Betty Blues

Note: 3.68/5
(3.68/5 pour 38 avis)

Angoulême 2004 : prix du meilleur 1er album. Rice est un canard jazzophile. Occupé à souffler dans sa trompette, il ne voit pas sa copine Betty s'emmerder au coin du bar. Une belle histoire sur la vie et l'amour.


Académie des Beaux-Arts de Tournai Angoulême : récapitulatif des séries primées Animalier Les canards Love Stories Musique Paquet Renaud Dillies

Rice est un canard jazzophile. Occupé à souffler dans sa trompette, il ne voit pas sa copine Betty s'emmerder au coin du bar. Et Betty se fait accoster par un vilain matou... Et Rice se retrouve seul. Il décide de tout plaquer, il jette sa trompette et prend un train, et descend au terminus. Il trouve un boulot, un copain, et essaye de perdre la mémoire. Pas facile... Surtout si le copain en question a une trompette au-dessus de la cheminée, pour décorer...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2003
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Betty Blues
Les notes (38)
Cliquez pour lire les avis

L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai vraiment apprécié cet album, dans lequel je suis entré très facilement, attiré par un graphisme et une colorisation très réussis, originaux et modernes. Cet « habillage graphique « est pour beaucoup dans le charme triste de cet album, triste comme le blues sait l’être, lancinant, mais envoûtant (j’avoue aimer ce style de musique). L’histoire elle-même se laisse lire facilement – et relativement rapidement, illustrant l’adage qui veut que les histoires d’amours finissent mal, en général. Revisitant la légende du musicien qui donne – et perd – tout pour sa musique, « Betty Blues » est vraiment un album réussi, qui prend le temps de donner du caractère à ses personnages (le couple désuni et désynchronisé, mais aussi les copains musiciens, le travailleur anarchiste, le millionnaire surfait – et la trompette !). Album à découvrir. Note réelle 3,5/5.

04/10/2016 (modifier)
Par jul
Note: 3/5

Je me suis surpris à avoir grandement apprécié cet album que j'ai lu d'une traite. Cette bd on me l'a prêtée et je n'aurais jamais acheté ça. Pas que j'ai quelques chose contre ce type de graphisme, c'est juste qu'il ne m'attire pas. Je préféré le dessin plus fouillé et réaliste. Et bien là il convient parfaitement à cette histoire très très sympa et vraiment touchante. J'ai même eu une larme à l’œil en refermant l'album. Une histoire assez classique sur l'amour et ses tracas : la femme qui va voir ailleurs le temps d'un moment, les regrets... associer passion dévorante et vie de couple... (La femme ne tolère pas qu'une passion la positionne en seconde place ^^ ). Mais tout ça sur un mode léger et cartoon. Un cartoon moderne avec un dessin stylisé tout en hachures nerveuses. Il faut aimer. Perso j'ai adoré. Car tout cela est raconté et dessiné avec énormément de tendresse dans une ambiance presque western (enfin certains détails ). Bref très bonne surprise ! 3,5

24/06/2015 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Encore une fois, c'est avec ce site que je découvre une pépite de la BD. Et encore une fois, je me dis que cet art reste l'un des plus beaux que je connaisse avec tant de merveilles en lui. Cet auteur dont j'avais déjà pu apprécier le travail sur Abelard m'a encore une fois convaincu avec cet album touchant et superbe. Le dessin est magnifique et les personnages en animaux ont un charme indéniable. La douceur des couleurs ajoute aussi. Et puis l'histoire, belle et évocatrice. Je me suis laissé porter jusqu'au coup final, et là encore ça a fait mal. Cette histoire d'amour double m'a emporté jusqu'au bout. Amour entre deux êtres, et amour de la musique. Le tout au son de la trompette et d'une Amérique à plusieurs visages. Avec encore une fois des personnages attachants et qu'on aimerait rencontrer, aussi bien pour les personnages principaux que les personnages secondaires. Je n'aurai pas grand chose à ajouter à cette BD. "Lisez-la" est le meilleur conseil que je pourrais vous donner.

23/01/2015 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 4/5

Une BD vraiment sympathique dont j'ai beaucoup apprécié la lecture. On est transporté dès les premières planches grâce à une atmosphère très jazzy et mélancolique qui se dégage du bouquin. Le personnage de Rice est vraiment bien trouvé et très attachant, me rappelant parfois certains Tex Avery. L'histoire est très humaine, tout en simplicité et touche à beaucoup de domaines, notamment sur l'écologie, la passion de la musique et les relations amoureuses qui peuvent mal se terminer. Le dessin est spécial, un peu déroutant si on est pas habitué à ce style mais il est maitrisé, original et convient parfaitement à l'ambiance du récit. C'est ça qui est "magique" en BD. A lire sans hésitation.

06/06/2014 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Poursuivant mon exploration du travail de Renaud Dillies, c'est avec ce "Betty Blues" que je découvre vraiment le travail graphique de l'auteur. Le Jardin d'hiver m'avait déjà sensibilisé à ses bulles mélancoliques et à son univers poétique, "Betty Blues" nous plonge dans les tréfonds enfumés des clubs de jazz, où Rice, trompettiste reconnu, évolue. Sauf que sa douce, Betty, se morfond au bar et finit par se laisser tenter par la vie facile que lui propose un riche client fréquentant le club. Jusqu'ici, vous me direz, rien de bien original... Sauf que le traitement graphique que construit Dillies est vraiment bien foutu. Son coup de crayon alternant finesse et nervosité impose un style propre qui raisonne parfaitement avec le fond de son histoire. Et même moi qui suis loin d'être fan des "personnages animaliers" en BD, je me suis laissé bercer par ce récit que n'auraient pas renier les grands romantiques de la fin XIXe ou les tragédies grecques. Bref, un album surprenant, envoutant, qui m'a conquit petit à petit et qui a attisé ma curiosité vis à vis du travail de cet auteur.

09/02/2012 (modifier)
Par Jetjet
Note: 2/5
L'avatar du posteur Jetjet

A bien chercher sur le site marron, on y trouve de sacrés petits trésors cachés… Vous savez je veux parler de ces bds éditées à tirage confidentiel et promues à un avenir commercial plus qu’incertain mais défendues becs et ongles par la communauté qui anime l’espace que vous lisez actuellement. Parmi cette sélection un titre revient régulièrement à la surface : ce fameux Betty Blues qui est également la première œuvre de son auteur. Ce petit one-shot raconte sur fond de musique jazz nous rappelant la mélancolie des meilleurs Chet Baker le vague à l’âme de Rice le canard, trompettiste talentueux délaissé par l’amour de sa vie, la jolie Betty. Renaud Dillies choisit pour illustrer cette tranche de vie de passer par la pastiche animalière sans toutefois passer par la méthode manichéenne de Art Spiegelmann pour son monstrueux Maus. Son trait est tantôt épuré tantôt surchargé par un trait nerveux et hachuré joliment mis en couleurs. Ça peut plaire ou pas. Ma première déception vient peut être de là : je m’attendais à un dessin un peu plus séduisant mais attention c’est d’un très bon niveau et le découpage n’est pas en reste avec une lecture en 3 ou 6 cases présentant l’ensemble aisé à prendre en mains. Par habitude je suis très sensible à ce genre d’histoires d’amours contrariées. Moi-même oiseau nocturne et être torturé :), j’attendais peut être davantage de cette histoire que d’une fuite en avant du principal protagoniste qui préfère râler et s’enfuir dans une autre vie que de se prendre en mains pendant que sa petite amie subit passivement les fastes d’une vie entretenue par le pognon et non pas par le désir. Il manque peut être quelques flashbacks afin de comprendre l’attachement réciproque des deux ex-amoureux afin que le lecteur puisse davantage s’impliquer ? Finalement c’est terriblement humain de banalité mais les personnages ont peu ou pas de charisme à mon sens. Cette œuvre se voudrait poétique et l’est pas mal grâce au « rôle » de la trompette et de ce qu’elle représente mais j’ai trouvé les dialogues peu pertinents. Restent quelques touches d’humour et un personnage secondaire hautement charismatique en la présence du hibou terroriste écolo. Pour moi l’histoire s’arrête réellement quelques pages auparavant sur la scène du parapluie entre Betty et la « trompette » véritable personnage symbolique car malheureusement l’auteur s’est cru en panne d’inspiration ou a voulu mettre un terme brutal à son œuvre par une chute des plus consternantes qui m’a plus laissé les mots « tout ça pour ça ? » en bouche que des sanglots. Dommage car j’aurais aimé pouvoir faire partie de votre communauté mais Betty Blues a loupé le coche en me laissant de marbre alors que j’aurais aimé vibrer d’où cette note cruelle que je ne suis pas fier d’attribuer :(

23/05/2011 (modifier)
Par jurin
Note: 3/5

Je dégage deux idées essentielles dans cette bonne BD. La première, c’est l’histoire d’un couple miné par l’ennui, qui va se déchirer et avec malheureusement aucun retour possible (Triste réalité). La deuxième, le combat d’un vieil hibou qui s’oppose à la surexploitation de la nature par l’homme dans le seul but de s’enrichir (une autre triste réalité). Tout cela avec un dessin bien agréable.

21/05/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Très bon récit d’ambiance, qui conte les déboires amoureux d’un trompettiste de jazz. Chez Dillies, tout est une question d’atmosphère. Le ton est résolument mélancolique et l’histoire « prend son temps ». Le découpage des planches est très aéré et il n’est pas rare qu’une planche, divisée en plusieurs cases, n’offre en fait qu’une seule illustration. De plus, la narration est loin d’être omniprésente et les moments de silence total ne sont pas rares. Tout ceci pour dire qu’un livre de Dillies peut se lire très vite mais il peut aussi se contempler car le trait de l’artiste dégage un charme … auquel je ne suis pas insensible. Pourtant, en règle générale, je ne suis pas friand des personnages animaliers, ni des hachures (très présentes dans l’album) mais, ici, le charme opère, les personnages ont des « bonnes bouilles » et, surtout, le découpage captive mon regard. Je lis rapidement ou m’attarde sur une planche, en fonction du découpage et du dessin proposés, et ce rythme, qui m’est ainsi suggéré, correspond pleinement avec le rythme du récit. Seul petit reproche : un dessin encore fort hachuré. En comparaison (et sur des thèmes fort proches), j’ai préféré le dessin plus épuré de « Mélodie au crépuscule ».

20/04/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Bonne surprise que cette BD. Le scénario n'est pas exceptionnel mais il s'en dégage une atmosphère particulière. Les personnages ne laissent pas indifférent. L'originalité vient du dessin, style nouvelle vague mais très chargé. Il est sublimé par les belles couleurs de Anne-Claire Jouvray. Sans rentrer dans le détail, tout le récit m'a plu. La chute prend de court le lecteur mais elle est excellente et bien amenée. Je n'étais pas attiré par ce one shot mais il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Il n'est pas étonnant de voir un tel consensus sur cette BD car elle est vraiment plaisante et réussie.

27/09/2009 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Sympathique lecture mais sans plus cette histoire m'a plu sans me charmer, car elle se révèle plutôt classique dans son scénario. Ce qui fait tout son charme c'est essentiellement d'avoir pris des personnages animaliers pour lui donner vie et un peu d'originalité. On y trouve aussi une histoire d'amour qui m'a franchement dérangée dans Sumato, à la différence qu'ici il se passe d'autres choses ; la musique y a une grande importance, ainsi que l'amitié et un brun d'écologie pas moralisateur, ajouté à cela tous les déboires du pétillant canard Rice et un humour aussi plus présent. L'ensemble forme une agréable lecture sans qu'elle soit vraiment marquante. Le dessin est plaisant et le découpage joue avec le plus grand des classiques avec six cases par planche, mais c'est l'intérieur des cases qui fait la différence, Dillies sait parfaitement mettre en valeur une action ou un sentiment en jonglant avec chaque élément du dessin.

06/09/2009 (modifier)