La Vie d'Einstein

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Angoulême 1981 : Alfred de l'espoir Le Docteur Goossens nous narre divers épisodes de la vie du savant bien connu pour sa célèbre phrase « Tout est relatif, sauf le romantisme, qui est absolu ».


Angoulême : récapitulatif des séries primées Goossens Magazine Fluide Glacial

Albert Einstein naquit le 17 janvier 1885 à Minnesota, un petit village de Pennsylvanie, dans le Colorado, où les paysans hindous cultivent le manioc dans les plaines de la Ruhr. Le petit Albert n’eut pas une enfance facile : ses camarades l’appelaient le « p’tit gros » et son institutrice piquait des colères après lui, car elle n’en revenait pas qu’un type qui allait devenir l’un des plus grands savants du XXème siècle puisse être un cancre pareil à l’école. Plus tard, Einstein deviendra un homme fougueux et passionné, sans cesse en révolte face à la paresse intellectuelle de ses contemporains. Un rêve fou habitait chez lui : il découvrirait la bombe atomique.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1980
Statut histoire Histoires courtes 2 tomes parus
Couverture de la série La Vie d'Einstein
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

11/02/2004 | Cassidy
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je suis un grand fan de Goossens, mais je crois que cette biographie farfelue d’Albert Einstein est ma première réelle déception le concernant. Pourtant, Goossens, lui-même scientifique, use une nouvelle fois d’un humour absurde, con, voire débile, pour aller au bout de son idée. Mais ici, cela ne prend pas, et je n’ai pas trouvé l’ensemble réussi ou assez drôle. C’est clairement un Goossens mineur, assez dispensable je pense (je suis étonné que ce soit cette série de Goossens qui ait été primée à Angoulême, vu le nombre important de belles séries à son actif). Mais ne vous arrêtez pas à cette série, car il a fait beaucoup mieux ailleurs ! Note réelle 2,5/5.

10/04/2018 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

L'idée de traiter la vie d'Albert Einstein, l'un des plus grands savants de notre temps, était en soi très intéressante. On s'intéressera surtout à sa jeunesse où il était un véritable cancre à l'Ecole. Cette bd se sert de ce postulat pour en faire un véritable ressort comique. Oui, mais voilà: à force d'insister sur ce trait, cela en devient vite lassant. Pire encore, on se perd dans les chapitres entre la vie d'Albert Einstein et la vraie vie. L'épilogue se termine de manière un peu triste ce qui est un comble pour une bd d'humour. Il y avait matière à faire quelque chose d'intéressant avec ce grand personnage. Pour moi, c'est plutôt loupé.

07/03/2009 (modifier)
Par Artemis
Note: 4/5

Le dessin est un peu raide et pas attirant pour deux sous. Mais l'humour est à mon avis de qualité et l'idée de départ est excellente: Einstein avant d'être le génie que l'on sait, c'était le petit gros de la classe, la tête de turc de l'école... un naze complet quoi. Y'a donc toujours de l'espoir. Vraiment très bon.

01/12/2005 (modifier)
Par Cassidy
Note: 3/5

Éminent scientifique (on lui doit la superbe thèse « La méta-évaluation au service de la compréhension automatique de programme » qui lui valut un doctorat en informatique bien mérité), Daniel Goossens a eu, à la fin des années 70, la bonté de se pencher sur le cas d’un de ses confrères moins talentueux et moins célèbre, j’ai nommé Albert Einstein. Il en résulta cette biographie sans concession, parue par épisodes dans la revue Fluide Glacial avant d’être éditée en 2 tomes chez Audie. A propos de cette BD, l’excellent Goossens déclarait lui-même : « Ce n’est pas Einstein qui m’intéressait, c’était le mythe littéraire, Einstein vu par la littérature, tout ce qu’on pouvait déconner dessus. En fin de compte, je m’en fous un peu de ce que Einstein a fait (je ne parle d’ailleurs jamais de sa théorie dans mes bandes), de ce qu’il est ; tout ce qui m’intéressait, c’était (…) le mythe du savant vu par les médias, ce qu’on suppose qu’il doit être dans les coulisses, dans sa vie privée, dans ses réflexions, dans ce qu’il dit, dans la façon avec laquelle il réagit avec les gens, etc. » C’est donc à une sorte de parodie/pastiche de documentaire que nous avons affaire ici, art dans lequel Daniel Goossens est passé maître au fil du temps. Cette série est l’une de ses premières et, il faut bien l’avouer, ce n’est pas ce qu’il a fait de plus drôle. Entendons-nous bien : si vous êtes fan de l’humour subtil, étrange et absurde de Goossens, il y a peu de chance pour que vous n’aimiez pas, car ça reste bien drôle. En revanche, si vous êtes hermétique à son style particulier, il est peu probable que ce soit cette série-là qui vous convertisse. Voilà, donc, dans l’ensemble, c’est un cru honnête, mais pas indispensable (à moins que, comme moi, vous collectionniez tout Goossens) ; pas le genre qu’on relit régulièrement par exemple (contrairement au « Voyage au bout de la Lune », par exemple).

11/02/2004 (modifier)