Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Le Plongeon

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

“Un EHPAD, des fesses, de l’amour et des rides !”


Troisième âge

En fermant une dernière fois les volets de sa maison, Yvonne, 80 ans, abandonne 40 ans de vie pour intégrer un EHPAD. Le changement est rude pour cette femme indépendante, d’autant qu’elle a encore toute sa tête. Elle a du mal à s’acclimater à cette nouvelle vie, qui la rapproche douloureusement de la mort. Prise dans le tourbillon inéluctable de la vie, l’octogénaire décide de s’offrir une dernière parenthèse enchantée.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Janvier 2021
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Plongeon

01/02/2021 | patwer
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

C’est beau mais c’est triste… C’est la vie… La fin de vie, la perte, le plongeon vers l’oubli. Oubli de ses propres souvenirs comme oubli par ses proches. C’est d’une grande justesse de ton. Pas larmoyant, drôle même par certains côtés, ce qui rend l’album encore plus déprimant. C’est une ode à la vie, au dernier souffle que l’on voudrait exubérant comme un dernier pied de nez à la mort. C’est un très beau récit, qui m’a énormément touché. Le trait épuré et facile d’accès de Victor Pinel et la narration légère de Séverine Vidal adoucissent la triste réalité de cette ultime halte avant le dernier plongeon. C'est un gros coup au coeur.

07/04/2021 (modifier)
Par patwer
Note: 4/5
L'avatar du posteur patwer

En ce début d’année, voici une petite pépite à déguster sans modération. Le sujet ne prête pas à priori à la rigolade, surtout en cette période, puisqu’on suit Yvonne dans sa nouvelle vie dans un EHPAD. Cet album est touchant, délicat et presque drôle. Cela met à mal les idées reçues sur la vie en EHPAD, sans jamais tomber ni dans le misérabilisme, ni dans le mélo. Les personnages sont attachants sans être excessivement méchants ou excessivement sympas. Yvonne nous entraine aussi dans ses réflexions personnelles et ses souvenirs, placés judicieusement dans le récit. Le dessin est en accord avec l’histoire, les traits des seniors sont hachurés en opposition avec ceux des personnes plus jeunes proches de ligne claire. La fin laisse à chacun la liberté de s’inventer la suite. Bel album donc, avec une couverture un peu intrigante qui incite peut-être à ouvrir l’album et à l’explorer plus avant.

01/02/2021 (modifier)