Les Lumières de l'Aérotrain

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Après l'envie vient la jalousie, puis le mensonge, et le mensonge mène parfois au meurtre...


Région Centre

Sur le côté droit de la ligne Paris-Toulouse, une structure en béton file sur une dizaine de kilomètres. Elle était destinée dans les années 1970 à accueillir l'aérotrain, projet avorté de train à grande vitesse. Sous un pilier de cette ruine moderne, Hervé, 17 ans, et Romuald, 12 ans, n'ont pas réussi à décoller, eux non plus. Lucie va apporter pas mal de nouveauté dans leur vie monotone. À 16 ans, avec un père conducteur de train au Japon et une mère richissime, elle a des arguments pour les séduire et leur faire tourner la tête… Mais Lucie ment beaucoup aussi… (texte : Bamboo)

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Juin 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Lumières de l'Aérotrain © Bamboo 2018

11/07/2018 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà un album qui se lit agréablement, avec une histoire plus dense qu’elle ne paraissait de prime abord. Une lecture fluide déjà grâce au dessin, semi caricatural et assez chouette, et une colorisation elle aussi réussie. L’histoire ensuite, qui démarrait sur un rythme pépère et quelque chose de déjà vu, autour de copains (deux garçons et une fille) zonant, dans leur coin d’une petite localité de province. Et puis, rapidement, tout s’assombrit. D’abord par l’arrière-plan social (redoublements multiples pour l’un des jeunes, travail de caissière peu engageant l’autre, le manque de fric pointant le bout de son nez). Ensuite l’arrivée d’une autre jeune fille, jolie, dynamique et délurée, qui va fragiliser les relations du groupe, et y introduire le drame. Cette seconde partie est très dense, bien plus noire – et je trouve bonne l’idée de Ducoudray d’éviter un final trop sirupeux. C’est une lecture sympathique. Note réelle 3,5.

13/05/2022 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Quand j'ai commencé les lumières de l'aérotrain, je ne m'attendais pas du tout à ce genre d'histoire. En effet, cela commence très gentiment dans la joie, la gaieté et la bonne humeur pour terminer dans le drame le plus absolu qu'on avait pas vu venir. On passera du rire aux larmes. Ce qui est intéressant, c'est sans doute de voir tout le cheminement qui a concouru à cet enchaînement d'événements. Il faut dire que la trahison en amitié n'est jamais une bonne chose et que cela peut avoir de lourdes conséquences. Oui, cette oeuvre ne laissera pas le lecteur totalement indifférent après lecture. Et quelque fois, il vaut mieux s'écarter des sentiers battus pour offrir une fin digne de ce nom. Par ailleurs, on en apprend beaucoup sur l'aérotrain qui fut le concurrent malheureux du TGV ce qu'une grande partie de la population peut ignorer. Cependant, cela ne constitue que le prétexte à ce récit qui va nous entraîner bien au-delà des lumières de l'aérotrain.

06/03/2019 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Ça démarre gentiement, presque poétiquement, avec cette histoire de deux gamins un peu livrés à eux-mêmes, dont un est complètement fondu d'un mythe français oublié... Et puis assez vite, c'est la marque de fabrique de Ducoudray qui s'installe, on voit que le social n'est pas rose, et même un peu glauque par moments. Mais ça ce n'est que le début, car au bout d'un moment on bascule carrément dans le drame. Le vrai, le fait divers qui met mal à l'aise. Et qu'on n'a pas du tout senti venir. Aurélien Ducoudray, pour nous conter ce drame, s'est attaché le talent de Johann Corgié, jusqu'ici connu pour son excellent travail en tant que coloriste. Et puis là, sur son premeir album officiel en tant que dessinateur, c'est une belle découverte, on sent que le bonhomme a fourbi ses armes dans son coin, attendant le moment propice pour les sortir et nous faire béer d'admiration. Il ira loin. C'est un bon album, mais il lui manque quelque chose pour le faire basculer dans la catégorie des classiques, je ne saurais dire quoi. En tous les cas je vous le recommande.

11/07/2018 (modifier)