violent... suffisamment souvent pour parler de gore gratuit par moments... Ccomme dans beaucoup de ces intrigues SF-Fantastique en partie apocalyptique, on retrouve à toute vitesse des comportements complètement aberrants chez les protagonistes : coups de folie, changements complets de personnalités, personnages qui révèlent soudainement des psychopathies effarantes... A cela s'ajoutent de grosses invraisemblances et des ficelles scénaristiques énormes. Malgré quelques explications qui tiennent plus ou moins la route, l'ensemble de l'intrigue se révèle quand même sans aucune crédibilité. On sent trop les péripéties artificielles qui s'alignent les unes après les autres et se font oublier une fois résolues. Malgré ces défauts et cette invraisemblance, à partir du tome 2, je n'ai plus décroché du récit jusqu'à la fin de la série. Cela se lit bien, les rebondissements tiennent en haleine, il y a quelques messages pas idiots sur l'écologie et la société... Certes, le manque de crédibilité et la facilité de certains passages m'ont fait grincer des dents, quelques scènes sont même particulièrement ridicules, mais j'ai quand même passé un long moment de divertissement pas désagréable. Alors pourquoi pas en conseiller la lecture ? Pour l'achat par contre, il faut vraiment être fan du genre...

02/02/2005 (MAJ le 22/07/2010) (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Prêt à découvrir la terrible cruauté dont sont capables les enfants ? "L'Ecole emportée" nous propose une plongée dans l'horreur fantastique que vont vivre des enfants confrontés à des situations extrêmes. En effet, Kazuo Umezu va nous coller le nez dans ce qu'il y a de pire et qui ne sent pas vraiment la rose dans la nature humaine... et ce qui dérange encore plus, c'est que ce sont des enfants qui vont devoir faire face, tant bien que mal, mais surtout mal, à l'inimaginable, en côtoyant la folie. On a l'impression que l'auteur se livre à une véritable analyse de laboratoire en déployant l'horreur sous ses formes les plus diverses. Des scènes très dures, ponctuent l'histoire au gré de rebondissements plus ou moins judicieux : suicide, violence extrême, et cruauté sont omniprésents. Il est vrai que ce manga datant de 1972, certains mécanismes sont aujourd'hui un peu éculés, et certaines scènes assez surréalistes (même si on évolue dans le fantastique :p) pour notre époque et par notre société occidentale (cf la vision de la famille et de la femme). Côté dessin, aïe, ça a quand même un peu mal vieilli, heureusement que l'histoire est là pour tirer le lecteur. Si l'attrait du manga est lié au dynamisme de son dessin et de la composition de ses pages, ici on en est pour nos frais ! Dans le genre statique, on frôle le Jacques Martin pour le côté nature morte du dessin, même si le style et le genre sont bien sûr complètement différents. Mais bon, comme je le précisais plus tôt, cette BD soufflera bientôt ses 35 ans, alors, soyons indulgent, car elle reste une valeur sure grâce a la psychologie développée tout au long des 6 tomes de cette série.

07/01/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Sans aucun doute le manga le plus ridicule que j'ai lu. L'idée de départ était intéressant, mais le récit se révéle vite etre visiblement construit à l'improviste. Les péripéties sont totalement ridicule que ça en devient drole (mention spécial au joueur de baseball qui devient une momie dans le futur). Les dessins ne sont pas vraiment beaux voire enfantins. Mais le pire c'est le comportement des enfants ! Vous connaissez beaucoup de gamins de 10 ans capables de faire une opération de l'appendice ? Toutefois, l'école emportée fait parti de ses séries tellement nuls qu'on finit par avoir du plaisir à la lecture. Un manga nanar en gros.

11/08/2007 (MAJ le 19/04/2008) (modifier)
Par cac2
Note: 4/5

C'est un manga vraiment bien dans le genre, un petit bijou aux dessins plutôt "old school" (ce qui fait tout son charme). La finesse des détails pour certaines scènes rend l'horreur mesurée... (Pas de gore pour du gore) Je vous le conseille à tous...

21/02/2008 (modifier)
Par Tetsuo
Note: 2/5

Très déçu par cette bande dessinée ! Peut-être en attendais-je beaucoup (on ne m'en avait dit que du bien) mais je ne suis pas du tout rentré dans l'ambiance. Quelques passages sont bien trouvés, notamment les moments où le héros communique avec sa mère ou encore lorsque les enfants prennent conscience de leur "mission". Mais sinon à part ça... les évènements s'enchaînent trop vite, sans réels liens, les situations sont rocambolesque et les réactions des enfants (de 4 à 10 ans) sont limites surréalistes. Et puis, c'est toujours le même schéma au fil des pages et au fil des tomes : une catastrophe arrive, moment de panique, solution et finalement qu'importe la résolution, il y a beaucoup de morts. Je trouve aussi que le dessin ne rehausse pas l'ensemble. Le côté figé nuit au récit qui fait pourtant une place belle à l'action. De même, je trouve mal retranscrit les expressions du visage. Il y a un côté Tezuka dans le dessin mais moins bien réussi. Ce dernier réussi à donner une réelle consistance à ses personnages et à modeler son récit graphiquement permettant une lisibilité plus importante, ce qu'à mon goût Umezu ne parvient pas à reproduire. J'ai été jusqu'au bout des 6 tomes (étant persuadé que je trouverais quelque chose me plaisant), mais laborieusement !

03/01/2008 (modifier)
Par Cedricval
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Une plongée terrifiante dans un univers apocalyptique. Surprenant à tout point de vue. L'auteur nous montre avec un brio détonnant un futur dévasté, un monde où rien n'a persisté. C'est effrayant !!! Graphiquement réussie, l'école emportée, qui date de 1972, n'est pas une oeuvre désuète pour autant. Elle pose des bases solides sur notre avenir, tout en laissant le lecteur plonger dans un univers fantastique bien maîtrisé.

01/08/2007 (modifier)

J'ai eu une bonne surprise à la lecture des deux premiers tomes de ce manga, je n'en attendais pas grand chose et le feuilletage ne m'a pas vraiment inspiré. J'ai donc acheté le premier, et une fois celui-ci lu je me suis immédiatement procuré le second. Personnellement cela m'agace aussi de voir la représentation des personnages en action ; idem au niveau narratif, certains dialogues paraissent redondants tant ils sont martelés, et j'ajoute que voir les personnages hurler à chaque page alourdit parfois la lecture. Ceci dit, vu que les protagonistes sont des enfants du primaire, il me paraît cohérent qu'ils agissent de la sorte, en plus cette œuvre commence à dater et sur la narration cela se ressent. On peut dire aussi que dans ce genre de récit, le fait de parler des menaces et dangers de façon répétitive et insistante est un moyen efficace de faire monter l'angoisse pour l'auteur. Tout cela pour dire que d'un certain point de vue ce défaut n'en est pas vraiment un ; puis niveau redondance il y a pire, je pense à Devil Man (une autre vieillerie culte) c'est autrement plus lourd. Cette histoire commence de façon rationnelle et plonge au fil des pages dans le surnaturel total, c'est en partie pour cela que la comparaison avec les bouquins de Stephen King fonctionnant sur ce même ressort me paraît naturelle. L'école se trouve "emportée" en un lieu étrange et les évènements dramatiques s'enchaînent, plus rien n'est impossible on tombe dans le fantastique le plus absolu. De plus, rien n'est expliqué, pourquoi cette école ? Le monde est-il mort ? Pourquoi n'y a-t-il personne d'autre ? Cela aussi peut passer pour de la facilité, en fait c'est bien plus subtil que cela ne le paraît, Umezu n'explique pas pourquoi certains évènements se sont produits, il préfère opposer les personnages aux conséquences de ces évènements. A la lecture cela n'en est que plus fort, on les accompagne, comme eux au fil des pages on découvre les horreurs générées par ce monde étrange. Il y a quelque chose d'intéressant : les personnages adultes, les professeurs, ceux qui sont censés éduquer et protéger leurs élèves les former pour être fort... sont très vite au second plan dans le récit, ceux-ci ne peuvent survivre dans une réalité qu'ils ne maîtrisent pas. Les enfants sont donc les seuls à pouvoir s'adapter à cet univers où les repères établis n'existent plus. Le message sous-jacent d'Umezu est pour moi significatif, il ne croit plus en sa génération. J'apprécie son doux délire... Cerise sur le gâteau, l'histoire malgré sa narration poussiéreuse fonctionne très bien au premier degré, de plus au niveau graphique si Umezu est plutôt mauvais pour les scènes d'action, en ce qui concerne la représentation des visages déformés par l'angoisse, l'horreur ou la folie il est très bon pour les illustrer. Un manga à lire, en plus six tomes au total ce n'est pas excessif. Le format Bunko est classe et le prix fort correct. Bref, que du bon (même les couvertures en ce qui me concerne !) lisez le !

04/04/2005 (modifier)
Par cac
Note: 4/5

Trop génial, en plus on a le droit à la plus belle couverture de l'année. Le format bunko (environ 300 pages mais ça se lit facile) de Glénat est vraiment bien, pas beaucoup de fautes d'orthographe en plus et le dos ressemble beaucoup à ceux d'Asuka. Quant à l'histoire, c'est une école qui disparait de la ville et se retrouve on ne sait où pour l'instant même si plusieurs hypothèses sont avancées. Le narrateur qui est un des enfants de l'école semble parler à posteriori de son aventure. Dans l'esprit, ça ressemble un peu à Dragon Head avec cette histoire post-apocalypse dont on ne connait pas la source. Et pour parler du dessin, il n'est pas trop mal mais Patate a raison, le mouvement est trop mal rendu, surtout quand les gens courent on pense à scoubidou. C'est vraiment prenant, et cette série a été primée dans les années 70's ce qui est mérité à mon avis, même si je n'ai lu qu'un tome. Bref n'écoutez pas Patate, c'est à suivre ;) Tome 2 Le 5 avril 2005. Je sais pas, je trouve toujours ça aussi passionant malgré peutêtre certaines lourdeurs narratives. C'est pourquoi j'ai un peu de mal à comprendre les commentaires de ThePatrick. C'est très fort et on est plusieurs fois "terrassé" le terme est sûrement un peu fort, par la tension qui se dégage de ce bouquin. Le principal gamin est quand même un vrai champion, il sait tout faire, ça c'est un peu lourd parfois. Enfin on ne comprend toujours pas pourquoi tous les adultes ont pété un câble, le massacre du début est en cela assez poilant paradoxalement :) A moins que ce ne soit pour montrer la réaction d'enfants seulement face à de tels événements. Côté dessin, j'ai été un peu moins agacé par la représentation du mouvement, peut-être qu'on finit par s'y faire finalement ou alors ils courent moins. Bref du bon, et je suis toujours :) Un mot sur la série finie Le 23/11/2005. Après plein et plein de péripéties, certaines assez longuettes en nombre de pages, et des enfants qui donnent l'impression de tout connaître sur le monde, il faut faire abstraction des raisonnements simplistes mais je rappelle qu'on est dans un livre fantastique et de surcroit écrit il y a plus de 30 ans. Bref Umezu réussit à livrer non pas un chef d'oeuvre de l'horreur comme on a pu le laisser entendre mais une histoire d'enfants superhéros qui sont notre avenir eh oui, et c'est bien aux enfants de prendre conscience que le futur est entre leurs mains. C'est donc à eux de se démerder pour ne pas faire de la planète un enfer. Le dessin est toujours aussi statique et dans ce dernier tome les enfants courrent beaucoup avec cette énervante représentation du mouvement.

23/11/2004 (modifier)

Tome 1 :
Ouhla, pour le concours de la couverture la plus moche de l'année, le lauréat est trouvé ! Dommage, parce que le format bunko est agréable, le carton de la couverture (sous la jaquette) de bonne qualité, l'impression bonne, le papier blanc de bonne qualité et opaque (= on ne voit pas la page de derrière par transparence), et de plus l'ouverture est facile : le dos est souple et ne casse pas. Du bunko comme ça, j'en redemande ! L'intrigue quant à elle est plutôt intéressante. Les réactions des protagonistes sont bien mises en scène, recouvrent tout le panel de ce qui peut arriver dans "ce genre de situation", et elles sont traitées avec justesse. Dans un registre voisin on pensera inévitablement à "Dragon Head". Le problème ici, c'est que c'est long, très long. Les personnages sont perdus, désorientés, ne savent pas quoi faire, sont confrontés à l'indécision... cet aspect est bien rendu et on le ressent fortement (peut-être trop d'ailleurs). Ca donne quelque chose d'assez étrange au niveau du "rythme"... Difficile même de parler de ryhtme, le mot n'est pas approprié, c'est plutôt une ambiance qui se construit qu'une histoire qui se raconte. Au bout d'un moment le ras le bol se fait sentir, et ce qui me fait peur c'est qu'il y a encore 5 volumes comme celui-là à venir... Parce que bon, 862 élèves qui ne savent pas quoi faire pendant 312 pages ça peut encore aller, mais si ça doit durer 1560 pages, non. :o/ Même si ce premier tome me déçoit un peu, ses qualités (situations, psychologie...) sont indéniables. Le deuxième je vais le lire, mais en éspérant qu'il soit un peu plus passionnant et qu'il ne se limite pas à continuer de construire cette ambiance. Ah, un truc qui m'a vraiment agacé : Kazuo Umezu dessine les personnages qui courent de façon insupportablement statique, soit, mais il n'arête pas d'en dessiner. Pitiééé ! :(
Tome 2 :
Ce tome est un peu plus intéressannt que le premier, probablement parce qu'on est plus avant dans le sujet, qu'on commence à découvrir ce monde apocalyptique avec toutes les interrogations que cela suscite, et à vrai dire je lui mettrais presque un 3. Sauf que l'auteur ne peut s'empêcher de diluer l'intrigue de la manière la plus déplorable qui soit, avec des dialogues longs, ennuyeux, et pour tout dire franchement pénibles, qui viennent piétiner l'aorte du lecteur. En plus le petit intello de service qui a tout compris à la théorie de la relativité à 8 ans et se retrouve dans le rôle du scientifique de l'histoire, c'est ridicule, tout simplement. Bref, vraiment trop agaçant par ces côtés pour être plaisant.

18/11/2004 (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

Toute une école, élèves et professeurs compris, est emportée dans une autre dimension. Dans un autre lieu, un autre temps? (Je ne vous en dirais pas plus...). Parmi les victimes de l'étrange phénomène, les enfants ne semblent pas les plus perturbés. Les adultes, eux, perdent la tête les uns après les autres. Ce manga se dévore d'une traite malgré ses 312 pages. Il est tout simplement passionnant. A partir d'une situation fantastique proprement absurde, Umezu analyse comment ses personnages réagissent dans une situation extrême. Malgré le caractère un peu caricatural de certaines situations, il y a une grande attention portée à la santé mentale des protagonistes. Côté dessin, c'est du manga à l'ancienne (l'édition originale date de 1972), proche du style de Tezuka : des personnages mignons qui tranchent sérieusement avec le caractère extrême et horrible de la situation. A ne pas louper, c'est du très bon manga!

17/11/2004 (modifier)