Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

House of Slaughter

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Un spin off de Something is Killing the Children.


Boom! Studios Gays et lesbiennes L'horreur en bande dessinée Nouveautés BD, comics et manga Spin-off [USA] - Middle West

Avant de revêtir le masque noir, le mentor d'Erica Slaughter, Aaron Slaughter, a fait ses armes dans un ordre peu conventionnel. Fief de l'ordre des chasseurs, les enfants, destinés à devenir des guerriers, y sont confrontés à des menaces plurielles. Élève réservé, la trajectoire d'Aaron prend une tournure inattendue et inquiétante quand il s'éprend du jeune homme qui deviendra son rival. La chasse horrifique dans les forêts du Midwest se teinte alors d'un drame intime.

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Traducteur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Juin 2022
Statut histoire Série en cours (prévue en 2 tomes) 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série House of Slaughter © Urban Comics 2022

01/08/2022 | Cacal69
Modifier


Par Cacal69
Note: 3/5
L'avatar du posteur Cacal69

Une semi déception et une semi satisfaction. C'est d'abord le prix attractif qui m'a convaincu de franchir le pas, hop dans le panier. Un spin off de Something is Killing the Children, série que je n'ai pas lu, ce qui je pense a compliqué ma compréhension de cet univers où des Loges (genre de cellule maçonnique) existent pour combattre des monstres. Un monde structuré fait de règles qui ne se discutent pas et où des luttes de pouvoir se trament. Un récit qui se concentre sur deux personnages. Aaron Slaughter, jeune élève, est là pour gagner ses "crocs", une sorte de diplôme de tueur de monstres. Et Jace Boucher, le dernier survivant de sa Loge qui ne rêve que de vengeance. Une amitié va naître qui fera vite place à de l'amour. Leur relation est le socle de ce récit et elle est assez bien exploitée, l'amour sera-t-il plus fort que tout ? Une narration chaotique, on passe du présent au passé et vice et versa brusquement, la transition est abrupte, ce qui m'a désorienté plus d'une fois. Un scénario avec de bonnes intentions mais qui ne m'a pas complètement emporté. Un album qui peut se lire comme un one shot. Graphiquement, j'ai préféré le travail de Chris Shehan sur Automnal, son trait est ici plus dans un style classique comics et la colorisation n'aide pas a s'en démarquer. De plus, sa mise en page m'a quelque fois dérouté, j'ai eu du mal à lire certaines cases dans le bon sens. Je vais me pencher sur la série mère, pour peut-être mieux apprécier ce spin off.

01/08/2022 (modifier)