Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Faits divers

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Tout est dans le titre, à part l'humour crétin sous-jacent.


Animalier Format à l’italienne La BD au féminin

On imagine volontiers Anouk Ricard s’attabler chaque matin au bistro du coin, pour y dépouiller les Dernières Nouvelles d’Alsace ou La Provence, et traquer, à travers la presse quotidienne régionale, le crime crétin et le drame dérisoire. Sa fantaisie se met alors au travail. Elle fait dérailler l’anecdote, l’envoie brinqueballer sur les chemins de traverse de la réalité, à la rencontre d’une conclusion, lamentable et loufoque dans sa logique même. Ces histoires courtes retrouvent l’humour anarchiste des récits en trois lignes de Félix Fénéon ou des détournements de Gabriel de Lautrec, basés eux aussi sur les faits divers. La ménagerie de l’artiste peut sembler enfantine. Méfiez-vous des apparences. Le canard bleu, le cheval jaune ou le chien myope renvoient l’image d’une humanité mesquine, ridicule et pas au mieux de sa forme. Aussi empotés que décalés, les personnages de Faits divers prouvent de façon hilarante que le crime ne paie pas, du moins s’il est commis par des imbéciles. (site éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2012
Statut histoire Strips - gags 2 tomes parus
Couverture de la série Faits divers
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

06/10/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Anouk Ricard a écumé les journaux et leurs sites internet, pour y dénicher quelques entrefilets, pour filtrer les rubriques de fond des chiens écrasés, les news à deux balles concernant l’anodin des people, la malchance ou le futile morne des gens ordinaires. Elle site ses sources à chaque fois, cela fait sérieux. Mais en fait son entreprise ne s’y prend pas trop, au sérieux, et l’on comprend rapidement qu’elle va, d’une pichenaude, d’une petite exagération, ou d’une malhonnête petite déformation, déplacer le curseur de la normalité, pour rendre franchement ridicule ce qui se refusait à l’être. Son dessin aux traits enfantins caractéristique (et dont je ne suis pas forcément fan) accentue le côté humour pince sans rire, crée un décalage parfois avec ce que ces strips (d’une à une dizaine de cases) nous racontent. L’ensemble est certes inégal, mais globalement c’est amusant. Pas extraordinaire, mais suffisamment en tout cas pour m'avoir fait dépasser mes préventions concernant le dessin de Ricard, qui n'est pas ma came. C'est une petite lecture détente sympathique.

06/10/2020 (modifier)