Souffre-douleur (Bully me)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

1980, Bruce a une douzaine d’années et il fait sa rentrée dans un collège de Melbourne. Chétif, timide, pas sportif pour un sou, il est la risée de la plupart des autres enfants.


Autobiographie Douleurs intimes Harcèlement scolaire

Lui qui semble ne pas être attiré par les filles - une hérésie - devient rapidement un véritable souffre-douleur. Bruce se réfugie alors dans un monde parallèle où il assouvit ses pensées morbides de vengeance et où il se fantasme lui-même harceleur de ceux qui le maltraitent. Cette situation va durer jusqu’à ses 18 ans... Ce n’est qu’à l’entrée à l’université que Bruce commence à mettre en place un mécanisme de défense et qu’il parvient, grâce à l’humour et un esprit de transgression très poussé, à repousser les jeunes de son âge qui lui cherchent des noises. Mais des années plus tard, une fois adulte et sa carrière de dessinateur bien entamée, Bruce va se rendre compte que les brimades subies dans son enfance auront un impact délétère à long terme et il devra se débattre avec un sévère problème de trouble alimentaire.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Mai 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Souffre-douleur
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

16/11/2019 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Souffre-douleur est un récit autobiographique qui semble se scinder en deux parties. La première moitié de l'album raconte le harcèlement scolaire que le jeune Bruce a subi depuis le collège et qui l'a transformé en rebelle un peu asocial durant son adolescence et ses études. Puis la seconde moitié semble changer brusquement de sujet en présentant Bruce devenu adulte et souffrant de troubles alimentaires, à savoir une sorte d'anorexie bizarre où manger l'angoisse et où il calcule involontairement les bienfaits et méfaits de tous les aliments qu'il doit avaler. Et il s'avère en réalité que le traumatisme qu'il a subi durant sa jeunesse est très probablement à l'origine de son comportement adulte et de sa maladie psychologique. Sur la forme, ce comics australien rappellera pas mal de graphic novels indépendants américains, ces autobiographies où les auteurs se dévoilent dans leur intimité parfois assez sombres. Je pense par exemple aux œuvres de Joe Matt (Les Kids, Le Pauvre Type (Peep Show)...) ou plus encore Chester Brown qui dans Je ne t'ai jamais aimé utilisait la même mise en page de cases dispersées sur fond noir. Cette forme peut paraître morose, surtout pour raconter quelque chose d'aussi sérieux que les problèmes adolescents et adultes de l'auteur, mais finalement quelque chose dans le ton du récit, dans le caractère pas si docile du héros, dans quelques sourires et dans l'optimisme qui finit par se dégager de la conclusion font que le déroulé de l'histoire ne sombre jamais dans le pathos. La première partie raconte vraiment bien le harcèlement et la bêtise des adolescents envers ceux qui leur paraissent plus faibles qu'eux. C'est rageant et en même temps raconté de manière très pertinente, de telle sorte que cela parlera à la grande majorité des personnes ayant eu à souffrir dans leur jeunesse de véritable harcèlement ou simplement de brimades de quelques gamins plus âgés ou plus forts que soi. La seconde partie m'a moins parlé car les maladies et autres problèmes psychiques me touchent beaucoup moins. Mais j'ai trouvé intéressant de faire le rapprochement entre ces symptômes et le développement psychologique du héros et comment le harcèlement de sa jeunesse a finalement une grande partie de son mode de vie et de sa pensée future.

16/11/2019 (modifier)