Hound Dog

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Une virée funky entre Twin Peaks et Bukowski dans une Amérique périurbaine pré-apocalyptique sous l'œil impavide et miséricordieux du dieu Elvis.


Elvis Presley Les Losers Nouveautés BD, comics et manga [USA] - Middle West

César et Alexandre, deux losers magnifiques, et le clébard sans nom qui leur colle au train, sur la piste d'un accident maquillé en meurtre maquillé en suicide (pas forcément dans cet ordre). Une virée funky entre Twin Peaks et Bukowski dans une Amérique périurbaine préapocalyptique sous l'oeil impavide et miséricordieux du dieu Elvis... Texte éditeur.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Avril 2022
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Hound Dog © Denoël 2022

04/05/2022 | Cacal69
Modifier


Par Cacal69
Note: 3/5
L'avatar du posteur Cacal69

Hound dog, comment ne pas penser à la chanson d'Elvis Presley et ça tombe bien, il va nous accompagner pendant cette histoire saugrenue, en tant que dieu. Je découvre Nicolas Pegon dont c'est la deuxième bd. Il est graphiste de formation, puis intègre une section cinéma d'animation avant de bifurquer sur le neuvième art. Le récit commence par une séance de brainstorming sur le logo d'une marque de whisky et cette fameuse bouteille fera son apparition ici et là au fil du récit. Dans la ville de Saint-Louis, deux paumés vont se retrouver avec un chien sorti de nul part, ils vont rechercher le propriétaire et le trouver. Le problème est qu'il est mort mais d'une mort non naturelle. Ils vont mener leur enquête. Un meurtre ? Un suicide ? Vous aurez la réponse et je dois avouer qu'elle vaut son pesant de cacahouètes. Une lecture plaisante mais je n'ai pas trouvé l'ambiance d'une virée entre Twin Peaks et Bukowski comme le mentionne la quatrième de couverture. Ça manque de moelle, de folie malgré quelques belles trouvailles comme celle des différents toubibs. Les 187 pages se lisent rapidement, trop pour s'attacher à nos deux losers. Graphiquement, le style de Pegon se rapproche du comics avec un trait gras, très agréable à regarder. Les jambes d'un de nos losers (le barbu chauve) me paraissent excessivement longues sur certaines cases. Une jolie colorisation. Une curiosité.

04/05/2022 (modifier)