Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Nottingham

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Emmanuel Herzet et Vincent Brugeas revisitent la légende de Robin des Bois dans un récit d'aventure à l'assise très historique.


Nouveautés BD, comics et manga Robin des Bois

Les légendes se doivent d'être simples. Tout héros a une identité secrète. Tout héros a un ennemi juré à affronter. Pour Robin des Bois, rien ne sera simple : il est aussi le shérif de Nottingham.

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Janvier 2021
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Nottingham
Les notes (3)
Logo BDfugue Achetez sur BDfugue !

26/01/2021 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Encore une relecture du mythe de l'archer de Sherwood, sujet déjà maintes fois traité en bande dessinée ; déjà les auteurs de Robin des Bois (Robin) revisitaient cette histoire depuis les origines. Il fallait donc innover pour surprendre le lecteur, et surtout un lecteur comme moi qui suis fan de ce personnage ; en matière de Robin des Bois, je peux dire qu'il n'a plus aucun secret pour moi étant donné les différentes adaptations en BD que j'ai lues et surtout les multiples films hollywoodiens, anglais et italiens que j'ai pu voir. Les relectures, je m'en méfie parfois, je redoutais de tomber sur une version genre celle du film de 2018 avec Taron Egerton, une immonde bousasse qui dénaturait complètement le mythe. Cette version me fait penser à une sorte de mix entre la version de 1990 avec Costner et celle de Ridley Scott en 2010. Et comme je me réjouis toujours de lire des aventures médiévales, cette vue du XIIème siècle en terres anglaises est parvenue à m'intéresser, ouf me voila rassuré ! Les auteurs ont quand même osé un postulat audacieux : faire du sherif de Nottingham le Robin capuchonné qu'on connait, idée curieuse mais qui ma foi, fonctionne. Il le fallait de toute façon, on ne pouvait pas se contenter de la version classique maintes fois rabâchée. Inclure un personnage féminin dans un rôle d'homme, c'est dans la tendance féministe actuelle au cinéma et en BD ; il ne faut pas en abuser comme c'est souvent le cas, surtout au cinéma lorsqu'on vous met une meuf fortiche qui fout des branlées à des mecs et qui parfois finit par être ridicule. Non, ici, cette asso entre un sherif courageux et une petite châtelaine audacieuse tient bien la route. Je compare un peu le sherif à un super-héros, il doit garder son anonymat, donc il doit rester masqué et cagoulé. L'univers est soigné sur fond de vérité historique et bien en place, avec des combats dans la neige et de l'action, les auteurs parviennent à restituer correctement ce XIIème siècle chaotique dans cette Angleterre où s'opposent Normands et Saxons, en évitant habilement l'écueil dans lequel est tombé Le Bourreau, série médiévale qui avait un potentiel inouï mais qui fut complètement foiré. Cette bonne impression est accentuée par le dessin de belle tenue de Dellac dont j'avais déjà dit du bien sur L'Homme de l'Année - 1848 et Missi Dominici ; il réussit de belles images et soigne particulièrement ses décors. Je reproche juste 2 ou 3 petits détails : l'histoire tarde un peu à démarrer, le début étant un peu long, de même que les changements de séquences un peu trop fréquents cassent un poil la progression et la linéarité, ça ne rend pas la narration toujours très claire, mais bon c'est pas bien méchant, vu que ce premier album donne assez de matière pour laisser augurer une suite prometteuse aux possibilités évidentes, ce qu'il faudra suivre attentivement.

22/02/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Au fil du temps et de ma fréquentation de notre site chéri, si j'ai appris une chose, c'est qu'il fallait se méfier des emballements excessifs. Pour ce "Nottingham", soyons donc circonspects. Je commencerai par le dessin qui se trouve plutôt dans ma zone de confort même si comme le signale Mac Arthur le contour des visages aurait gagné à plus de finesse dans le trait. Concernant le scénario d'Emmanuel Herzet et du prolixe Vincent Burgeat et bien j'apprécie. J'aime assez quand les classiques, et les aventures de Robin des bois en est un, sont bousculés avec des idées novatrices qui cassent un peu le mythe iconographique auquel nous sommes habitués. Les événements sont bien conceptualisés dans un long préambule qui n'est pas si clair que cela. Qui est qui parmi tous ces personnages masqués évoluant dans des paysages neigeux, j'avoue que j'ai dû m'accrocher au début. Un tome introductif qui donne toutefois envie de lire la suite.

01/02/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Deux scénaristes passionnés d’histoire qui s’associent pour revisiter la légende de Robin des Bois, voilà qui était de bonne augure pour nous éloigner de l’image d’Epinal que l’on a du personnage. Et le moins que l’on puisse dire est qu’ils y ont été fort ! Le shérif de Nottingham et Marianne voient ainsi leurs rôles chamboulés par rapport aux versions précédentes. Et ce n’est pas plus mal ! Par ailleurs, les deux scénaristes introduisent leur récit via un assez long préambule qui permet de resituer le contexte dans un cadre historique et politique tangible. Aventure et histoire sont ainsi intimement liés, la première pouvant s’appuyer sur les fondements de la deuxième. Ce premier tome est donc un tome introductif, parfois un peu long dans sa première partie, mais les partis-pris surprennent et donnent tout son intérêt à cette énième revisite. Par ailleurs, la seconde partie du récit cède plus d’espace à l’action et nous retrouvons ainsi un véritable récit d’aventure. Le dessin de Benoît Dellac est agréable à lire même si j’aurai préféré un peu plus de finesse sur les visages des personnages. Les décors sont, par contre, la plupart du temps excellents. Une grosse partie du récit se déroule dans la pénombre sans que ce dernier ne perde en lisibilité, preuve de la belle symbiose qui a associé le dessinateur et son coloriste. Dans l’ensemble ce premier tome est donc très prometteur. Je lirai la suite avec plaisir, en espérant que le caractère historique demeure une toile de fond sur laquelle l’aventure pourra s’exprimer en plein.

26/01/2021 (modifier)