Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Le Vin des papes

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

La naissance d’un vignoble de légende.


1300 - 1453 : Moyen Âge et Guerre de Cent ans Bouffe et boisson Corbeyran En Provence... Le Vin

7 mai 1342. Lors de son sacre, le pape Clément VI, réputé pour son amour du bon vin, donne une immense fête où le nectar coule à flots. Quelques années plus tard, le jeune Benoit est de retour dans sa famille après avoir interrompu ses études à l’université. Son père, vigneron de la région de Châteauneuf, espère qu’il reprendra les vignes familiales à ses côtés. Mais Benoît semble plus attiré par le commerce et le métier de courtier. C’est d’ailleurs en réalisant un voyage pour vendre la production de son père que sa route croisera par hasard celle du souverain pontife. Grâce au vin, une relation singulière va naître entre les deux hommes.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Mai 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Vin des papes

01/12/2021 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Cet album souffre d’un problème récurrent de la collection : l’aspect historique n’est que peu développé au bénéfice d’une dimension fictionnelle que j’ai trouvée de peu d’intérêt. Ici, nous avons droit à une sorte de retour du fils prodigue qui va reprendre en main, et sans réelle motivation, l’exploitation familiale. Et alors que les aspects historiques et géographiques me semblaient aptes à nourrir ce récit, je sors de ma lecture en ayant l’impression de n’avoir rien appris alors même que le destin des personnages fictifs m’a laissé totalement indifférent. Ca se laisse lire, hein ! Corbeyran est un pro, la lecture est fluide. Goepfert ne nous offre pas ses planches les plus travaillées mais son trait reste agréable et son soucis de restituer des bâtiments d’époque fidèles à la réalité historique demeure un plus pour ce qui concerne l’aspect visuel. Mais je me suis quand même ennuyé. Cet album peut être mis en lien direct avec celui consacré aux moines de Bourgogne (auxquels il est d’ailleurs explicitement fait référence). Alors que l’époque s’y prêtait, la grande peste n’est qu’abordée par la bande. Enfin, le personnage récurrent de la jeune femme rousse apparait ici encore sans rien apporter au récit. Un album qui ne va pas me rester en mémoire bien longtemps, je pense…

01/12/2021 (modifier)