Jusqu'au dernier

Note: 3.91/5
(3.91/5 pour 22 avis)

Un western crépusculaire et magistral à l’heure des derniers cowboys.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle BD à offrir Le Meilleur de Bamboo Les prix lecteurs BDTheque 2019 One-shots, le best-of [USA] - Middle West

L’époque des cow-boys tire à sa fin. Bientôt, ce sont les trains qui mèneront les vaches jusqu'aux abattoirs de Chicago. Accompagné de Benett, un jeune simplet de 20 ans, Russell a décidé de raccrocher ses éperons pour devenir fermier dans le Montana. En route, ils font halte à Sundance. Au petit matin, on retrouve Benett mort. Le maire préfère penser à un accident plutôt qu’à l'éventualité d'avoir un assassin parmi ses concitoyens et chasse Russell de son village. Mais le vieux cow-boy revient à la tête d'une bande d'Outlaws pour exiger la vérité sur la mort de Benett…

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Octobre 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Jusqu'au dernier © Bamboo 2019
Les notes
Note: 3.91/5
(3.91/5 pour 22 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

22/10/2019 | Ro
Modifier


Par Pauly
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Rien à dire sur ce western qui sort un peu des histoires de western "classique", avec comme sujet principal la mort accidentelle d'un jeune enfant. J'ai trouvé un scénario très bien trouvé, mais surtout un dessin et des couleurs exceptionnels !

03/01/2024 (modifier)
L'avatar du posteur Steftheone

Si on peut très souvent critiquer les séries qui s'étirent à l'infini, bien souvent au détriment de la qualité, avec un petit album annuel qui sort à la période de Noël (business is business...), ici le sentiment est bien inverse. Quel dommage de ne pas avoir étiré un peu ce one shot pour approfondir l'histoire des personnages et renforcer l'immersion et l'attachement du lecteur pour ces derniers. Hormis cette petite déception, je rejoins l'avis général, c'est une très bonne BD dans la plus pure tradition des westerns désenchantés et crépusculaires. Dès le milieu de l'ouvrage, à la manière d'un impitoyable, on sent que l'histoire ne se finira pas dans un happy end du style "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants". Malgré tout, sans vouloir spoiler, la fin m'a quelque peu surpris et l'idée de l'épilogue ajoutant un peu d'optimisme à l'ensemble est plutôt bien vu. Côté dessin, c'est vraiment magnifique, le trait de Gastine est très fin et les cow-boys présentent de vrais gueules cassées témoignant de leurs vécus. La mise en couleurs n'est pas en reste avec une mention spéciale pour les scènes se déroulant de nuit, à la lumière du feu de bois et où les dégradés d'orange tranchent parfaitement avec les teintes de noir et bleu foncé. Un bon western dans la lignée des Texas Jack et autres Sykes. Originalité : 3/5 - Histoire : 4/5 Dessin : 4,5/5 - Mise en couleurs : 4,5/5 NOTE GLOBALE : 16/20

05/11/2023 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Oui, c’est plutôt bon, c’est même très bien, je n’ai rien de plus à ajouter à tout ce qui a été dit de positif jusqu’à maintenant : l’époque crépusculaire pour les cowboys, l’atmosphère à la Sykes, etc. Après ce n’est pas spécialement ma tasse de thé cette tonalité où tout est noir de chez noir. D’autant qu’à un moment tout part en sucette et ça vire à la tuerie générale. Je comprends les intentions de l’auteur mais j’ai trouvé que ça faisait un peu rushé niveau rythme, du coup je n’ai pas eu le temps de vraiment m’attacher aux personnages. Je voulais surtout lire une histoire entière de Paul Gastine que j’ai pu entrapercevoir dans l’album choral Go West Young Man. Bah je n’ai pas été déçu, c’est magnifique. J’aimerais bien le revoir dans une série d’un autre genre désormais. Je recommande pour ceux qui aiment les westerns de vieux briscards type Impitoyable ou Open Range.

15/10/2023 (modifier)
L'avatar du posteur Fredisdead

Une histoire dans la veine d'open range. Proposée en deux tomes elle aurait gagné en épaisseur dans le traitement de certains personnages. La lecture est très rapide et l'attache pour certains personnages aurait mérité plus de background. Le dessin est maîtrisé et l'ambiance western crépusculaire également.

14/12/2022 (modifier)
Par Benjie
Note: 4/5
L'avatar du posteur Benjie

J’attendais beaucoup de l’histoire qui se cachait derrière cette magnifique couverture, peut-être un peu trop. En refermant l’album, j’ai eu une petite frustration, comme un goût de beaucoup trop court. Le scénario de Jérôme Félix est riche en personnages intéressants et en contexte historique dans un monde en pleine mutation. A l’heure de la construction du chemin de fer, que vont devenir les cow-boys ? C’est intelligent, la question du choix entre la survie et la justice est plus que pertinent, et chaque personnage porte en lui une épaisseur qui ne demande qu’à se dévoiler. Mais, contraint par la pagination, le scénariste ne peut pas vraiment aller au fond des choses. Il n’en reste pas moins que ce qui nous est ici donné à lire est très bien écrit, les dialogues légers, c’est cohérent et fluide. Le dessin est superbe et certaines pages sont d’une force incroyable à commencer par les scènes qui se déroulent dans un demi-jour, sous la pluie. C’est fort, les questions morales que pose le scénario sont vraiment bien vues, les personnages ne sont pas caricaturaux, ils ont de vraies gueules marquées par la fatigue, la colère, la souffrance intérieure, quel talent ! Une belle réussite. A lire !

20/11/2022 (modifier)
Par Sam Cragg
Note: 3/5
L'avatar du posteur Sam Cragg

Après avoir lu "Jusqu'au dernier", je confirme l'avis général, c'est bien. Le dessin est formidable, l'histoire également. Mais... mais la pagination me semble bien trop courte pour une telle histoire. Il aurait fallu au moins 2 ou 3 albums afin que le récit développe le souffle qu'il renferme. Là c'est trop court pour que ce soit parfait. En refermant l'album, tout en reconnaissant la puissance de l'histoire imaginée par Félix, j'ai malgré tout davantage eu l'impression de suivre un synopsis plutôt qu'un récit développé avec sa pleine mesure. Le one shot oblige à condenser un scénario qui aurait été bien plus extraordinaire étendu sur plusieurs albums. Les personnages y auraient gagné en épaisseur, on aurait eu davantage le loisir de s'attacher à eux. Malheureusement, ils n'ont pas le temps de nous être suffisamment familiers pour que l'on se soucie vraiment de leur sort. J'ai parfois eu l'impression que les choses allait un peu vite sans doute dans le but de répondre au cahier des charges de l'éditeur, à savoir se limiter à un seul album, et que cela affectait par moment la crédibilité de certaines situations. Quand on voit le nombre de récits proposés en série alors qu'une dizaine de pages aurait suffit tant le scénariste a peu à dire, je me serais bien embarqué pour plusieurs albums de "Jusqu'au dernier" qui à coup sûr aurait constitué une oeuvre encore plus inoubliable, mais qui reste en l'état un excellent album. Et c'est une évidence que les dessins de Gastine y sont pour beaucoup.

21/02/2022 (modifier)
L'avatar du posteur ThePatrick

N'étant pas un grand amateur de westerns, mais attiré par cette couverture sombre et farouche, j'ai immédiatement su en feuilletant les premières pages que je repartirais avec cet album sous le bras. Rarement un dessin m'aura subjugué comme celui-ci, et le premier chapitre fut un bonheur à lire. Pour son dessin éblouissant, ses gueules réalistes et magnifiquement expressives, ses ambiances colorées très contrastées, et pour l'histoire qu'il parvient à raconter de façon limpide en trois pages seulement. Mais il ne s'agissait là que de l'introduction. Le récit va s'ancrer dans une fin de 19ème siècle qui voit le chemin de fer mettre au chômage les cow boys. C'est sur cette prémisse elle aussi limpide que va se construire cette histoire. Histoire d'un bouleversement, d'un monde qui change, d'une époque qui s'achève. Histoire d'hommes pris dans cette tourmente qui luttent pour survivre. Le décor farouche du western, avec ses codes brutaux, se prêtait sans doute impeccablement bien à une telle histoire. Mais ici cette brutalité, toile de fond latente et omniprésente, ne sera pas gratuite. Si un événement déclencheur va la libérer et si elle va prospérer dans un enchaînement implacable, tous les protagonistes ont leur motivation. Et je reste admiratif devant la facilité avec laquelle on comprend ces personnages, archétypaux mais pas caricaturaux, sans qu'ils aient besoin d'aligner plus de trois phrases. L'épilogue m'a laissé un peu dubitatif sur le coup. Mais en y repensant, il est très beau et, donnant une note d'espoir parmi toute cette violence, ouvrant sur ce nouveau monde qui après tous ces soubresauts aura retrouvé un peu de paix, offre à ce western une morale qui ne dénoterait pas dans un conte. Western crépusculaire et magistral, vous a-t-on dit. Je confirme, et j'aime. Note réelle : 4,5 / 5, et je pousse avec joie jusqu'à 5.

19/05/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5
L'avatar du posteur Yann135

J’ai comme l’impression que cela devient une mode de sortir sa BD western. J’en vois de plus en plus. Du bon et du moins bon. Ce n’est pas trop mon truc ce genre de BD même si - je dois l’avouer – on peut se délecter de quelques pépites, et cet album en fait partie. Jérôme Félix et Paul Gastine se sont mis à l’ouvrage pour sortir un western sur la fin annoncée des cow-boys. Nous sommes dans les années 1890, la transhumance tombe en désuétude, au profit du chemin de fer, rendant inutiles les cavaliers de la plaine, en tout cas sous cette forme. Dès lors, nul besoin pour le troupeau de parcourir 1 000 km pour rejoindre la gare : c'est à présent le train qui vient à lui. Les cow-boys doivent s’adapter et se sédentariser. Ils redeviennent de simples garçons d'écurie réduits à l'entretien du troupeau, à l'instar des vaqueros, leurs prédécesseurs. Il faut aussi cultiver la terre pour obtenir du fourrage : le fier cavalier devient paysan. La piste est finie et la nostalgie commence. Russel est un de ces derniers cow-boys. Et ce sont les derniers bestiaux qu’il convoie. Il a l’idée de s’installer dans le Montana sur un petit lopin de terre et d’y construire un ranch avec l’aide de Kirby, un grand costaux qu’il souhaite comme associé ainsi que du jeune Bennett, un jeune garçon naïf qu’il a adopté. Sur la route à destination, escale à Sundance, ville pressentie pour accueillir la nouvelle gare qui desservira tout le Wyoming. Bennett se fait tuer. L’homicide est maquillé en suicide. Drame, injustice, colère et vengeance sont les ingrédients de cet album. Tout ne va pas se passer comme prévu ! De nombreux personnages apparaissent dans ce récit avec des tronches terribles. L’histoire est séduisante et tient la route. Les émotions sont bien là. On ne peut pas lâcher la lecture avant de connaitre la fin. L’intrigue est vraiment prenante. Le graphisme est magnifique, hallucinant de beauté. Les décors sont travaillés et détaillés. La colorisation avec une prédominance sur les ocres et les bleus est parfaite et restitue idéalement l’ambiance voulue par les auteurs. Il manque juste une bande son à la Sergio Leone. Pas de clichés utilisés. Nous sommes bien dans un western crépusculaire avec ce one shot. Beaucoup de plaisir à lire cette BD. Je recommande vivement.

28/12/2020 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Un très bon western quoique j'avoue que j'ai mis un peu de temps pour rentrer totalement dans le récit. La première moitié de l'album est pas mal, on présente la situation de l'époque et les personnages. C'est pas mauvais sauf que le rythme est lent et qu'il ne se passe pas grand chose de bien captivant. Puis viens enfin l'élément déclencheur qui va faire tomber le récit dans la tragédie et la vengeance. J'ai été agréablement surpris par le scénario, en lisant le résumé je m'attendais à l'histoire d'un vieux cow-bow qui allait se battre contre des gros méchants et finalement ce n'est pas ça. Il y a de bonnes surprises et des bonnes idées bien exploités dans cette seconde partie. J'ai été captivé du début jusqu'à la fin et le déroulement des péripéties me semble crédible. Donc voilà pour moi c'est un bon western, mais qui mets tout de même un peu de temps à démarrer pour que je le mettes dans mes immanquables du genre. Un one-shot que tout fan du genre devrait lire.

10/08/2020 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

J’ai moi aussi trouvé ce western excellent. Pas facile de faire original dans un genre aussi formaté… Jérôme Félix propose pourtant un récit qui sort des sentiers battus... par son époque, déjà (la toute fin des cowboys, remplacés par le rail) mais aussi par sa construction, qui se rapproche presque d’un huis clos. Les thèmes sont intemporels et très humains… la cupidité et l’égoïsme, notamment, avec des conséquences désastreuses. La spirale de violence est d’une logique implacable… J’ai trouvé la fin très forte, avec cet épilogue notamment, qui nous montre le drame sous un jour diffèrent. Le dessin de Paul Gastine est rempli de détails, et est d’une précision et d’une finesse remarquables. Un western prenant, intelligent et superbement mis en image… un immanquable.

08/07/2020 (modifier)