Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Éveil du Maître du Donjon (Rise of the Dungeon Master)

Note: 4/5
(4/5 pour 2 avis)

Créateur de Donjons & Dragons, Gary Gygax a mis des années à façonner son célèbre jeu. Entre rencontres et coups du sort, découvrez les coulisses de l'élaboration du premier jeu de rôles de l'histoire dans un portrait intéressant.


Auteurs israeliens Biographies Comix Jeux de Rôle

Ernest Gary Gigax est né le 27 juillet 1938 à Chicago. Il a grandi au sein de la ville industrielle et également dans une petite ville du Wisconsin où il passait les étés chez ses grands-parents. Depuis qu'il est petit, il aime entendre les histoires de ses parents, son père lui parlant de récits avec de la magie et des monstres, sa mère d'aventures. Un jour, alors qu'il devait aller à l'école, le petit Gary se mit en tête d'explorer le réseau de tunnels courant sous le sanatorium, un asile abandonné. Cela a une importance notable car des années plus tard, il met la main sur un jeu, un wargame, développé par H.G. Wells. Dès lors, la passion pour ce divertissement se fait toujours plus grande. De plus en plus de joueurs se manifestent et à mesure de ses parties, des idées lui viennent comme l'utilisation du dé à 20 faces. Au fil des rencontres, Gary met au point de nouveaux systèmes de jeu et va progressivement mettre en place ce qui deviendra un phénomène intemporel avec Donjons&Dragons...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Traducteurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Mars 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Éveil du Maître du Donjon
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

09/02/2020 | Erik
Modifier


Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

J'ai découvert le jeu de rôle à partir de mes années de Fac, et aujourd'hui je suis fier de dire que je suis aussi bien joueur que Meujeu (le fameux grand Maitre du Jeu abrégé en Meujeu), adorant l'ambiance d'une bande d'amis autour d'une table, jouant tous ensemble à réaliser une histoire commune. La passion de ce jeu, à travers des festivals, journée particulière, organisation diverses (jeu de rôle grandeur nature, peinture de figurines, création de cartes et de documents de jeu, recherche pour plus de réalisme) m'a permis non seulement de rencontrer de nombreuses personnes devenues aujourd'hui des amis, mais aussi de me découvrir, de m'ouvrir et de m'épanouir. J'ai donc voulu découvrir cette BD non pas pour la vie de Gary Gygax dont je ne connaissais pas le nom auparavant, et que j'ai découvert avec cette BD (bien que sa tête me fut connue par sa fréquente utilisation sur l'internet comme gag autour du jeu de rôle), mais surtout pour découvrir l'histoire du jeu de rôle et la création de ce passe-temps qui fut si chronophage dans ma vie. Et la lecture fut terriblement plaisante. Les auteurs ont réussis à mélanger le jeu de rôle dans la narration, la vie de Gary Gygax et de Dave Arneson, et également le contexte de l'époque jusqu'à l'acceptation du jeu de rôle comme divertissement, mais également comme référence culturelle. Et la progression fut lente et laborieuse, heurtée par les fondamentaliste qui ne peuvent imaginer un jeu sans gagnant, sans règles précises et juste pour s'amuser, une liberté trop grande donnée aux joueurs et la fameuse possibilité d'être ce que l'on veut. J'avais déjà entendu parler de cette chasse aux sorcières qu'avaient vécus les plus vieux joueurs de D&D (bien que de moindre impact en France), lorsqu'un simple jeu fut la cible des familles bien pensantes, des institutions psychologiques (oui, réellement), imputé de corruption d'esprit, satanisme, déviance sexuelle et que sais-je. Et dans la BD, j'ai aimé la façon dont tout l'accent est mis sur ce que le jeu de rôle à apporté et permis à ces personnes qui jouaient. Gary Gygax lui-même se sentira au final fier de ce que ce jeu à apporté, sans même s'attarder sur les critiques qu'il souleva. Et c'est beau, lorsqu'on sait qu'aujourd'hui le jeu de rôle est utilisé en psychologie, en prison pour aider à rétablir des liens sociaux, avec les enfants et les jeunes pour exciter la curiosité, développer son imaginaire et surtout se découvrir, on ne peut qu'être ému de voir la création de ce jeu, les origines par le wargame, l'idée d'incarner un héros unique, la possibilité de progresser, et progressivement l'extension de ce genre de jeu, aujourd'hui développé dans tout les genres et dans le monde entier. Gary Gygax a lancé bien plus qu'un jeu, et l'image de géant qu'il renvoie dans la communauté est effectivement bien pensée. C'est un monsieur qui a beaucoup apporté à un grand nombre de personne. Le dessin supporte très bien le récit, fluide et complet dans la représentation des personnages et des environnement de jeux de rôle. C'est très fluide et plaisant à voir ! Bref, je digresse beaucoup sur le jeu de role, mais cette BD est une biographie honnête et avec un point de vue certes orienté en faveur de Gary Gygax (même si elle n'occulte pas les quelques tensions qui ont eu lieu entre lui et Dave Arneson) mais qui est aussi un hommage à ce qui fut le point de départ de toute la communauté du jeu de rôle ! Et pour quiconque à déjà gouté à ce plaisir aurait tout intérêt à lire cette BD, ne serait-ce que pour découvrir l'histoire et le développement de ce jeu.

22/03/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

C'est une biographie assez particulière puisque qu'il s'agit de celle de Gary Gygax. Ce nom ne dira rien au commun des mortels mais les geeks du monde entier le vénèrent comme un dieu. En effet, nous avons là le créateur du fameux jeu Donjons et Dragons qui a révolutionné la culture contemporaine. Aujourd'hui, quand on regarde Game of thrones ou encore des séries comme Strangers Things ou la saison 2 de Riverdale, on comprend pourquoi. En France, le grand représentant est François Marcela-Froideval qui, avant ses chroniques de la lune noire, était l'un des plus important, acteurs du milieu du jeu en France, dans les années 80. Il signe d'ailleurs une très belle post-face. Je trouve que l'hommage qui est rendu est très réussi. Il y a d'ailleurs une impression de rentrer dans un jeu. La narration sera également fort inventive. On apprendra d'ailleurs des choses assez intéressantes. Il y aura des étapes sur la création progressive de ce jeu qui faisait appel à l'imagination avant d'être achetée par une compagnie le dénaturant complètement. On retrouve d'ailleurs un dessinateur qu'on connait bien à savoir Koren Shadni. J'ai pour l'instant aimé la plupart de ses œuvres (Le Voyageur ou Mike's Place ou encore Love Addict - Confessions d'un tombeur en série). J'adore son trait qui est pour moi l'un des plus lisibles. J'ajoute que je n'ai jamais joué à ce jeu et que j'ai pourtant été séduit par cette biographie d'un homme méconnu, qui a pourtant beaucoup apporté au monde du divertissement.

09/02/2020 (modifier)