Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Intox

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 6 avis)

Manipulation médiatique des jeunes et des moins jeunes par une chaîne de télévision, via le charismatique Pablo. Mais tout cela cache autre chose...


Télévision

Guatémala: un tremblement de terre permet à Pablo de s'illustrer comme "sauveur". Aussitôt, une chaîne de TV en fait un personnage médiatique que les jeunes écoutent. Mais, entre-temps, de sombres manipulations tournent autour de Pablo et de Léa, la jeune reporter qui l'a découvert... Où cela va-t'il nous mener?

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2003
Statut histoire Série terminée 5 tomes parus
Couverture de la série Intox © Glénat 2003

18/09/2003 | garath
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Pas mal du tout ce thriller politico-médiatique, je comprends mal les réactions négatives dans les avis précédents, ou alors c'est que ces lecteurs n'ont pas été assez patients. Essayons d'y voir clair. Bon d'abord, je m'étonnais de voir Chaillet concocter un scénario de polar, lui le spécialiste des Bd historiques, mais il a bien fait, il faut se diversifier. Après, il faut avouer que Chaillet tire un peu trop sur cette intrigue très classique de complots à grande échelle et de manipulations diverses, on a déjà vu tout ça chez Desberg dans la plupart de ses séries situées aux États-Unis et qui mêlent géopolitique moderne et thriller nerveux, on a vu ça aussi chez Van Hamme, bref c'est rebattu sans doute, mais quand même, dès ce tome 1, il y a une dénonciation très sarcastique et réaliste du 4ème pouvoir, celui des médias, et ça c'est intéressant. La démo de Chaillet est assez réussie dans sa lucidité, avec la façon dont la télé s'empare de l'image véhiculée par ce pauvre Pablo qui n'a rien demandé mais qui se retrouve comme une marionnette dont la chaîne de Léa l'héroïne journaliste, tire les ficelles de façon éhontée, tout ça pour faire de l'audience. Vous me direz, c'est propre à toutes les chaines de télé du monde, mais certaines sont plus vénales que d'autres. Je trouve cependant que Chaillet aurait pu aller plus loin et forcer le trait, il y avait de quoi faire, je trouve que ça reste assez sage. Pour la suite, difficile de livrer une impression sans déflorer l'intrigue, donc je vais rester vague... La présence de cette bande en collection Bulle Noire devait bien s'expliquer car on sent qu'il y a un complot qui se trame, malgré des zones d'ombre. Dès le tome 2, les personnages progressent et deviennent plus complexes, la manipulation politique est plus présente, c'est un habile combiné d'étude entre médias, sphères politiques et milieux mafieux, le tout étant bien rythmé par des rebondissements qui sont à la hauteur et des scènes d'action efficaces, ce qui donne une énergie incroyable à cette Bd. Mais passé le tome 3, on sent comme une sorte d'essoufflement, ça tourne légèrement en rond, on dirait que Chaillet lâche ses infos avec trop de parcimonie et fait trainer un peu trop en longueur en tirant sur toutes sortes de ficelles, sans compter la multiplication des personnages qui empêchent de se focaliser sur un personnage vraiment principal et emblématique. Mais cette course haletante se termine aussi bien qu'elle avait commencé, Chaillet livrant enfin des révélations et une conclusion satisfaisantes, même si elle laisse augurer une sorte de suite. Personnellement, j'aimerais pas, c'est très bien d'en rester là. De son côté, Olivier Mangin illustre parfaitement toutes ces péripéties, son dessin est lissé comme beaucoup de bandes de cette collection, mais c'est précis et soigné, avec des cadrages bien foutus. Une bonne série qui n'est pas sans quelques petits défauts mais qui tient toutes ses promesses, et qui permet un bon moment de détente.

23/06/2022 (modifier)
Par herve
Note: 2/5
L'avatar du posteur herve

L'histoire, scénarisée par Gilles Chaillet, débute sur une idée assez naïve voire simpliste, celle d'un homme providentiel qui serait capable d'apaiser les banlieues par son simple charisme. Manipulations des hommes, manipulations des médias, manipulations politiques... Bref Chaillet nous livre ici une théorie du complot poussée au plus haut niveau et qui, au fur et à mesure que l'on avance dans la lecture, devient difficilement crédible. Un peu trop de situations invraisemblables finissent par agacer le lecteur, pourtant bon public, que je suis. Ce ne sont plus des ficelles que Chaillet utilise pour son scénario mais des cordes. Les personnages sont trop typés : Léa Valmont, la journaliste intègre ; Saint Aignan, le politicien véreux ; Pablo, l'idéaliste ; sans oublier une galerie de portraits qui va du patron de presse opportuniste, au douanier (dans le tome 5) digne d'un sketch de Fernand Raynaud, en passant par des flics redresseurs de tort et de la racaille - comme dirait l'autre - repentie. En voulant la jouer à l'américaine, Chaillet - en situant cette aventure en France - l'a complètement décrédibilisée. Le tome 5 conclut un cycle... Ce sera sans moi pour le prochain.

23/09/2008 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

C'est bizarre mais je n'ai pas réussi également à dépasser le tome 1 tant le scénario m'a paru aussi indigeste que médiocre (et vous me forcerez pas à lire la suite car ce fut un calvaire!). Et pourtant avec le monde des médias, il y avait de quoi faire. Mais ces histoires de complot et de manipulation à grande échelle ne sortent pas du lot habituel dont on nous abreuve. "Intox" est une série vite oubliable car point d'originalité.

05/01/2008 (MAJ le 05/01/2008) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Aux scénarios : Gilles Chaillet... quoi ?... "LE" Chaillet de Vasco ?... Chic chic chic !... Euh... bof bof bof... Lui et Olivier Mangin effectuent une plongée intéressante dans l'univers des médias... et plus précisément dans celui de la télévision. Pourtant, malgré les histoires proposées, l'ensemble me paraît un peu "sage". Oh, ça bondit, ça tire, il y a des courses poursuites mais je n'accroche pas vraiment. Pas assez mordant. Le dessin, lui, ne bénéficie pas d'un graphisme spécial. Le trait accroche mais sans plus. C'est plutôt le découpage qui donne vie à l'histoire, qui la porte. Nerveux, vif, déstructuré dans certaines planches, il m'a intéressé de temps en temps, pendant les moments d'action. Les couleurs ?... "normales", sans apport excessif de luminosité ou de froideur. Une série "à suivre", oui, peut-être... car elle ne m'a pas trop intéressé outre mesure. Je cote "3" car je suis "bon" lecteur.

11/02/2007 (modifier)
Par Kael
Note: 1/5

Je n'ai lu que le T1 et je ne lirai certainement jamais le T2 (et les autres à paraître) tellement je me suis fait chier. Le dessin n'a qu'un seul vrai défaut, c'est celui de manque cruellement d'originalité. Le dessinateur maîtrise son sujet, mais on ne reconnaitrait pas son dessin au milieu de tous les autres auteurs au trait très proche (ce n'est pas rare...) Le gros défaut vient surtout du scénario qui n'a pas réussi à m'intéresser un seul instant. Quel ennuie ! La lecture s'est avérée laborieuse et presque douloureuse (je suis même assez fier de mon courage pour avoir réussi à terminer ce 1er tome). Les bases de cette série ne me convenant pas (c'est peu dire), je n'irai pas plus loin.

29/09/2004 (modifier)
Par garath
Note: 4/5

Franchement surpris par ce premier tome. L'histoire est bien foutue, il n'y a pas de temps morts et, même si parfois c'est un peu trop rapide, on ne peut s'empêcher de dévorer la BD pour savoir la suite. Le nombre de personnages présentés est assez important ==> ne lisez pas trop vite quand même... Bien sûr, c'est un tome 1 ==> il y a beaucoup de points qui restent sans réponse, mais il faut bien en laisser pour la suite, non? Pour ce qui est du dessin, il est assez classique mais pas déplaisant. Je dirais même qu'il est plus agréable que beaucoup (trop) de BDs actuelles...

18/09/2003 (modifier)