Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Basquiat

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Cet ambitieux roman graphique illustré par Søren Mosdal et écrit par Julian Voloj (Joe Shuster : un rêve américain) retrace la vie tumultueuse du célèbre artiste new-yorkais, tragiquement disparu à l’âge de 27 ans.


Biographies Les Auteurs Nordiques New York

Cette biographie retrace la carrière éclair et la vie trépidante de Jean-Michel Basquiat qui marqua la scène artistique new-yorkaise de la fin des années 70. Punk, jazz, hip-hop, graffitis : son oeuvre toute entière est imprégnée des grands courants culturels de l’époque qui rythmaient le bouillonnant Lower Manhattan où il résidait. Ce roman graphique, qui s’appuie sur des faits réels, imagine aussi la lutte permanente entre l’artiste, ses créations et les démons intérieurs qui finirent par le détruire.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Février 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Basquiat
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

22/04/2020 | PAco
Modifier


Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Julian Voloj et Soren Mosdal nous proposent une biographie intéressante de Jean-Michel Basquiat, artiste phare du Lower Manhattan des années 70'/80'. Artiste rebelle par excellence, j'étais curieux de voir comment nos auteurs allaient nous retracer son parcours tout aussi chaotique que son oeuvre. Punk avant l'heure Basquiat n'avait que faire des richesses qu'a pu lui procurer sa réussite artistique le temps de sa vie éclair. Personnage torturé et défoncé quasi en permanence, son oeuvre en est le parfait reflet. Il aura pourtant côtoyé les plus grands du milieu artistique de l'époque, que ce soit des acteurs, des artistes ou des musiciens de renom : Keith Harring, Warhol, Klaus Nomi, Madonna, et j'en passe. Touche à tout lui aussi, graffeur, musicien, acteur et bien sûr peintre, Basquiat recherchait avant tout le plaisir. Sa vie en est le reflet, consumée par les deux bouts pour finir tragiquement d'une overdose en août 1988. C'est par le parti pris de ses ''démons'' que nos deux auteurs ont choisi de nous tirer le portrait de cet artiste hors normes. La dope aidant, Basquiat semble dialoguer en permanence avec des démons tout droits sortis de ses oeuvres. J'ai bien apprécié cette idée qui sert de fil conducteur à l'ouvrage. Il permet de nous retracer toute la montée en notoriété de l'artiste, ses rencontres avec les grands noms de l'époque et tous les incidents qui vont aller avec. De ses 15 ans, âge auquel il quittera son foyer pour commencer à zoner, jusqu'à ses 27 ans, il n'arrêtera pas de se shooter avec tout ce qui lui passe sous la main avec ces démons pour guide. Le graphisme de Soren Mosdal est plutôt bien vu et rend plutôt assez bien hommage à Basquiat, avec un trait minimaliste et une colorisation saturée tout en aplats. Après, je pense que les mordus de Basquiat n'apprendront peut-être pas grand chose de neuf sur l'artiste, mais cet album permettra aux néophytes une première approche réussie.

22/04/2020 (modifier)