Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Fêtes Himalayennes : Les derniers Kalash

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Voyage à la rencontre d'un peuple chamaniste du Pakistan dont les traditions et la culture sont vouées à disparaître


Afghanistan Documentaires La Boite à Bulles Photo et dessin Photographie

Dans les vallées reculée de la frontière Pakistano-afghane, les trois mille derniers Kalash de l'Himalaya tentent de préserver leur culture et leurs traditions ancestrales, désormais menacées par l'islamisation de la société et le monde moderne. À l'approche du solstice d'hiver, les Kalash chantent et dansent pour la renaissance des saisons et la fertilité de leurs cultures. Ils prient les dieux et les esprits de la nature, dialoguent avec les fées et écoutent les instructions du chamane. C'est pour vivre de l’intérieur l’événement le plus sacré de la tradition que Jean-Yves Loude, Viviane Lièvre et Hervé Nègre ont intégré le quotidien de ce peuple, appris leur langue et adopté leurs rites. Un voyage captivant en terres chamanique au cœur du Pakistan, coédité par le Musée des confluences de Lyon. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Photographes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Janvier 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Fêtes Himalayennes : Les derniers Kalash
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

02/01/2019 | Alix
Modifier


Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

« Allez parler de nous, chez vous, au-delà des montagnes. Dites au monde que nous existons ». Avec cet ouvrage documentaire, les auteurs ont tenu promesse au villageois qui leur avait tenu ces propos en guise d'adieu. Au printemps 1978, Hervé Nègre, Viviane Lièvre et Jean-Yves Loudes ont ainsi quitté leurs emplois respectifs et leurs vies confortable en France, sans prévoir que l’aventure allait durer quinze ans !, Car ce témoignage est bien plus qu’une simple « visite au zoo » puisque ces derniers ont partagé le quotidien de cette peuplade, les Kalash, réduite aujourd’hui à quelque 3.000 âmes, adoptant leurs coutumes, apprenant leur langue, participant à leurs fêtes et abandonnant leurs vêtements occidentaux pour revêtir les tenues locales. En évitant bien évidemment tout jugement, se fondant dans la communauté dans un processus de mimétisme assez incroyable. Ce documentaire suit au plus près les pratiques festives de ces hommes et ces femmes, retranscrit grâce au dessin simple mais descriptif de Hubert Maury. Chaque événement, calqué sur les saisons, semble réglé comme une horloge suisse, avec son lot de rituels millénaires destinés à s’attirer les faveurs des dieux par rapport aux récoltes. C’est parfois drôle et inattendu (la séance d’insultes entre les femmes et les hommes lors de la fête Sarasari), parfois moins car lesté d’un paternalisme un peu poussiéreux faisant que les femmes sont considérées comme impures et n’ont pas accès à certains lieux. Mais cela sera peut-être le seul point commun avec l’Islam, et pour un peu, ce pays pourrait presque s’appeler « Bisounours Land » si ce n’était pour le voisinage agressif des Talibans mettant en péril leurs pratiques les moins conformes au Coran. Même si aucune image forte ne ressort véritablement de cet album, ce dernier se laisse lire sans déplaisir. Certes, on n’a pas non plus vraiment affaire à une tribu aborigène oubliée dans la course au progrès, mais il est intéressant de voir qu’une société si différente ait pu survivre si longtemps face à un monothéisme aussi prédominant qu’est l’Islam, moins tolérant que jamais vis-à-vis des autres cultures. Sans doute, leur isolement géographique y est pour quelque chose. Les photos d’Hervé Nègre s’intègrent parfaitement parmi les dessins, qui ont repris la même gamme de couleurs. Bien sûr, la technique n’a rien de nouveau, un certain Emmanuel Guibert l’ayant déjà exploitée dans Le Photographe, et d’autres après lui. Au final, « Fêtes himalayennes » s’avère être un témoignage sympathique par des personnalités curieuses et généreuses à travers leur soutien à une cause, la défense des derniers Kalash, dont on ne peut prévoir si elle n’est pas déjà perdue d’avance. Un emprunt en bibliothèque peut suffire.

21/08/2019 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Cet album, publié à l’occasion de l’exposition « Fêtes Himalayennes, les derniers Kalash » présentée au musée des Confluences à Lyon, raconte les multiples séjours de 2 ethnologues et 1 photographe français chez ce peuple méconnu dans les années 70 et 80. Les trois mille derniers Kalash de l'Himalaya tentent de préserver leur culture et leurs traditions ancestrales, menacées par l'islamisation de la société́ et le monde moderne. On y découvre un peuple simple, souvent illettré, dont la vie est rythmée par les récoltes, l’élevage, et surtout les multiples croyances et célébrations païennes qui ponctuent le calendrier. Il est fascinant d’y retrouver des similarités avec nos célébrations de Noël (les vraies, avant que les chrétiens ne décalent la date de naissance de Jésus pour coïncider avec le solstice d’hiver), la signification originale des cadeaux, de la bouffe, des lumières sur le sapin etc. A noter que l’adage « c’était mieux avant » montre ici ses limites. On retrouve avec fascination (mais aussi un peu de dégout) des traditions quand même bien arriérées (ségrégations des femmes, considérées impures, sacrifice de pauvres bêtes pour apaiser les dieux, chasses aux sorcières). Nos 3 aventuriers ne jugent pas (ou peu) pour autant, et font de leur mieux pour s’intégrer et apprendre la langue et les traditions indigènes. La mise en image d’Hubert Maury (auteur de l’excellent Le Pays des Purs, dans un genre similaire et toujours chez La Boîte à Bulles) est exemplaire. Le dessin est maitrisé et lisible, et agrémenté de superbe photographies et dessins fournis par l’équipe originale (Jean-Yves Loude, Viviane Lièvre et Hervé Nègre), un peu dans le style de la référence du genre photo-dessiné : Le Photographe. Les photos sont superbes, souvent en couleurs, et ajoutent vraiment une dimension émotionnelle au récit (je pense notamment aux portraits magnifiques). Un album fascinant.

02/01/2019 (modifier)