Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Les luttes contre la ségrégation raciale des années 1950 dans le Sud des États-Unis.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Racisme, fascisme [USA] - Dixie, le Sud-Est des USA

Prenez une profonde inspiration, soufflez et suivez ma voix. Quittez le lieu qui est le vôtre, quittez le 21e siècle. Vous voici dans les années 1950 au sud des États-Unis, à Montgomery, en Alabama. Désormais, vous êtes Claudette Colvin, une jeune adolescente noire. Ici, noirs et blancs vivent dans la ségrégation. Ici, être noir c'est n'avoir aucun droit. Mais, le 2 mars 1955, Claudette Colvin, qui n'a que 15 ans, refuse de céder sa place à une passagère blanche dans le bus. 9 mois avant Rosa Parks, elle devient la première noire à plaider non coupable et à poursuivre la ville en justice. Et pourtant, son nom tombera dans l'oubli. Voici son histoire...

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Janvier 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

20/12/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je ne sais pas à qui s’adresse cet album. Sans doute à tous les publics, et sans doute est-il particulièrement destiné à un lectorat adolescent (le CDI de mon collège le possède). Mais je crains que celui-ci ne soit quelque peu rebuté par la narration, un peu lente, peu dynamique, et par l’aspect esthétique, froid, usant d’une géométrie minimaliste pour les décors (quasi absents d’ailleurs), et représentant des personnages eux-aussi minimalistes, figés, sans gaufrier. En tout cas j’ai été un peu perturbé par ces choix qui n’aident pas forcément à entrer dans l’histoire qui, elle, ne manque pas d’intérêt. D’abord parce que le sujet – les luttes menées par certains (noirs ici) contre les lois ségrégationnistes dans l’Alabama des années 1950 – mérite qu’on s’y intéresse. Mais surtout, et ceci compense en partie mes remarques du début, Emilie Plateau (qui suit en cela le livre qu’elle « adapte » en BD), glisse au milieu de cette intrigue « historique », plusieurs grilles de lectures, apporte des éclairages salutaires, et j’ai ainsi appris des choses intéressantes. Pour faire simple, des Noirs vont s’insurger, au milieu des années 1950, dans la ville de Montgomery en Alabama, contre les lois qui les obligent à laisser leur place aux blancs dans les bus. De cette histoire, je connaissais – comme beaucoup – quelques bribes, et le personnage de Rosa Parks. Mais le mérite de cet album, et de montrer l’envers du décor – au-delà du sujet central. A savoir que si Parks est le nom « connu », cela aurait tout aussi bien pu, et surtout dû être celui de Claudette Colvin, jeune femme d’une quinzaine d’années qui a été la première à agir contre ces lois. Plateau montre ensuite très bien comment plusieurs manipulations vont être à l’œuvre (je ne parle pas des violences des Blancs, et de leur justice odieusement partiale) pour d’abord « éclipser » Colvin au profit de Parks – plus « présentable ». Et puis comment les hommes vont ensuite écarter les femmes (y compris Parks), pourtant à la pointe de l’action au départ. Et enfin comment certaines personnalités médiatiques – Martin Luther-King en tête, vont recouvrir le tout de leur notoriété. Voilà comment Claudette Colvin a disparu des radars de l’histoire. Ces divers mécanismes, qui agissent encore aujourd’hui dans bien des domaines, sont ici bien mis à jour, et c’est je trouve l’intérêt principal de cet album – en plus de rappeler (un petit dossier complète cela en fin d’album) ce qu’était la ségrégation aux États-Unis il n’y a pas si longtemps.

20/12/2020 (modifier)