L'Appel de l'Espace (Life on Another Planet)

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 8 avis)

Une agence du Nouveau Mexique reçoit un étrange appel venant de l'espace...


Kitchen Sink Press Will Eisner (1917-2005)

Une agence du Nouveau Mexique reçoit un étrange appel venant de l'espace... Cela semble être une suite logique de nombres premiers. Par la suite, les Etats du monde entier sont en compétition pour répondre à l'appel et envoyer une mission vers la planète d'où proviendrait le signal : Barnard. On y retrouve une certaine course à l'espace entre Est et Ouest, chacun déployant tous ses moyens pour parvenir à ses fins. Source : cac :)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1984
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Appel de l'Espace
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

22/06/2003 | cac
Modifier


C'est assez impressionnant d'être devant un tel ouvrage. On ouvre une page au hasard, n'importe laquelle ... et on prend une grosse leçon de Bande dessinée. Le dessin est sensationnel (du Will Eisner quoi ..), mais surtout, la composition des planches est hallucinante : l’enchevêtrement des cases, les noirs et blancs, les négatifs, le jeux de lumière, la fusion entre les lignes. On a carrément l'impression d'être dans un exercice de style, comme si sur chaque page il fallait en faire le maximum, pour montrer un talent, pour en mettre plein la vue. Il y a réellement du génie dans le dessin, c'est rare et incontestable. Les planches sont de vrais tableaux. C'est de la GRANDE bande dessinée. Et pourtant je dois dire que je n'ai pas particulièrement adoré cette BD. En fait, comme souvent avec Will Eisner j'ai du mal à me placer ... Ce n'est pas vraiment drôle, et pourtant le scénario alambiqué est de fait ... plutôt cocasse. Ce n'est pas tout a fait cynique, même si tout le monde en prend pour son grade (le gouvernement, les religieux, la mafia, l'entreprise). Ce n'est pas vraiment de la science fiction car le concept de départ n'évolue pas vraiment. Ca reprend par contre quelque codes du polar mais sans qu'on ne s'attache réellement aux personnages, ni à une ambiance forte. Finalement j'ai adoré le style mais n'ai pas vraiment besoin de lire toute l'histoire pour me délecter des planches. J'ai même l'impression d'avoir lu une démonstration graphique qu'on aurait pu coller sur n'importe quel scénario. Du coup cette BD souffre d'un réel manque de parti pris, et donc de saveur.

01/03/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

L'appel de l'espace commence par la réception sur terre d'un message provenant de l'étoile de Barnard située à près de 10 années lumières. La recherche de signaux en provenance d'autres étoiles de la galaxie est une des activités du SETI depuis les années 60. Aucune tentative n'a permis de démontrer l'existence d'une civilisation extra-terrestre. Pour l'instant, rien ne permet de démontrer qu'il y a une forme de vie intelligente dans la galaxie. Je suis d'ailleurs un partisan du fameux paradoxe de Fermi. Pour rappel, cette théorie montre que nous devrions normalement être en contact avec des civilisations extra-terrestres compte tenu de la jeunesse de notre soleil par rapport à d'autres étoiles de l'univers. La logique voudrait qu'une civilisation plus avancée que celle de la Terre aurait déjà dû prendre contact avec nous. Le paradoxe est que nous n'en n'observons aucune trace ... Pour en revenir à la bd qui a certainement inspiré le film "Contact" avec Jodie Foster, Will Eisner va rester sur Terre pour démontrer l'enchainement d'évènement qu'un tel signal pourrait produire sur la population à travers les sectes ou encore sur les gouvernements en se servant de la rivalité Est-Ouest. N'oublions pas que cette bd a été réalisée en 1984 pendant la période de la guerre froide à un moment où les USA voulaient manifester leur hégémonie sur le monde. C'est donc une véritable course non pas vers la Lune mais pour l'envoi d'une fusée en direction de l'étoile de Barnard. Les amateurs de science-fiction vont être forcément un peu déçus car c'est une série qui tend plutôt vers l'espionnage. Il y a une bonne maîtrise de différents aspects par Will Eisner en analysant la portée d'un signal venu de l'espace : politique, scientifique, religieux... Je regrette simplement qu'il y ait eu quelques raccourcis très faciles rendant certains éléments un peu naïfs voire incohérents. Cependant, l'essentiel est préservé. On va passer un agréable moment de lecture où cela partira sur plusieurs pistes pour un final maîtrisé. En tout cas, c'est une forme très subtile de la part de l'auteur d'aborder la science-fiction autrement. Oui, il avait incontestablement du génie.

14/02/2010 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pierig

Ce one shot est assez prenant. Certes, sa lecture demande une attention soutenue mais cela en vaut franchement la peine. La réception d’un message provenant de l’espace n’est finalement qu’un prétexte pour déclencher une cascade d’événements qui échappe bien vite à tout contrôle. C’est surtout l’occasion pour l’auteur de dénoncer les errements des années 80 : guerre froide, secte fanatique, despote africain, société capitaliste à outrance, magouilles politiques, etc. C’est en quelques sortes un Alan Moore avant l’heure qui dénonce les dérives de notre monde. Tous ces éléments viennent s’imbriquer les uns dans les autres, rendant la lecture plus complexe. Toutefois, La narration reste fluide, ce qui évite au lecteur de décrocher. Le récit captive de bout en bout et on n’est pas déçu par la fin. Will Eisner a un sens de la narration et du découpage hors du commun. De plus, j’aime beaucoup sont trait caricatural. Bref, voici une lecture exigeante mais pas rébarbative et au contraire ô combien intéressante !

08/01/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cette bande dessinée ne manque clairement ni d'originalité ni d'ambition, surtout pour l'époque de sa parution. Will Eisner part du postulat d'un signal manifestement extra-terrestre capté par un radiotélescope américain pour développer une complexe histoire sur les conséquences mondiales et très humaines de cet évènement. Le contexte est celui de la fin des années 70, en pleine guerre froide et à la sortie du mandat de Nixon donc à une époque où les USA tiennent fortement et sans détour à garder leur hégémonie mondiale. Ce décor géopolitique empli d'espions de tout poil parait un peu vieillot de nos jours mais il ne manque pas d'intérêt, d'autant qu'il est abordé avec objectivité, désillusion et une pointe de causticité par Eisner. Le dessin est impressionnant, comme toujours avec Eisner. Son trait est souple, dynamique et clair. La liberté et la maîtrise de sa mise en page sont épatantes. Ce style parait indémodable. Un tel scénario aurait dû me captiver. Malheureusement, j'ai en partie succombé à sa complexité. J'ai en effet eu l'impression d'observer un arbre dont le branchage se ramifiait de plus en plus au fil des pages, chaque branche amenant de nouveaux personnages, de nouvelles sous-intrigues et de nouvelles possibilités. Ces ramifications se croisent, s'entrecroisent, me faisant perdre un peu le fil à certains moments. Il devient en effet compliqué de comprendre et se souvenir des motivations de chacun. Du coup, certains passages essentiels me paraissent un peu incohérents. Pourquoi chercher à atteindre au plus vite une planète déjà habitée comme si l'atteindre permettait de la conquérir ? Quel est le véritable but de la Multinationale ? Qu'a-t-elle à gagner à ses énormes et coûteuses machinations ? Quel est le but du héros finalement et pourquoi empêche-t-il tout départ de fusée en pensant qu'ils impliqueraient une guerre mondiale ? Quel est le véritable avantage d'envoyer ces mutants végétaux dans l'espace ? Ce sont ces petites complexités pourtant essentielles dans le récit qui m'ont empêché d'être complètement pris dans l'histoire (sans parler des quelques incohérences scientifiques comme le fait qu'en 1977, un scientifique puisse affirmer en quelques secondes qu'un signal provienne d'une planète de la taille de la Lune dans un système situé à 6 années lumière de la Terre, ou encore qu'une fusée puisse atteindre cette dernière en seulement 10 années). Trop de ramifications et de personnages, cela m'a un peu fatigué. J'aurais aimé que l'auteur se focalise sur une trame principale pour son récit. Et évidemment, ma curiosité est frustrée de ne pas avoir pu découvrir à quoi ressemblait cette probable civilisation extra-terrestre. Du coup, même si cet album est gros et dense, je trouve son prix (neuf) un peu élevé par rapport au plaisir que j'ai éprouvé à sa lecture.

07/08/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

'L'appel de l'espace' est un bon one-shot. Je pensais qu'il allait y avoir des extraterrestres dans l'histoire, mais, encore une fois, Eisner me surprend. On ne fait que voir la réaction des humains et on les voit dans leurs pires défauts. C'est vraiment passionnant sauf qu'Eisner fait intervenir trop de personnages et c'est un peu confus par moment. De plus, l'album est un peu long et je me suis un peu ennuyé vers la fin. Ça reste quand même un one-shot à lire absolument.

18/06/2008 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Will Eisner, décédé récemment, était considéré comme un génie du comic book américain. C’est donc avec une certaine excitation que j’ai entamé la lecture de « L'appel de l'espace », d’autant plus que je trouvais le sujet alléchant. L’histoire commence exactement comme le film « Contact » (avec entre autre Jodie Foster) : des scientifiques captent un signal venu de l’espace, et découvrent rapidement qu’il s’agit d’une suite de nombres premiers, preuve que l’émetteur est doué d’une certaine intelligence. Mais là où le film s’embarquait dans une histoire très science-fictionesque, « L'appel de l'espace » reste plus terre à terre, et s’amuse à imaginer la réaction en chaîne que produirait une telle découverte sur notre bonne vielle terre. Et là, l’auteur s’amuse et passe en revue tous les cotés les plus décadents de notre société, tous les traits les plus embarrassants de notre chère race humaine. Course au prestige entre les USA et l’URSS (oui la 1ere publication date des années 70), multinationale désireuse d’affirmer son emprise financière sur le monde, scientifiques fous avides de succès et de gloire, sectes opportuniste, motivations politiques douteuses, … Bref, que du beau monde. Les développements et implications de ce beau bordel sont tout simplement fascinants à suivre, et la conclusion est très bien faite. Une superbe histoire, peut-être un peu difficile à suivre par moment (il y a beaucoup de personnages, beaucoup de noms à retenir), mais que je vous invite chaudement à découvrir si le sujet vous intéresse.

27/08/2005 (modifier)
Par Franck
Note: 4/5

Je suis pas loin de mettre 5/5 sur ce coup là, moi... Malgré un titre évocateur, pas de petits hommes verts ni de voyage supra-luminique là dedans : Le point de départ, un message venu de l'espace, va créer sur terre moult luttes de pouvoirs entre différentes entités. Pouvoirs politique, agences gouvernementales, mafia, sectes, dictateur africain, scientifiques... tout ce beau monde veut sa part du gâteau. Je trouve le dessin d'Eisner superbe, et que vous ayez la version N/B ou couleur le plaisir est le même. Les destins se croisent dans une ambiance de film noir, le ton est caustique, l’humour féroce. On peut trouver les personnages un peu caricaturaux, il est vrai, mais à mon sens l’atmosphère de la bd tient aussi à cela. Ouais, décidément, pas loin du 5/5…

28/07/2004 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Ce doit être un des premiers comics que je lis (si ce n'est le premier). J'ai presque envie de mettre 4. Tout d'abord on s'attend à une histoire de SF, avec extra-terrestres, mission dans l'espace et tout ce qui va avec. En fait c'est plutôt de la politique-fiction - j'ai eu du mal à lui spécifier un genre. Les gouvernements du monde rivalisent pour être les premiers à contacter cette nouvelle forme d'intelligence. Cet album date de la fin des années 70 (je m'étonne d'ailleurs qu'il n'ait pas été posté avant) à l'heure où les rivalités de la guerre froide étaient encore bien présentes. Cela se ressent bien dans l'histoire. Les services secrets, que ce soit la CIA ou le KGB, mettent tout en oeuvre pour servir leur pays. D'autres font tout pour qu'aucun contact ne soit établi. Ajoutez à cela la mafia, qui est tellement influente qu'elle peut faire élire un président. Ajoutez à cela des sectes persuadées de trouver le bonheur sur cette nouvelle planète, et d'y implanter une nouvelle forme de vie mi-homme, mi-plante. On sent bien les manipulations, les changements de camp... tout cela est bien prenant. Côté dessin, c'est du noir et blanc. On n'a pas de cadres stricts, une traduction correcte, c'est plutôt bien fait. L'ouvrage est dense (140 pages) mais ça se lit d'une traite. Par contre c'est assez cher, un achat à réfléchir...

22/06/2003 (modifier)