Je ne t'ai jamais aimé (I Never Liked You)

Note: 3.11/5
(3.11/5 pour 9 avis)

Récit auto-biographique. Un jeune homme sentimental et pudique.


Adolescence Auteurs Canadiens Autobiographie Comix Drawn & Quarterly

Dans son adolescence, Chester était un jeune homme disert. Il n’aime pas dire de gros mots, n’aime pas parler de sentiments. Il vit dans son univers à lui. Sa seule voie d’extériorisation réside dans le dessin. Pourtant Chester ne manque pas de copains ni même de copines. Nombreuses sont les filles à avoir un petit faible pour lui, à aimer le taquiner. Mais Chester demeure confiné dans un état d’esprit entre absence et confusion des sentiments. Et quand il lâche « je t’aime » à la pulpeuse Sky, il ignore lui-même s’il s’adressait à la jeune fille ou à son image fantasmée

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2001
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Je ne t'ai jamais aimé
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Suis-je tellement difficile ? Il semblerait. Non, je n'ai pas trop apprécié cette chronique d'un adolescent mal dans sa peau dans la banlieue de Montréal. Encore le quotidien et la banalité et la tristesse... Il y a certes les difficultés à communiquer avec les proches mais plus globalement les contradictions d'un âge compliqué. Il y a également la pression du groupe qui ne nous rend pas service en étant pas soi-même. J'ai pas beaucoup aimé ce graphisme très dépouillé, ni ces petites cases sur fond noir. Il y a certes une audace dans le fait d'agencer ces petites cases pour former une espèce de tableau. Une autobiographie et un témoignage de plus sur un sujet maintes fois exploité dans le genre oeuvre introspective. Il faut aimer. C'est comme semble dire le titre.

10/06/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Je suis mitigé sur cet album. D'un coté, je n'ai pas trouvé le sujet intéressant. Il faut dire que je suis assez timide et durant mon adolescence je n'ai jamais eu de relation amoureuse avec une fille et si une fille a déjà été amoureuse de moi et ben je ne l'ai jamais su. Donc je ne me suis pas trop retrouvé dans la vie adolescente de Brown sauf bien sur pour les crétins qui passent leur temps à emmerder les autres. J'ai lu ce one-shot avec aucune passion. Et puis malgré le fait que je ne peux pas m'identifier à la plupart des scènes présentes dans cette autobiographie, je ne me suis pas vraiment ennuyé durant ma lecture. La narration est fluide et il y a quelques moments intéressants. Le seul truc qui me dérange est que je trouvais parfois le comportement des ados un peu étrange, mais c'est sans doute parce que je n'ai jamais été amoureux.

30/10/2012 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

"Je ne t'ai jamais aimé" a semble-t-il influencé beaucoup de BD roman graphique. L'histoire est autobiographique, l'auteur relate son adolescence et ses relations avec les filles. Graphiquement, c'est fonctionnel, le dessin noir et blanc se contente de l'essentiel. Le récit est facile à lire, la narration est fluide, ce one shot sonne juste. Comme pour toutes les BD de ce genre, il faut un minimum d'empathie pour les autres car les récits pseudo-nombrilistes ne peuvent pas plaire aux lecteurs nombrilistes ;) J'ai bien aimé ce one shot mais je ne suis pas le plus objectif car j'aime généralement ce genre. Note finale : 3.5/5

21/08/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai cru que je n'allais pas aimer cet album. J'ai eu du mal avec le dessin, avec ses personnages aux petits corps mais aux grosses têtes aux faciès parfois adultes, empêchant de situer l'âge des personnages. J'ai eu du mal aussi avec le personnage principal, ce Chester renfermé et passif, le genre de mec qui ennuie les autres rien qu'à le voir vivre. Et du coup, j'ai eu du mal avec le début du récit puisque c'est sa petite vie morne de jeune adolescent qu'on suit, entre la télé, les biscuits mâchonnés en silence et les passages à l'école ou en famille. Mais peu à peu, le récit prend forme et les émotions commencent à s'installer. Et même si Chester, avec toute l'incommunicabilité dont il fait preuve et qu'il semble regretter d'ailleurs, est toujours aussi peu attachant, on commence à comprendre ses sentiments et ce qui le déchire. Et surtout, j'ai été vraiment désolé pour cette pauvre Carrie, si mignonne et si amoureuse. Tout cela a la triste saveur de la réalité adolescente, des amours ratées, ces souvenirs doux-amers dont la nostalgie peut vous prendre aux tripes mais dont on regrette qu'ils ne soient pas passés différemment, voire dont on préfèrerait qu'ils n'aient pas eu lieu. Malgré un début un peu fade, il y a pas mal d'émotions qui se dégagent de la fin du récit. Pas mal donc mais j'en conseille davantage la simple lecture que l'achat car ce n'est pas une BD que je pense relire.

03/12/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Waow. Je crois que là on atteint le summum de l'absolu archétype de l'autobiographie. En trois mots, c'est... chiant. Il ne se passe quasiment rien, les personnages ne sont vraiment pas attachants. Okay, c'est probablement vrai à 80%, mais de savoir que Chester Brown était un adolescent indifférent n'est pas forcément intéressant. Alors on se console avec le graphisme, qui est sympathique, mais sans plus, par rapport à ce qu'il fera plus tard...

19/11/2005 (modifier)

Hmm... Cet album est particulier à plus d'un titre. Pages noires peu remplies et parfois quasiment vides, dessin extrêmement sobre et peu expressif, la forme peut surprendre... La narration se fait parfois de manière intéressante, une scène est "parsemée" en petits bouts dans l'album, entrecoupée d'autres morceaux, plus ou moins longs. L'effet ainsi crée est assez étrange, petits morceaux de souvenirs épars et rassemblés au fur et à mesure, décalage entre la lecture et la compréhension... Mais bon, cela ne suffit pas. Chester Brown raconte une partie de son adolescence avec un regard d'observateur à la limite du clinique (j'entends par là froid, distant, impartial, sans concession), avec une sobriété confinant au dénuement. Et pour tout dire, je trouve cela très peu touchant. La "magie" n'ayant pas fonctionné sur moi, les autres qualités de cet album ne me sont pas apparues. Bref, plus ennuyeux qu'autre chose. :(

03/12/2002 (modifier)
Par brunelle
Note: 3/5

J'avoue que habituellement, je ne raffole pas du style quotidien/biographique. Mais Chester Brown a une efficacité indéniable, et sait faire passer beaucoup d'émotions dans ce qui paraît être la neutre description de la vie d'un jeune gars impassible. A essayer.

02/12/2002 (modifier)
Par ArzaK
Note: 5/5

Un récit qui avec pas grand chose (pas de pathos, pas d’emphase, ni d’élan romantique) émeut comme pas deux. Le dessin est très simple, il ne brille par aucune virtuosité particulière, il semble juste placer les choses là où il le faut, quand il le faut. C’est avec d’autres artifices que Chester Brown se singularise vraiment comme un auteur d’exception. Les planches, sur fond noir comprennent un nombre de case variable, selon les nécessités du récit et l’effet qu’elles doivent produire. Laissant parfois une page pratiquement vide. C’est à ma connaissance le seul auteur qui utilise la page de cette manière. Et côté narration, c’est tout aussi particulier. Beaucoup des scènes de cet album sont divisées en plusieurs parties et réparties à différents endroits au long du récit, comme dans une gigantesque mosaïque. Si bien que les scènes s’entrecroisent, se répondent l’une à l’autre d’une bien étrange manière. Les choses les plus anodines entre en résonances avec d’autres et procurent émotion et sensation. C’est très habile. A lire, pour esprits aventureux qui aiment la description du quotidien.

21/11/2002 (modifier)

Chester Brown fait passer les émotions admirablement bien, celles ci s'intensifiant au fil de l'histoire, au fur et à mesure que l'on apprend à connaitre les personnages. De plus l'auteur nous fait ressentir beaucoup de choses uniquement grâce aux dessins qui comportent souvent peu de textes. Une bd vraiment touchante qui plaira au plus grand nombre.

17/10/2002 (modifier)