Être là avec Amnesty International

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

13 reportages graphiques Les droits humains sont universels parce qu’ils dépassent la culture. Fort de son expérience pour Immigrants, série d’entretiens dessinés et de portraits soutenus par Amnesty International (Futuropolis 2010), Christophe Dabitch a poursuivi son voyage journalistique pour recueillir la parole d’une humanité bafouée, malmenée ou ignorée. L’idée d’une présence au monde, une façon d’agir et d’être là, avec les questions que cela soulève, traverse ces reportages.


Amnesty International Collectif Documentaires Témoignages

Des trottoirs mémoriels de Buenos Aires à un lac asséché par les spéculateurs, d’un fleuve à la frontière gréco-turque aux couloirs de la mort dans les prisons japonaises, des ruines de Grozny aux camps de Roms de Grigny, du totalitarisme numérique de Big (Brother) Data aux victimes ivoiriennes de sociétés pétrolières criminelles, il a partagé et recueilli la voix de ceux qui se battent pour leurs droits et qui transforment. Son statut de victime en celui d’acteur. Sans jamais céder à l’empathie, Christophe Dabitch a rapporté 13 reportages dans le vif, étayés d’une présentation documentée du contexte politique. 13 témoignages qui prouvent que les Droits humains restent souvent hypothétiques. La belle gageure de cet ouvrage choral est d’avoir permis aux différents dessinateurs de se réapproprier a posteriori le reportage initial (textes, entretiens et photos) pour obtenir un mélange de réalité rencontrée (étayée par des faits et des témoignages) et d’imaginaires visuels mêlant récit et ressenti. Texte: L'éditeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Novembre 2014
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Être là avec Amnesty International
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

15/07/2015 | Gaston
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Un album qui contient des reportages sous forme de bandes dessinées (à l'exception de deux reportages qui sont des articles illustrées). Le coté éducatif est sans aucun le meilleur coté de ses reportages (je ne savais pas qu'il y avait encore la peine de mort au Japon par exemple) et chaque reportage commence avec un texte qui explique le sujet du reportage donc on n'est pas perdu. Le seul problème s'est que je trouve les reportages inégales à cause des dessinateurs. Il y a des styles que j'ai aimé et d'autres que je n'ai pas aimé et cela a fait en sorte que je n'ai pas pu apprécier certains reportages qui auraient pu m'intéresser si j'avais aimé le dessin. Un album donc inégal, mais à lire si on s'intéresse aux injustices de notre monde.

15/07/2015 (modifier)