Sangoma - Les Damnées de Cape Town

Note: 4/5
(4/5 pour 5 avis)

En Afrique du Sud, une vingtaine d’années après l’Apartheid, les cicatrices laissées par l’ancien système peinent à se refermer. Le racisme n’est plus institutionalisé mais les inégalités toujours présentes et la population divisée entre les propriétaires blancs et les ouvriers noirs. Dans ce contexte, Sam est retrouvé mort sur les terres de la ferme des Pienaar, ses employeurs...


Afrique du Sud Les prix lecteurs BDTheque 2021 Racisme, fascisme

Le lieutenant Shepperd – esprit léger, avisé autant que séducteur et tête brûlée – est chargé de saisir les enjeux qui auront mené au drame. L’enquête s’alourdit bientôt d’éléments disparates : conflits et secrets familiaux, recours à la sorcellerie, disparition d’un bambin dans le voisinage… Tandis que Shane Shepperd lutte tant bien que mal contre les silences et les mensonges de ses interlocuteurs, en toile de fond, le parlement est le théâtre d’oppositions rongeant la nation sud-africaine… La réforme agraire visant à redistribuer les terres usurpées du temps de l’apartheid provoque les débats et souligne les tensions des partis radicaux. Bientôt, les deux camps en appelleront à la violence. Enquête policière sur fond de climat social brulant, Sangoma, les damnés de Cape Town, est un récit sous tension où la violence d’un crime souligne les angoisses d’un pays captif de son passé.

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Novembre 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Sangoma - Les Damnées de Cape Town © Glénat 2021

06/11/2021 | Yann135
Modifier


Par Benjie
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Benjie

Comme l’impression d’être dans un film qui vous tient en haleine du début à la fin, sans temps morts. Une enquête prenante sur fond de période post-apartheid. Si l’Afrique du Sud a bénéficié d’une politique de Réconciliation, on comprend vite qu’à la moindre étincelle, la violence est prête à éclater de nouveau entre les communautés. Après avoir posé les bases de l’histoire et présenté les protagonistes, le récit se déploie et se complexifie. La tension monte alors qu’entre en scène un flic assez en marge dont on aimerait approfondir l’histoire personnelle. Le scénario se déroule à un rythme rapide, entrecoupé d’explosions de violence. La fin est une bonne surprise et intelligemment pensée dans ce pays en manque d’apaisement. Le dessin est superbe et tout particulièrement les pages et doubles pages montrant la ville du Cap, ses townships dangereux, ses quartiers où les riches blancs se regroupent et ses campagnes couvertes de vignobles. Un très bon album, intelligent à l’ambiance oppressante et visuellement très réussi. Coup de cœur !

26/03/2022 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai beaucoup aimé ce récit même si sa partie introductive m’a gêné aux entournures, principalement du fait de la manière très manichéenne dont les personnages sont présentés (les méchants boers, les pauvres noirs opprimés et spoilés de leurs terres). Heureusement, au fil du récit, cet aspect manichéen se nuance méchamment et la dimension historique et politique s’efface au profit d’une intrigue policière à deux niveaux. Le climat est tendu du début à la fin, contrebalancé par l’attitude du héros, désinvolte et blagueur (entre autres qualités) et nous allons progressivement descendre les marches d’un escalier qui nous mènera vers les zones les plus nauséabondes du Cap. Le récit est très bien mené et les deux intrigues se recoupent assez naturellement, sans jamais s’emmêler. Le dessin de Corentin Rouge est parfait pour ce type de récit au ton très proche des séries policières américaines. Les cases présentant de grands espaces, les scènes dédiées à l’action, les physionomies des personnages, tout est extrêmement cinématographique tant et si bien que l’on se croirait dans un film à gros budget, l’originalité du cadre en prime. Bon ! Contrairement à Pol, je ne mettrais pas cet album entre toutes les mains. A partir de 15, 16 ans, oui. Plus jeunes, certains passages risquent quand même de donner aux lecteurs quelques cauchemars tandis que l’aspect politique du récit nécessite un certains intérêt pour cette matière (ce qui est rarement le cas des moins de quinze ans). Mais si vous êtes amateurs de polars noirs et violents, franchement, cet album fait parfaitement le taf.

24/01/2022 (modifier)
Par pol
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur pol

Un excellent polar à mettre dans toutes les mains. Le trame de l'histoire comprend pas mal de composantes différentes : meurtre, politique, conflit social sur fond d'apartheid, croyances tribales, enlèvement. Et le moins qu'on puisse dire c'est que tout ça s'équilibre parfaitement et s'imbrique à merveille pour former un tout cohérent et prenant. Ce n'est pas trop, bien au contraire tout est intelligemment lié. L'Afrique du sud est vraiment bien choisie, tant cela parait propice à ce récit. D'abord c'est dépaysant, mais ensuite et surtout, l'histoire et le contexte social et politique de ce pays offrent le cadre idéal à cette intrigue. Les paysages sont du pain béni pour le dessinateur. De ce coté là on est gâté car le dessin est superbe. Décors, personnages, ambiance, couleurs chaudes et chatoyantes, c'est un vrai plaisir visuel. Il y a quelques doubles pages qui proposent des vues sur des paysages splendides. Bref le dessin et le scénario sont au diapason. C'est donc avec plaisir et attention qu'on suit cette enquête qui s'emballe peu à peu, au fur et à mesure qu'elle avance. Tout est crédible, il y a la petite dose de suspens et d'action nécessaire pour pimenter tout ça. Un sans faute.

27/12/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Shame on me, je ne connaissais pas Corentin Rouge le dessinateur excellent de cette histoire. En ce qui concerne le scénariste Caryl Férey c'est autre chose, il se trouve que je possède tous les polars que ce monsieur a écrits et si vous êtes amateurs je vous enjoins à lire au plus vite son œuvre. L'apartheid n'est pas totalement aboli en Afrique du sud vingt-cinq ans après, loin s'en faut. C'est dans le contexte d'une exploitation vinicole tenue par des blancs que se déroulent les évènements qui nous sont contés. De vieilles rancunes ressurgissent entre propriétaires et ouvriers noirs qui souhaiteraient que la redistribution des terres se fasse plus vite au bénéfice des dits ouvriers. le tout sur fond de vieilles pratiques "médicales" à la limite de la sorcellerie. Un récit sous tension mais sans manichéisme qui tient en haleine tout du long. Si Caryl Férey nous propose d'autres récits nul doute que j'irais y jeter plus qu'un œil.

14/11/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Yann135

Je vous le dis tout de go … cet album est magnifique ! je l’ai découvert un peu par hasard au gré de mes déambulations dans les allées de quai des bulles à St Malo. Une lecture d’un seul trait. Et me voilà scotché littéralement par cette BD. L’histoire est juste incroyable. Et les dessins sont particulièrement séduisants et réalistes. Vous pouvez me croire, je vais régulièrement en Afrique du Sud et en quelques planches je me suis retrouvé à Cape Town sous le soleil au bord de la plage. Bidonvilles, Montagne de la Table, sorcellerie, vignobles sont les ingrédients de ce thriller décapant avec une kyrielle de rebondissements. Ça pulse. C’est brutal. L’atmosphère post apartheid est bien peinte et reflète malheureusement toujours le fossé existant entre les blancs et les noirs. Assurément vous allez attraper un coup de chaud à la lecture de cet album. Les destins s’entrecroisent pour votre plus grand plaisir. Les auteurs tentent de vous aiguiller sur de fausses pistes. Vous reprendrez votre respiration et vous replongerez avec avidité dans votre lecture même si le climat est suffoquant et la cruauté sous-jacente. Délicieuse découverte que je recommande chaudement. Mon coup de cœur du moment.

06/11/2021 (modifier)