Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Beauty and the Devil (Mitsuiro Devil)

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Rin Hashibana vit seule avec son grand-père. Alors qu'elle se rend au sanctuaire pour prier les Dieux comme chaque jour, elle croise le chemin de Charles, un démon en recherche de sang frais et attiré par la demoiselle.


Diables et démons Shojo Takeshobo

Rin Hashibana vit seule avec son grand-père. Alors qu'elle se rend au sanctuaire pour prier les Dieux comme chaque jour, elle croise le chemin de Charles, un démon en recherche de sang frais et attiré par la demoiselle. Le garçon est aussi cruel qu'égocentrique. Et bien qu'elle tente de s'en défendre, Rin ne semble pas en mesure de lui résister. Sa vie ne sera désormais plus comme avant...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Juin 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Beauty and the Devil
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

15/08/2019 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Bizarre ce manga... Il mélange les genres dans une mayonnaise qui ne prend pas. Sur la majorité du récit, cela ressemble à un shojo romantique avec un beau démon qui débarque dans la vie de l'héroïne et l'immanquable romance que cela va entraîner. Mais ce démon est traité comme un mélange de séduisant jeune homme, d'idiot égocentrique et de gamin immature et gourmand. Imaginez une Lamu au masculin, dessiné un tiers du temps au format chibi et qui se prendrait vraiment au sérieux. Difficile dans ces conditions de comprendre ce qui peut émoustiller la jeune fille. Et pour parfaire cette drôle de mixture, on a droit à quelques scènes érotiques assez crues qui semblent parfois tomber un peu comme un cheveu sur la soupe. L'originalité de ce mélange aurait pu attirer mon intérêt mais ça aurait été sans compter sur la narration horriblement confuse et la mise en page complètement bordélique. Nous sommes pas loin du pire de ce que la mise en scène stéréotypée des shojo peut donner : des cases dans tous les sens, des cadres serrés pour ne pas dessiner de décor au point d'en devenir claustrophobiques, des dialogues partout et découpés de telle manière qu'on s'y perd pour savoir quoi lire et dans quel sens. Il faut s'accrocher pour lire et comprendre ce qu'il se déroule. Quand on s'en donne la peine, l'intrigue se révèle relativement linéaire et compréhensible, mais elle n'en est pas moins trop décousue, très mal rythmée et elle finit de manière abrupte comme si l'éditeur avait décidé du jour au lendemain d'abandonner la série.

15/08/2019 (modifier)