Lucie s'en soucie

Note: 2.43/5
(2.43/5 pour 7 avis)

Bilan 30 ans : NEGATIF Seule (parfois), pas d'enfants (encore) POSITIF Jeune, jolie, intelligente, séductrice, originale, riche (bientôt). A voir aussi : Lucie


Femmes d'aujourd'hui La BD au féminin La Comédie Urbaine Tohu-Bohu

Bilan 30 ans : NEGATIF Seule (parfois), pas d'enfants (encore) POSITIF Jeune, jolie, intelligente, séductrice, originale, riche (bientôt). Les aventures sentimentales d'une célibataire trentenaire, avec tout son lot de quotidien, de problèmes, de soucis, d'angoisses et de copines. -

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2000
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Lucie s'en soucie
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

19/01/2004 | ThePatrick
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Ecrire une BD sur les préoccupations et les amours contrariées d'une fraîche trentenaire n'a pas grand-chose d'original, les exemples abondent. En revanche, le fait que ce soient deux filles qui s'y collent est plus rare. Cela amène un supplément d'intérêt, un regard plus fin sur la vie (sentimentale) tourmentée de Lucie. Le dessin de Catel est sympathique, sans plus, caractéristique de l'école Dupuy-Berberian, si j'ose dire. Une certaine école, qui a permis à la collection Tohu-Bohu de connaître en quelque sorte ses lettres de noblesse. On passe un moment agréable, mais il s'agit là d'une BD malheureusement vite lue. A noter que les Humano en ont fait une édition intégrale avec une introduction de Jean-Louis Bocquet, qui éclaire le parcours des deux auteures et la création de la série. L'occasion de s'y remettre.

04/05/2004 (MAJ le 01/03/2014) (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Il y a bien mieux dans la collection Tohu Bohu mais dans l'absolu, cette BD ne dénote pas. Elle manque d'originalité mais reste agréable à lire. Le scénario est rythmé, la vie de cette trentenaire célibataire endurcie est remplie de clichés mais prête à sourire. 10 ans après la sortie de cette BD, la société a évolué, car les questions que se pose Lucie, de nos jours ce sont les femmes de 35 à 40 ans qui se les posent. Je regrette les 2 dernières pages car les pages précédentes offraient un bon final. Ajouter un happy end n'ajoute rien de plus et dénote quelque part. Le dessin noir et blanc est ultra basique avec un trait rond plaisant. Les cases paraissent relativement vides mais l'essentiel est quand même là. "Lucie s'en soucie" est l'exemple de la BD pas mal n'imposant pas d'achat car rien ne justifiera une seconde lecture.

27/08/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Bon, je vais l'annoncer d'emblée : cette Lucie représente le genre de femmes que je déteste éperdument. Elle a 30 ans, elle est toute seule la pauvre, elle recherche le grand amour pour fonder une famille, elle réussit dans son travail et elle est plutôt belle. Elle aurait tout pour séduire les hommes. Mais voilà, elle est hautement superficielle dans son genre et jalouse du bonheur de son prochain si ce n'est de sa propre soeur ! Quand elle trouve enfin un homme bien sous tout rapport, elle se précipite sur le premier bodybuilder venu pour le sexe et rien d'autre. Et cela veut nous faire la morale sur le fait qu'elle a véritablement des valeurs comme celle par exemple tout à fait louable de fonder une vraie famille et tutti quanti !!! Mais bon, elle s'amourache d'un homme en tirant des plans sur la comète et voilà qu'elle découvre qu'il est homo. Franchement, elle n'a pas de chance ! Il faudra faire ce discours larmoyant à d'autres mais à moi. On ne s'y trompe pas ! Au-delà de tous ces jugements de valeurs que j'assume entièrement au risque de faire bondir certaines, je ne descendrais pas cette bd qui traite du fameux problème de la crise de la trentaine avec toutes ces questions existentielles. Je ne me suis pas ennuyé avec cette lecture dont les dialogues sont plutôt piquants dans un univers plutôt réservé aux femmes avec toutes leurs confidences. Cela reste certes divertissant mais on n'en retirera pas grand chose au final. D'ailleurs, cette conclusion à deux balles est pathétique dans la recherche profonde ! Bon, la simplicité a parfois du bon ...

20/03/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Dans la lignée des Monsieur Jean et avant sa suite (logique me direz vous) sous le nom de Lucie, « Lucie s’en soucie » illustre sur un ton doux-amer le difficile parcours d’une jeune trentenaire à la recherche du grand amour. Moins abouti graphiquement que Lucie, je trouve cet album plus spontané et personnel, … et donc finalement (et paradoxalement) plus réussi que la série qui en résultera. Le ton est résolument ironique et sympathique. Le portrait est un classique du genre et ne brille pas par son originalité. J’ai cependant apprécié que les différents personnages soient loin d’être parfaits. Tous présentent en effet de pitoyables petits défauts, qui les rendent humains et attachants … ou détestables, comme cette bonne copine si suffisante et parvenue. Ephémère, sympathique et sans prise de tête, cet album plaira aux amateurs et amatrices du genre. Mais il ne révolutionne certainement pas cette catégorie.

19/05/2009 (modifier)
Par cac
Note: 2/5

Quand on a déjà vu Bridget Jones, il n'y a pas de surprise à attendre de cette lecture. Lucie est une récente trentenaire qui recherche l'Amour alors qu'il est bien sûr à côté d'elle, sur son palier par exemple. Pas très original tout ça et qui ne me concerne pas vraiment. Le dessin est correct, rien de bien transcendant. Ce n'est pas ça qui rattrapera le récit.

11/03/2007 (modifier)
Par Pacman
Note: 2/5

C'est l'histoire d'une trentenaire de fraîche date qui se pose un tas de problèmes existentiels et qui finit par résoudre ses problèmes existentiels. Problèmes auxquels, pour ma part, j'ai un peu de mal à compatir tant ils sont superficiels. On retrouve là les thèmes récurrents destinés, à mon sens, à un public féminin, de la recherche du prince charmant à l'épanouissement professionnel et familial de la femme dans une société moderne... Mais bon, le niveau de réflexion est plutôt du niveau "Pretty woman". Et puis certains clichés: pfff! Genre: il est beau, il est spirituel, il est branché et patatras... il est homo. Ou bien encore, la meilleure amie de Lucie aime s'étendre sur sa vie réussie: un mari qui gagne bien et qu'elle a à sa botte, les magasins, le club de gym et patatras... le mari la trompe avec la baby sitter. Comme ça tout du long. Distrayant donc, mais très léger, trop léger à mon goût. Comme Spookynette, certaines situations ont fait bien rire Pacwoman, plus habituée que moi à ce type d'humour, genre "Fonelle et Bianca" de la revue Elle. D'ailleurs, le graphisme n'est pas sans rappeler les scripts de magazines, genre Bretecher ou Faizant.

20/01/2006 (modifier)

En lisant cet album, on s'aperçoit dès le début que l'originalité ne sera pas au rendez-vous. Le genre est en effet bien circonscrit et "Lucie s'en soucie" ne s'en éloigne pas. Au contraire, il utilise l'ensemble des clichés à sa disposition. Cela en aurait fait une lecture "juste" passablement ennuyeuse... mais il y a la fin. Fin où le caractère de chieuse de Lucie passe de l'album à la réalité (de chiante avec les mecs, elle devient chiante avec le lecteur). Fin où la morale à deux balles complètement gnangnan éclate dans toute sa splendeur. Et fin enfin, qui finit très exactement comme on doit s'y attendre. Inutile de dire que ça m'a prodigieusement gavé. Bref, ennuyeux, fait de clichés. Rien de nouveau, suivant. :(

19/01/2004 (modifier)