Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Mao

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

On ne présente plus Rumiko Takahashi, Grand Prix 2019 du Festival international de la BD d’Angoulême. Cette autrice hors pair qui avait débuté sa carrière en 1978 avec Urusei Yatsura, éditée pour la première fois en France en 1994 avec Ranma 1/2, retourne à la prépublication hebdomadaire avec Mao, sa nouvelle série shônen. Il s’agit là d’un condensé de tout son art, un savant mélange entre action, drame, horreur et humour, qui saura plaire aussi bien à ses premiers fans qu’aux nouveaux lecteurs à la recherche d’un bon shônen de voyage entre les mondes (isekai) !


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Folklore asiatique La BD au féminin : le manga Rumiko Takahashi Shogakukan Shonen

À l’âge de 7 ans, la jeune Nanoka Kiba a perdu ses deux parents dans un accident. Aujourd’hui en troisième année de collège, elle revient sur les lieux du drame et se retrouve projetée un siècle plus tôt, en pleine ère Taisho. Dans ce Japon du début du XXe siècle, elle rencontre Mao, un chasseur de yôkai, qui la considère comme l’un d’entre eux. À la recherche de la créature qui l’a maudit, il va aider Nanoka à lever le mystère sur sa véritable nature… Texte:L'éditeur

Scénariste
Dessinateur
Traducteurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Juillet 2020
Statut histoire Série en cours (9 tomes parus au Japon, série en cours) 7 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Mao

30/09/2021 | Gaston
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Rumiko Takahashi est une autrice qui occupe une place spéciale dans mon panthéon personnel, car elle fait partie des premiers mangakas dont j'ai lu l'œuvre et j'ai tout de suite aimé son style, sauf que depuis Inu yasha je trouvais que la qualité de son travail avait baissé. C'est donc sans grand espoir que j'ai commencé à lire son nouveau manga. Cela a mal commencé d'ailleurs. J'avais l'impression de lire une copie d'Inu Yasha avec comme seule grosse différence que l'héroïne se retrouve dans le Japon des années 1920 au lieu du moyen-âge. Comme dans l'autre série de l'autrice, c'est une étudiante qui peut voyager entre deux époques et rencontre un garçon puissant qui combat des démons dont un gros méchant bien méchant. Bref, je pensais que j'allais lâcher ce manga sans terminer de lire tous les tomes que j'avais empruntés, et puis miracle, au cours de ma lecture du tome 2, il y a des éléments dans le scénario qui m'ont accroché et puis au fil des tomes je suis rentré de plus en plus dans l'histoire. Ce qui me semblait être au départ un banal shonen se révèle être plus complexe. Le grand méchant n'est peut-être pas si méchant que ça ou du moins c'est pas lui le vrai grand méchant, il y avait des trucs pas nets dans le clan dont faisait partie le héros avant le jour qui a ruiné sa vie, et le mystère autour de ce qui s'est passé est vraiment captivant. En fait, j'ai eu l'impression de retrouver ce que j'aurais voulu avoir avec Inu Yasha: une œuvre fantastique sombre avec une héroïne pas du tout chiante. Les personnages sont attachants et le dessin est bon, quoique je préfère le vieux style de Takahashi. Ah ça fait du bien d'adorer une nouvelle œuvre de Rumiko Takahashi ! Quoique j'espère que cette fois-ci le scénario ne va pas trop trainer. Je pense que je vais continuer à aimer si cela dure 20-25 tomes maximum, mais si on finit avec 40-50 tomes, je pense que je vais finir par décrocher, surtout si elle prend trop son temps pour donner des réponses aux mystères.

30/09/2021 (modifier)