Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Une gamine dans la lune

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Troisième volume de l’anthologie que nous consacrons à Nicole Claveloux, Une gamine dans la lune est composé d’une dizaine d’histoires courtes réalisées à la fin des années 70. Ces récits au ton irrévérencieux abordent avec malice des thèmes chers à l’autrice, de la naissance de la sexualité à la place de la femme dans la société. Des sujets parfois tabous que Nicole Claveloux se plaît à bousculer et à tortillonner au gré de son imagination sans limite.


La BD au féminin

Ce recueil permet également de saisir le regard si particulier que Nicole Claveloux porte sur l’enfance et l’apprentissage du monde. Se qualifiant elle-même de « bébé » ou encore de « clown qui n’aurait pas grandi », on perçoit à travers son œuvre sa capacité à toujours se placer du côté de l’enfant, sans juger ses inhibitions ou ses maladresses. Une faculté qui fait d’elle aujourd’hui, l’une des plus grande illustratrice de livres pour la jeunesse. À travers l’histoire Une gamine toujours dans la lune, qui raconte les rêves de menstruation d’une fillette, J’aime un économiste (avec Élisabeth Salomon au scénario), récit d’une femme harceleuse, ou encore les Crapougneries, véritable ode aux bêtises et aux interdits de l’enfance, Nicole Claveloux nous montre – encore une fois – toute la puissance évocatrice et désarmante de son talent, secouant au passage le féminisme militant des années 70 et la bien-pensance parentale. Une œuvre intemporelle, pleine d’espièglerie et d’onirisme, qu’il est urgent de redécouvrir. Texte: L'éditeur

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Janvier 2021
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Une gamine dans la lune

14/09/2021 | Gaston
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Deuxième album de Nicole Claveloux que je lis et je ne pense pas continuer de lire son œuvre, du moins les bandes dessinées pour adultes qu'elle a faites. Déjà je ne suis pas fan de ce style underground où la dessinatrice semble faire exprès de faire du laid et comme un quart de l'album ne sont que des illustrations ce n'est pas une lecture agréable si on n'aime pas le dessin. C'est un recueil d'histoires qui sont parues principalement dans Ah Nana!, mais aussi dans d'autres publications de l'époque. Les seuls histoires qui m'ont intéressé sont Sans famille et Récidébile 2 (même si pour cette dernière c'est surtout parce que j'aime plus l'idée que l'exécution de cette idée). L'histoire courte parue chez (à suivre) m'a aussi un peu captivé parce que Claveloux a le style humoristique qu'elle emploie dans ses œuvres jeunesse et j'aime mieux ce style que son dessin réaliste moche. Dommage que la chute de cette histoire humoristique ne soit pas drôle, mais au moins j'ai été content d'avoir deux pages avec un graphisme agréable à regarder. C'est typiquement le genre de BD underground qui me laisse indifférent. Le ton des récits est généralement absurde, mais d'un absurde qui ne me plait pas. On retrouve des tabous comme la sexualité infantile (et vu la mentalité de notre époque je suis surpris qu'on peut republier ça) et plein d'autres trucs qui choquaient probablement à l'époque, mais hormis la nudité d'enfants je pense que ça va plus faire bailler le public d'aujourd'hui d'ennui, sauf si on est fan de vieille BD underground. Perso, je trouve que c'est typiquement de la BD adulte des années 70 qui a mal vieilli à mes yeux, étant plus attiré par d'autres genre de BD pour adultes de l'époque (Fluide Glacial ou les romans (à suivre) notamment).

14/09/2021 (modifier)