Légendes zurbaines (Urban Legendz)

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Suite au décès de sa mère, Dwayne et sa famille partent s'installer là où sa mère a grandi : un petit appartement à Brooklyn. Entre un père policier et un frère dragueur en série, Dwayne peine à trouver sa place... Mais ses problèmes personnels passent au second plan lorsqu'il est recruté par un gang de jeunes justiciers. Ensemble, ils enquêtent sur des monstres cauchemardesques surgis des profondeurs de la ville...


Albums jeunesse : 10 à 13 ans New York

Suite au décès de sa mère, Dwayne et sa famille partent s'installer là où sa mère a grandi : un petit appartement à Brooklyn. Entre un père policier et un frère dragueur en série, Dwayne peine à trouver sa place... Mais ses problèmes personnels passent au second plan lorsqu'il est recruté par un gang de jeunes justiciers. Ensemble, ils enquêtent sur des monstres cauchemardesques surgis des profondeurs de la ville...

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Mai 2019
Statut histoire Une histoire par tome 1 tome paru
Couverture de la série Légendes zurbaines
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

05/07/2019 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Urban Legendz est un comics jeunesse publié par les Humanos en même temps en France et aux USA. Il met en scène une bande de jeunes qui combattent à New York des monstres fantastiques issus des légendes urbaines. C'est un récit d'enquête, d'aventure et d'action. Cela commence comme si souvent par le héros qui déménage, arrive à New York et a bien du mal à se faire à son nouveau lieu de vie tout en gérant ses soucis familiaux. En même temps qu'il va rencontrer les 3 amis dont il va intégrer la bande, il va apprendre l'existence de monstres qui s'en prennent mortellement aux habitants de Brooklyn. Avec ses amis et quelques autres alliés, ils vont les combattre pour sauver la ville ! Le récit regroupe pas mal de clichés, mais c'est probablement un peu voulu. Outre ces monstres de légendes urbaines, alligators sortis des égoûts et autres rats mutants, je note par exemple le repaire des gamins dans une casse automobile qui n'est pas sans rappeler celle des Trois jeunes détectives d'Alfred Hitchcock ou celle du dessin animé des Entrechats puisqu'on a un autre clin d’œil à ces derniers avec le personnage de Riff Raff. On peut également citer justement ce vieux SDF baroudeur expérimenté, avec l'indispensable bandeau sur l’œil, et la cité souterraine des laissés pour compte. C'est globalement divertissant mais je ne suis pas convaincu sur le fond et sur la forme. Le dessin est trop lâché, presque comme un croquis de story-board. Ça permet d'offrir beaucoup de pages d'un coup et un récit dynamique mais j'aurais aimé davantage de soin apporté à l'encrage et aux détails. L'histoire manque aussi un peu trop de tenue et de crédibilité pour m'accrocher en tant que lecteur. Les péripéties se suivent sans trop de liant et les personnages secondaires ont des comportements trop téléphonés. Et quand on rentre pour de bon dans l'action et le combat, on peine à comprendre ce qu'apportent les enfants que n'apportent pas déjà les autres combattants adultes à part des victoires trop faciles et des résolutions artificielles à des dangers auxquels on a du mal à croire. Sans parler du message de fin moralisateur et un peu gnan-gnan. Au final, j'ai l'impression que c'est une BD qui peut peut-être plaire à un public âgé d'entre 11 et 14 ans, mais au-delà cela devient un peu trop bancal et convenu pour satisfaire pleinement le lecteur.

05/07/2019 (modifier)