Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Temps de chiens (Rain Dogs)

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

New York a été, est, et sera toujours une jungle.


Après l'apocalypse... Dark Horse Comics New York

Dans un futur post-apocalyptique, la cité de New York a été submergée par les eaux. Elle est désormais livrée aux gangs, retournés dans un état de semi-sauvagerie. Des éclaireurs issus d'un groupe de survivants extérieurs voient leur vaisseau se faire abattre au-dessus de la ville. Bientôt les pillards s'approchent... Vont-ils tomber entre les mains du Faiseur de pluie ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2001
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Temps de chiens
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

23/10/2011 | Spooky
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Ben non cher ami, ce bof est un peu dur. OK c'est pas le truc du siècle et quelques idées ont été vues ailleurs. New York sous les eaux, après cette catastrophe des gangs tous plus déjantés les uns que les autres qui s'affrontent. Tous ça sent ses petites influences "Valérian " et "New York 1997", mais qu'importe je trouve le dessin plutôt efficace et il offre quelques planches bien vues. C'est vrai qu'au final c'est assez convenu et que cela reste superficiel avec des raccourcis faciles mais au delà d'un scénario léger le dessin remporte l'adhésion même si la colorisation à un côté années 80 assez typée. Encore une bande trouvée en vide grenier à un prix dérisoire, pas de regret, juste déçu que le potentiel évident n'est pas été plus exploité.

18/09/2016 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

J'ai pris ce livre sur la seule foi du nom de Colin Wilson, et de la couverture pas trop mauvaise, même si ce n'est pas lui qui l'a faite. Assez vite j'ai été déçu par le déroulement de l'intrigue ; ça tourne en eau de boudin, et ça se termine en cliffhanger, mais sans réelle conviction de la part du scénariste. Pourtant il y avait des choses intéressantes : la New York submergé par les eaux, les engins aériens faits de bric et de broc, la patte de Wilson qui, non content d'assurer dans le western (Blueberry en particulier), se montre également à l'aise avec des designs un peu futuristes (même si ses personnages ont des looks de pistoleros...). Mais lui-même semble un peu en-dedans sur certaines planches, un peu expédiées... Il y avait du potentiel, mais Rennie ne l'a -visiblement- jamais développé... Coïncidence amusante, ou pas, l'album se termine sur les toits du World Trade Center ; il a été publié en... septembre 2001.

23/10/2011 (modifier)