Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Chroniques de Roncevaux

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Une version très plausible de la geste du preux Roland, neveu de Charlemagne


476 - 986 : Moyen-Âge, Francs, Mérovingiens, Carolingiens... Charlemagne

En 778, Charlemagne, conquérant des royaumes germaniques, ayant soumis les Lombards puis les Saxons, souhaite désormais s'établir comme véritable «Défenseur de la foi du Christ». Face à l'Empire Islamique, il veut mettre en place une nouvelle ligne de front au sud des Pyrénées. Les troupes du plus puissant monarque que l'armée des Francs n'ait jamais connu se dirigent alors vers Saragosse, cité tenue par l'émir de Cordoue Abd-al Rahman, dans le but de soumettre la grande ville du nord hispanique. Charlemagne se lance dans cette campagne plus par orgueil que par nécessité, mais cette guerre sera âpre et dramatique, suite à des trahisons, elle verra son neveu Roland s'y illustrer mais aussi y trouver sa fin.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2021
Statut histoire Série en cours (2 tomes prévus) 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Chroniques de Roncevaux

30/06/2021 | Agecanonix
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Ce diptyque conte l'épopée de Charlemagne et du paladin Roland en terres ibériques face aux Sarrasins, reliée à l'épisode désastreux de Roncevaux dans les Pyrénées qui rappelons-le, vit le massacre de l'arrière-garde de Charlemagne rentrant d'Espagne. Cet événement fit de Roland une légende glorifiée par la fameuse Chanson de Roland, la plus célèbre des chansons de geste du monde médiéval. Juan-Luis Landa se lance dans ce récit seul en assurant scénario, dessin et colorisation, sans doute qu'en tant qu'Espagnol, il se sentait destiné à conter cette histoire ; ses recherches ont dû certainement être pointues vu que ça semble très réaliste et crédible. Sur le plan historique, il y a beaucoup de vrai, quelques arrangements, des simplifications et une part de légende, disons que l'Histoire et la légende s'entremêlent puisque le récit se focalise surtout sur Roland plus que sur Charlemagne, les autres personnages faisant de la figuration. Roland représente l'idéal chevaleresque, le bras armé de la chrétienté face aux impies et aux païens. On connait son destin qui sera d'être tué à Roncevaux, ce qui lui apportera une gloire immortelle, devenant ainsi une figure mythique nationale, surtout sous la Troisième République, comme l'avait été Vercingétorix et comme le sera Jeanne d'Arc. Etrangement, pour ces 3 figures, ça a mal fini, c'est le prix à payer car c'est le lot des héros nationaux qui accomplissent une grande action. Cette période historique est rarement abordée en bande dessinée si l'on excepte quelques albums sur Charlemagne comme celui de la collection Ils ont fait l'Histoire chez Glénat (Charlemagne) mais où cet épisode de Roncevaux resté anecdotique, n'est que partiellement abordé. Ici, Landa décrit dans ce premier tome tout ce qui précède le drame de Roncevaux, c'est donc très bien élaboré. L'ensemble est de grande qualité, dense, très détaillé, avec une ambiance historique bien rendue, un soin dans l'architecture et les armes, ce qui aide à entrer dans ce Moyen Age farouche. Sans oublier une carte splendide en pages de garde qui plante le décor de la géographie complexe de ces temps anciens. La partie graphique est proprement stupéfiante, le dessin est extrêmement soigné et précis, la mise en page époustouflante avec des planches aérées, des cadrages larges et des pleines pages ; dès les premières pages, on est saisi. Ce dessin est d'une puissance phénoménale, je le trouve encore plus abouti que dans Arthus Trivium, les scènes de batailles avec la violence guerrière de cette époque alternent avec des pages de beaux dialogues, et Roland est vu comme le héros central avec tout ce qui a forgé sa légende, son épée Durandal et son olifant en ivoire. Les variations de couleurs froides et de couleurs chaudes sont également remarquables, Landa a accompli du beau travail. C'est un récit épique de chevalerie, vu de façon très héroïque, une oeuvre ambitieuse par son dessin de grande classe, son découpage et son propos, dont la fin est connue, mais dont l'achèvement promet avec l'épisode de Roncevaux dans un tome 2 très attendu.

30/06/2021 (modifier)