Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Miss Charity

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Adaptation d'un roman jeunesse de Marie-Aude Murail racontant la jeunesse d'une jeune fille à la fin du 19e siècle passionnée par l'étude des animaux et leur représentation dessinée.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Adaptations de romans en BD Iles Britanniques

Charity est une fille. Une petite fille. Elle est comme tous les enfants : débordante de curiosité, assoiffée de contacts humains, de paroles et d’échanges, impatiente de créer et de participer à la vie du monde. Mais voilà, une petite fille de la bonne société anglaise des années 1880, ça doit se taire et ne pas trop se montrer, sauf à l’église, à la rigueur. Les adultes qui l’entourent ne font pas attention à elle, ses petites soeurs sont mortes. Alors Charity se réfugie au troisième étage de sa maison en compagnie de Tabitha, sa bonne. Pour ne pas devenir folle d’ennui, ou folle tout court, elle élève des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope, apprend Shakespeare par coeur et dessine inlassablement des corbeaux par temps de neige, avec l’espoir qu’un jour quelque chose va lui arriver…

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Février 2020
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Miss Charity
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

05/07/2020 | Ro
Modifier


Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Eh bien moi j'ai beaucoup aimé ma lecture. Elle résulte d'une discussion avec Loïc Clément, le scénariste, au sujet duquel de ses albums pouvant plaire à ma fille. Ce "Miss Charity", adaptant un roman de Maire-Aude Murail, est en effet une bonne pioche. Il s'agit de la chronique, ou plutôt du journal, d'une enfant de l'époque victorienne, issue de l'aristocratie, qui essaie de découvrir qui elle est, engoncée dans le carcan de son époque et de sa condition féminine. On la voit grandir, faire évoluer sa réflexion, essayer d'apprivoiser son entourage, autant sa famille, distante, que les personnes attachées à son éducation et son service, nettement plus abordables. C'est fait de façon plutôt subtile, notamment au travers de la passion et de l'intérêt scientifique que Charity éprouve pour les animaux de petite taille, stratagème habile pour accrocher le lectorat. Ca se lit avec un grand plaisir, je ne connais pas le roman original, mais Loïc Clément a su le rendre très fluide et abordable. Au dessin Anne Montel apporte toute sa délicatesse, et son efficacité en ce qui concerne les personnages. Comme Alix j'en suis venu à regretter l'absence récurrente de décors, mais j'imagine que ce la s'est justifié par la pagination élevée, et le choix de se concentrer sur les protagonistes. En tous les cas c'est très efficace, cela transforme un récit déjà très agréable (sans être spectaculaire) en véritable bonbon pour les yeux. A déguster avec un After Eight ou en sirotant un bon thé.

21/11/2020 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

J’ai beaucoup aimé ce récit, qui m’a un peu rappelé les romans de « La trilogie de Corfou » de Gerald Durrell (et la série télévisée qui en est tirée) : Charity se passionne elle aussi pour la nature, et notamment pour les animaux, qu’elle capture et étudie, transformant ainsi sa chambre en véritable ménagerie. Il y a je trouve un double niveau de lecture intéressant : en surface on suit avec intérêt et amusement les déboires de Charity, ses machinations astucieuses mais pas toujours couronnées de succès, le tout saupoudré d’un humour qui m’a vraiment fait rire. Mais on peut aussi y voir une chronique sociale de la vie d’une jeune fille dans l’Angleterre victorienne, et tout ce que cela implique en termes d’attentes et de mœurs - une femme qui s’intéresse à la science, est-ce bien raisonnable ? Le dessin d’Anne Montel fourmille de détails et les couleurs pastelles à l’aquarelle sont vraiment magnifiques… A ce titre je regrette personnellement le manque de décors sur de nombreuses cases. Je réalise parfaitement qu’il s’agit d’un choix des auteurs, mais les quelques cases « complètes » sont tellement belles. Une lecture agréable et remplie de tendresse et d’humour. Je lirai très certainement la suite !

18/11/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Miss Charity est initialement un roman destiné à la jeunesse à partir de 13 ans et racontant l'enfance d'une jeune anglaise de la fin du 19e siècle, qui compense l'ambiance très victorienne et guindée dans laquelle elle a été éduquée par une passion pour les petits animaux, la nature en général et leur représentation en dessin et à l'aquarelle, comme une vraie biologiste-née. C'est un récit intéressant qui nous plonge dans la vie des enfants de bonne famille dans l'Angleterre Victorienne. On s'attache plutôt vite à cette enfant que l'on suit à partir de ses 5 ans et jusqu'à environ 13 ans pour ce qui est du premier tome de cette BD. Elle a une personnalité assez marquée, timide mais passionnée de choses qui sortent de l'ordinaire surtout pour une fille de cette époque. Elle n'hésite notamment pas à transformer sa chambre en une vraie ménagerie de petits animaux ramassés ça et là dans la campagne environnant sa maison. Et quand sa gouvernante propose de lui apprendre l'aquarelle , le sujet de ses peintures est tout trouvé : ce seront évidemment ses animaux mais aussi la flore et notamment les champignons qu'elle croisera au hasard de ses promenades. Elle se prend aussi d'amour pour Shakespeare qui lui permet à son imagination de s'évader et décide d'elle-même d'apprendre par cœur tout le texte de Romeo et Juliette. Et forcément, de telles passions ont un peu de mal à passer inaperçues dans le cadre guindé de la riche bourgeoisie anglaise. Et ce serait dommage de ne pas parler aussi des quelques personnages secondaires intéressants qui l'entourent, que ce soit la bonne écossaise grande amatrice d'histoires de fantômes, la préceptrice française qui s'amourache d'un autre précepteur allemand celui-là, ou encore ce cousin aussi énergique que charmant qu'elle assimile à un renard rusé et élégant. J'ai trouvé cette lecture agréable et sortant un peu des sentiers battus, notamment par l'originalité de la personnalité de sa jeune héroïne. Le graphisme est tout en douceur, avec un trait fin et des couleurs tendres. C'est joli et agréable. L'histoire se lit bien mais surprend un peu par son étendue et la lenteur de son rythme. En un premier tome de 120 pages, on suit plusieurs années de la jeunesse de l'héroïne mais les choses y progressent lentement et de manière réaliste. Concrètement, cela manque d'action et il est possible que certains lecteurs en viennent à s'ennuyer au bout de tant de pages sans qu'il se passe quelque chose de réellement marquant. N'ayant pas lu le roman, je ne sais pas en combien de tomes la BD va être déclinée et je ne sais pas non plus si l'intrigue deviendra plus mouvementée ou si elle se contentera de persister à être la biographie d'une femme moderne pour son époque sans plus de péripéties que cela.

05/07/2020 (modifier)