Kaze No Sho (Le livre du vent)

Note: 3.18/5
(3.18/5 pour 17 avis)

En l'an deux de l'ère Keian, époque d'Edo, deux clans s'afrontent sans merci autour d'un manuscrit secret, les Chroniques secrètes des Yagyu.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Akita Shoten Le Japon historique Samourai Seinen Taniguchi

En l'an deux de l'ère Keian, époque d'Edo, deux clans s'afrontent sans merci autour d'un manuscrit secret, les Chroniques secrètes des Yagyu. "Les chroniques secrètes des Yagyu" sont dérobées par un ninja. L'enjeu n'est pas moins que le pouvoir politique sur le Japon, et la lutte entre l'empereur retiré Go-Minoo et le Bakufu sera sanglante.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2004
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Kaze No Sho (Le livre du vent)
Les notes (17)
Cliquez pour lire les avis

27/01/2004 | ThePatrick
Modifier


En synthèse, ‘Kaze no shô’ est un manga qui mêle intrigues historiques et scènes de combat. Concernant le côté informatif de l’album, on notera tout d’abord l’introduction pénible et inutile, qui se situe à une époque éloignée du cœur de l’intrigue. Entrer directement dans le vif du sujet aurait, me semble-t-il, été préférable. Par ailleurs, j’ai trouvé ce manga relativement fatiguant à lire. Tous ces noms, toutes ces données historiques se sont rapidement révélées très indigestes. Bref, il s’agit d’un scénario presqu’aussi ennuyeusement intéressant que ceux de L’incident de Sakai. Quant aux scènes de sabre, je dois avouer que si je les attendais avec impatience, celles-ci se sont malheureusement révélées répétitives. Enfin, je trouve le trait de Tanigushi trop enfantin en général et singulièrement pour ce type d’histoire de violence. L’auteur a, à mon sens, un style qui se prête mieux aux récits plus légers, tel son fameux Quartier lointain. Bref, je ne conseillerais ce manga qu’aux amateurs d’histoire nipponne.

28/11/2010 (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Un petit one-shot sympathique et instructif sur l'histoire du Japon, mais dont le dessin ne me convainc qu'à moitié. Après avoir lu Lone Wolf & Cub et admiré le style incomparable de Goseki Kojima pour ce qui est des expressions faciales, du rendu du mouvement et de l'ambiance générale, j'ai un peu du mal à trouver de la crédibilité dans ces samouraïs et ninjas à la sauce Taniguchi. Bon, ce n'est pas catastrophique non plus, certains paysages sont magnifiques et dans l'ensemble c'est quand même plutôt réussi. L'histoire en elle-même est très intéressante et j'ai trouvé "amusant" de rencontrer ici les Yagyu déjà croisés dans Lone Wolf & Cub par exemple, mais j'ai aussi été très intéressée par ces histoires de luttes de pouvoir et de désirs de vengeance entre anciens souverains et les nouveaux. Entre les fiefs du sud et du nord. Entre les partisans de l'empereur et ceux du shogun. Cette période de l'histoire du Japon est assez compliquée et chaque petite histoire qui précise un peu les choses sur un aspect ou un autre me plait vraiment car petit à petit j'imprime et ça s'éclaircit peu à peu. Certaines bulles "pédagogiques" (que ce soit de la narration pure ou des dialogues un peu "artificiels") sont un peu fastidieuses à lire, c'est vrai, mais quand on est pris par l'histoire, ça passe très bien, et on retombe assez vite dans l'action. En conclusion, une histoire plutôt intéressante mais que j'aurais préféré voir dessinée par un autre...

30/07/2010 (modifier)
Par Superjé
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Une (encore) très bonne BD de Taniguchi. L’histoire est je trouve un peu compliquée à comprendre, mais finalement ça se laisse lire extrêmement bien, car les passages mous sont parsemés de combats au sabre qui relèvent l’attention du lecteur (d’ailleurs souvent, j’ai tourné quelque pages pour savoir dans combien de temps il y aurait un autre combat) : on peut penser que c’est un point négatif, n’empêche ce défaut (pour moi qui n’ai pas compris toute l’histoire) s’oublie très rapidement (voilà pourquoi ma note est élevée). On est bien loin des shônen, remplis de baston à rallonge et inintéressantes, pour préados. Le dessin est parfaitement maîtrisé (même si je commence un tout petit peu à saturer par rapport au dessin de Taniguchi). Les scènes de combats sont très réalistes, très bien dessinées et hyper intéressantes a suivre. Un bon album.

16/12/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Franchement, je m'attendais à mieux avec ce manga. Le nom de Taniguchi m'avait attiré et je fus très déçu de découvrir qu'il ne fait que le dessin et ça se voit. Je n'ai pas du tout apprécié l'histoire qui est remplie de combats sans grand intérêt et qui constituent le trois-quarts de l'album. Les différents personnages qu'on croise dans le tome ne m'ont pas du tout intéressé et je ne vois pas en quoi ils peuvent être passionnants. De plus, je trouve la narration parfois confuse et je n'ai pas trop compris certaines péripéties. L'histoire du Japon sous forme de manga me passionne quand le récit est bon (Kenshin, L'arbre au soleil), mais là ça m'a plutôt ennuyé.

31/03/2008 (modifier)
Par Tetsuo
Note: 3/5

Kaze no Shô commence assez rapidement, beaucoup d'actions et d'aventures. L'installation de l'intrigue posée dans les premières pages, l'histoire se poursuit par quelques combats chorégraphiés. Nous voilà rentré dans le vif du sujet. Mais au fur et à mesure, les combats deviennent répétitifs et un peu lassant. Le complot qui vise à faire sombrer le pays dans une guerre civile est intéressant mais de même traîne un peu en longueur et ressasse toujours les mêmes arguments. Arrivé au dénouement, j'ai trouvé le tout beaucoup moins passionnant que ce à quoi je m'étais attendu. Trop de détails sur l'époque gênent la compréhension, n'étant pas familier de l'Histoire du Japon, et ralentissent une lecture pourtant dynamisée par les combats... Le talent de Taniguchi reste indéniable, son coup de patte donne une dimension supplémentaire à ses dessins. Et même si tout n'est pas parfait, son graphisme concourt à rendre la lecture agréable (à part la coiffure de Rokumaru, le jeune frère de Yagyû Jübei le héros, qui est loupé, et c'est à la limite du supportable !). En clair, c'est sympathique et réalisé correctement, mais ce n'est pas le meilleur de Taniguchi.

09/02/2008 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Grand amateur de ce que fait Taniguchi, j'essaye toujours de lire ce qu'il a fait dès que ça sort. Pour "Kaze no sho", ça a mis un peu plus de temps. Il faut dire que mes dernières lectures des traductions de cet auteur m'ont quelque peu déçu. Pourtant cet album est un peu plus ancien, repérage temporel qui se sent dans le dessin. Un dessin plus "primaire", plus fin que ce qu'on connaît du maître japonais, une variation graphique qui pourtant ne m'a pas gêné du tout. Car Taniguchi montre un beau dynamisme dans les scènes de combat, avec toujours cette exactitude des proportions et des corps qui défie l'entendement. C'est beau, mais ce n'est pas passionnant. Ecrite par Kan Furuyama, cette évocation d'une page de l'histoire nipponne s'avère un peu... ennuyeuse. Pour le lecteur occidental, il y a beaucoup de noms nouveaux à mémoriser, des enjeux, des alliances complexes à comprendre. Malgré les notes de bas de page et les précisions en fin d'ouvrage de l'éditeur, cette profusion est gênante au cours de la lecture. Entrecoupés par les scènes d'action, les passages de discussion où sont évoqués ces enjeux sont assez lourds, et cassent le rythme. Et puis on arrive en fin d'ouvrage, et l'on n'a pas l'impression d'avoir tout compris. C'est trop court. Pour une meilleure appropriation, je pense qu'une mini-série en 2 ou 3 tomes eût été plus intelligente.

10/10/2007 (modifier)
Par Altaïr
Note: 2/5

C'est à se demander si j'ai lu le même livre que les autres... "Kaze no Sho" m'a profondément ennuyée. L'intrigue m'a semblé quelconque et je n'ai pas réussi à m'intéresser une seule seconde aux protagonistes. Et surtout, le tout manque du souffle épique qui doit accompagner toute histoire de samouraï. Le dessin de Taniguchi n'est bien entendu pas mauvais, mais je ne le trouve pas vraiment adapté aux scènes d'action. Et alors que d'habitude sa plus grande qualité est de savoir distiller l'émotion en quelques cases bien choisies, ce récit ne lui laisse jamais l'occasion de montrer ce savoir faire. Car ici, d'émotions il n'y a point... En plus, c'est frustrant car le bout d'histoire qui entoure le récit, au début et à la fin, lance des pistes passionnantes que j'aurais aimé voir développer à la place de la banale histoire qui occupe les 9/10èmes du manga. Un mot enfin sur l'édition française : il me semble que pour rendre ce livre compréhensible au large public non spécialiste en histoire japonaise, il aurait fallu faire un effort pour replacer l'histoire dans son contexte de façon pédagogique. On a à la place une suite de notes et un vague lexique à la fin qui, à mon avis, embrouillent plus le lecteur qu'ils ne les guide... enfin c'est toujours mieux que rien.

31/08/2004 (modifier)
Par Mangafan
Note: 3/5

J'aurais mis 4/5 si il n'y avait pas... un inconvénient!! Quand j'ai vu que c'etait Taniguchi le dessinateur, je me suis rué dessus, c'est vrai, le dessin est génial. Il n'y a pas que le dessin qui est génial, il y a aussi l'histoire, elle est très bien faite, elle est très bonne. Les combats aussi sont très bien, en fait tout est très bien... à part une chose... c'est long à lire (je parle des bulles, il y en a trop et elles sont longues), il y a beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup trop à lire (:)hihi, désolé, la touche copier/coller s'est bloquée:)). C'est le seul inconvénient et c'est celui qui gâche tout, en effet, il y a beaucoup trop à lire par rapport au nombre d'images et beaucoup trop de noms à retenir, on reste des heures (j'exagere) sur une image et à la fin ça devient très lassant. Si l'auteur avait fait 1 ou 2 livres en plus pour éparpiller toutes ces bulles et rajouter des dessins, c'est sûr que ce serait devenu un manga culte. Enfin..., personne n'est parfait, mais ne vous précipité pas dessus comme je l'ai fait, réfléchissez-y à deux fois. "Une personne avertie en vaut deux" dit un truc, ben maintenant vous valez deux personnes (:) mais ne mangez pas pour deux, vous grossirez tout seul:)) A lire, mais pas à acheter.

29/07/2004 (modifier)
Par Gaendoul
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaendoul

Etant assez fan du Japon médiéval, et ayant quelques bases de l'histoire de l'époque, je n'ai pu qu'apprécier ce livre du vent... Les dessins sont assez beaux, sans être superbes et l'histoire n'est pas franchement originale mais Kaze No Sho reste très agréable à lire et l'on y apprend même pas mal de choses sur cette période du Japon d'Edo. Personnellement, je conseillerais à tous les fans du Japon médiéval et de samouraïs. Une fois encore, fans de kenshin, passez votre chemin, il s'agit ici d'un univers réaliste.

18/05/2004 (modifier)
Par Cassidy
Note: 3/5

Comme toujours chez Taniguchi, pour peu que l'on ne s'attarde pas trop sur certains visages, particulièrement niais, le dessin est très beau. Clair, précis, élégant, la classe. Le scénario, visiblement bien documenté, est d'honnête qualité même si, reconnaissons-le, il n'est pas particulièrement palpitant, pour diverses raisons : 1)le suspense n'est pas vraiment au rendez-vous puisque, même si vous ne connaissez pas du tout l'histoire du Japon médiéval, la lecture des premières pages permet de déduire assez facilement l'issue du complot dès le début de la BD 2)la résolution de ce complot passe essentiellement par une succession de combats au sabre ; or, dans la réalité, dans un film ou même dans un jeu vidéo, assister à un combat au sabre peut être intéressant de par l'aspect spectaculaire ou esthétique de la chorégraphie des bretteurs, mais dans cette BD, ces affrontements se réduisent à des images figées, statiques, ce qui limite grandement l'intérêt de la chose (d'autant que les divers et nombreux combats se ressemblent pas mal) 3)au bout du compte, alors que les personnages ne cessent de répéter que le complot "pourrait bouleverser le monde", la conclusion de l'affaire sent quand même un peu le pétard mouillé L'intrigue secondaire imbriquée dans la première ne rehausse pas tellement le niveau. On suit en effet la rivalité entre deux bretteurs d'exception, le genre qui peut sabrer 253 adversaires à la suite sans froisser son kimono ou briser la lame d'un sabre rien qu'avec son cri de guerre terrifiant ou son regard assassin. A ma gauche, le champion du coup de "l'épée des vents contraires", Yashamaro, qui avec sa mine compassée (ou constipée ?) et ses cheveux qui flottent en permanence au vent (contraire) quelle que soit la météo du moment, en fait un peu trop dans le genre "héros romantique tragique" ; à ma droite, le légendaire Yagiû Jûbei, le roi de la subtilisation de sabre, qui bloque les yari à la seule force de ses coudes. Là encore, dire que l'on suit avec passion leurs affrontements serait exagéré, non seulement parce que, comme je l'ai déjà dit, les combats au sabre ne sont pas franchement palpitants dans cette BD, mais aussi et peut-être surtout parce qu'aucun des deux ne parvient réellement à attirer la sympathie du lecteur, ni par sa personnalité ni par la cause qu'il soutient ; du coup, on se fout un peu de savoir lequel des deux va l'emporter… Mais s'il serait faux de dire qu'on dévore ce Livre du Vent sans pouvoir le lâcher tant il nous captive, je n'irai pas jusqu'à prétendre que je me suis ennuyé en le lisant : c'est suffisamment bien fait pour qu'on n'ait pas envie d'abandonner le bouquin, pour peu qu'on s'intéresse un minimum à l'histoire du Japon médiéval et des samouraïs.

27/04/2004 (modifier)