Mickey All Stars

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

Hommage collectif à la célèbre souris.


Hommages collectifs Les Rongeurs Walt Disney

À anniversaire exceptionnel, ouvrage exceptionnel ! Le 18 novembre 1928, le public voyait apparaître dans le dessin animé Steamboat Willie un nouveau personnage, une souris habillée d’une culotte qui allait révolutionner la culture populaire pour les décennies à venir : Mickey Mouse ! 90 ans plus tard, la souris superstar a décidé de fêter son anniversaire en grande pompe en réunissant des invités d’exception ! Pour célébrer l’événement, les éditions Glénat ont en effet proposé à 50 auteurs incontournables de la bande dessinée contemporaine de réaliser 50 histoires inédites en une planche. Première case : Mickey entre par une porte ; dernière case : il en sort. Entre les deux : tout est possible ! De ce postulat imposé, chaque auteur a ainsi laissé exprimer sa créativité et livré sa vision du personnage dans un hommage à la fois intime et infiniment respectueux. 50 talents internationaux parmi lesquels Bertollucci, Brüno, Camboni, Cestac, Clarke, Dab’s, De Poortere, Domecq, Keramidas, Lapone, Munuera, Nesme, Parme, Pirus, Supiot, Tebo ou Zanzim sont réunis pour un ouvrage collectif exceptionnel ! (Site éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Juin 2019
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Mickey All Stars
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

11/06/2019 | Noirdésir
Modifier


Par Cidtheo
Note: 2/5

Comme Noirdésir, je suis très déçu à la "lecture" de cette compilation (vu le nombre de pages muettes et le concept éculé, il ne m'a fallu qu'un seul page aux toilettes pour en voir le bout...). Si certains auteurs s'en sortent mieux que les autres (disons qu'ils ont un trait que j'apprécie plus), tous sont pris par le concept "entrée/sortie" sans lien et sans liant autre que la "porte". Et cela n'a manque cruellement d'un travail sur la continuité, sur un "scénario". CAVAZZANO/CHAMBLAIN : le lancement, pourquoi pas... FLIX : muette, facile... DAV : elle m'a plu pour sa poésie (et parce que ce n'est que la 3ème) KERAMIDAS : tu te fiches du lectorat, non ? PARME : sympa, mignonnet ALFRED : mouais... i' s'est pas foulé BRÜNO : foutage de ... BATEM/POTHIER : font bien le job mais leur histoire arrive et repart comme un cheveu sur la soupe BERTOLUCCI/BRREMAUD : les gars, je vous adore, mais là sur cette planche muette, je crois que vous avez séché, non ? CAMBONI/FILIPPI : Le style, j'adore ; l'histoire, beaucoup moins... MARTIN : mignon mais une succession de cases qui s'enchaînent (et pourraient s'enchaîner différemment, sans que cela ne nie en rien au "récit") et une chute "évidente"... BOUZARD : le chaperon rouge avait de grandes oreilles, soit mais non MUNUERA : en format "strip", ça matche. Ici, ça n'a ni queue ni tête NESME : l'histoire tient mieux la route et le graphisme est superbe (argument subjectif) PETROSSI : sympathique mais là aussi bridé par le concept, ça n'a ni queue ni tête PEYRAUD : touche personnelle intéressant (en pointe et maigreur), une idée sympa (un clin d'oeil aux machines de Géo Trouvetou, selon moi) PIRUS : "Fritz the Mouse", très peu pour moi FECCHI : ça ressemble à la planche de couverture du Journal de Mickey, ça se lit, mais c'est du remplissage MIRROIR : l'une des bonnes trouvailles du recueil (où sont les oreilles de la souris ? dans les nuages, les bulles, les affiches au mur... GODI : un dessin sympatoche, une véritable historiette, ça passe (en plus, il va au bout du concept lui, avec son vendeur de portes !) CESTAC : pitch ok mais le dessin, je n'accroche pas HERENGUEL : ça fonctionne bien, c'est joliment dessiné LECHUGA : la seule histoire qui tienne la route à 100% (merci Marc !) FERIOLI : muette, il utilise la présence du Fantôme Noir... Rien de plus malheureusement TEBO : j'aime son dessin associé à Mickey, sa planche est celle qui fait le plus "parler " les protagonistes CLARKE : une bonne trouvaille DAB'S : non... mais non ! (muette, gag usé jusqu'à la corde, rien de novateur...) DE POORTERE : loin, très loin, trop loin de son humour habituellement noir et corrosif LAPONE : un exercice de style oubapien, ok (sans plus, mais remplit vaguement le cahier des charges) ULF K : je ne connaissais pas, ça ne m'a pas envie d'aller plus loin... REGNAULD : ça passe (même en muet) PILET/POTHIER : ça matche encore ici ! DOMECQ : joli et bien mené, merci Mathilde ! JUNCKER : gag rejoué, surjoué, ajouré ! CHAUZY/POTHIER : beau coup de crayon, histoire qui se tient, ok PERAZA : ça passe (mais il touche la barre des fesses :) ) POITEVIN/CHAMBLAIN : c'est joliment dessiné mais le scénario m'a échappé SUPIOT : facile, trop facile CARTIER : le monologue est bon, le reste... ZANZIM : non ROTA : avec un baiser l'ancienne, ça marche toujours RODRIGUEZ : au moins il y a un hommage assumé, pas une histoire maladroite WÜSTEFELD : après le Petit Chaperon Rouge, c'est au tour d'Alice d'être "revisitée" Lewi Carroll aurait dû y penser... CAVAZZANO/ CHAMBLAIN : la chute, si tant est qu'on puisse appeler cela une chute (plutôt une mise en abîme qui aspire à nous faire rependre la lecture : ce que j'ai fait pour ce commentaire ;) !) Bref, du dispensable, clairement !

16/06/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Les albums « hommages » se révèlent quasiment tous décevants, souvent simple empilage de bouts d’idées, avec un dessin par définition très éclectique (je n’aime pas ce genre de chose dans un même album). Et là chacun des quelques cinquante auteurs conviés doit respecter un cadre très rigide : une page et pas plus, avec Mickey entrant en franchissant une porte dans une case en haut à gauche, puis quittant la dernière case en bas à droite en franchissant une nouvelle porte. Chaque « histoire » prend donc la suite de la précédente, dans un exercice que l’éditeur n’hésite pas à qualifier d’oubapien. Bon, ben autant le dire tout de suite, cet album est quasiment sans intérêt. En effet, la plupart des auteurs – corsetés par les contraintes, mais pas que ? – se contentent d’une suite de cases, parfois muettes pour mener Mickey d’une porte à l’autre, sans qu’il y ait vraiment d’intrigue digne de ce nom. C’est bien simple, même un auteur comme de Poortere est ici décevant (il est vrai que son univers un peu trashouille est sévèrement édulcoré pour entrer dans les clous de chez Disney !). Beaucoup d’insignifiant, de quelconque donc. Brüno s’en sort en peu mieux car, quitte à ne pas créer grand-chose, il fait un clin d’œil amusant à Moebius. Quant à Pirus, je préfère davantage sa vison de Mickey donnée dans Rose Profond (même si évidemment Disney n’aurait pas donné l’imprimatur à ce genre de chose !). Bref, voilà un album qui ne redore pas le blason d’une collection Glénat/Disney qui m’a déçu le plus souvent, et qui relève de plus en plus d’un concept promotionnel raté.

11/06/2019 (modifier)