Flesh Empire

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Entre Blade Runner et Sin City, un récit de science-fiction époustouflant de maîtrise technique.


Nouveautés BD, comics et manga

Ce monde a pour nom Singularity. Il est contrôlé par un Sénat tout puissant, qui ordonne les existences en stockant la mémoire de chaque résident au sein de DataCenter, une gigantesque base de données. À tout moment, la mémoire des résidents peut être déconnectée, et leur existence effacée à jamais… Décidé à lutter contre cette dictature, le chercheur Ray Zimov développe en secret une matière permettant à chaque résident d’éprouver une sensation jusqu’alors inconnue : le plaisir de la chair… Inventeur de formes kaléidoscopiques, Yann Legendre repousse les limites du noir et blanc et renvoie le lecteur à des questionnements contemporains : le contrôle social, le Big Data ou encore l’intelligence artificielle…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Septembre 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Flesh Empire
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

25/09/2019 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Yann Legendre est un illustrateur à l’univers affirmé. Adepte des œuvres aux formes kaléidoscopiques (répétez 5 fois à voix haute ce dernier terme avant de poursuivre la lecture de cet avis), il maîtrise parfaitement le noir et blanc et fascine le spectateur par le pouvoir hypnotique de ses créations. Ceci dit, ici on parle de bande dessinée, et le passage de l’illustration pure à une œuvre narrative se développant au fil des pages n’est pas évident du tout. Et Yann Legendre s’en sort plutôt bien car s’il a conçu un scénario qui lui permet avant tout d’exprimer son talent d’illustrateur, l’artiste est néanmoins parvenu à nous offrir un récit cohérent et original. Ce pur récit de science-fiction peut être vu comme une fable, l’artiste y développe des thématiques telles que notre rapport au corps et surtout la scission entre le corps et l’esprit, entre l’organique et l’analogique mais aussi les dangers du contrôle social et du tout numérique. Bon, ce n’est pas ce que j’ai lu de plus génial… mais réussir à nous offrir un récit cohérent tout en restant dans un domaine visuel très personnel et déroutant est déjà à mes yeux un petit exploit. Du coup, je ne serais pas plus surpris que ça si certains lecteurs se mettaient à vouer un culte à cette œuvre, pas plus que si d’autres me disaient qu’ils n’y ont rien compris. En tous les cas, je ne crois pas que Flesh Empire laissera le lecteur indifférent… mais cet album ne fera pas l’unanimité. A essayer si vous aimez les univers graphiques allumés (PAco, si tu me lis ;) ). A éviter si vous aimez uniquement la bande dessinée franco-belge classique. Mais jetez-y un œil tout de même.

25/09/2019 (modifier)