Moins qu'hier (plus que demain)

Note: 3.86/5
(3.86/5 pour 7 avis)

Acceptez-vous d’être débordés par les tâches du quotidien ? D’aller déjeuner chez vos beaux-parents chaque premier dimanche du mois ? De mettre une liste sur le frigo pour savoir qui fait quoi dans la maison ? Et d’avoir des idées divergentes sur l’éducation de vos enfants ? Alors félicitations, vous voici unis par les liens d’un mariage précaire et conflictuel !


Fabcaro Glénat Les prix lecteurs BDTheque 2018

Acceptez-vous d’être débordés par les tâches du quotidien ? D’aller déjeuner chez vos beaux-parents chaque premier dimanche du mois ? De mettre une liste sur le frigo pour savoir qui fait quoi dans la maison ? Et d’avoir des idées divergentes sur l’éducation de vos enfants ? Alors félicitations, vous voici unis par les liens d’un mariage précaire et conflictuel ! Auteur du désormais culte Zaï Zaï Zaï Zaï, Fabcaro nous offre dans ce nouvel ouvrage un portrait acide et décomplexé des relations de couple. Situations cocasses, moments absurdes, incompréhensions, quiproquos, confidences sur l’oreiller... Une série de strips qui nous fait autant méditer sur la société que sur nous-même mais qui, surtout, n’oublie jamais de nous faire rire. (Site éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Mai 2018
Statut histoire Strips - gags 1 tome paru
Couverture de la série Moins qu'hier (plus que demain)
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

09/06/2018 | Noirdésir
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Fabcaro est vraiment à son meilleur lorsqu'il utilise un style figé réaliste et qu'il ajoute des dialogues cons dessus ! Non seulement ce que disent les personnages est marrant, mais leurs réactions figés l'est aussi ! On est loin des albums humoristiques où les auteurs ne font que reprendre des trucs convenus sur le sujet qu'il traite. Cet album parle donc des couples et c'est une suite de gags au lieu d'une histoire longue comme je l'imaginais avant de lire l'album. On retrouve tout de même un personnage récurrent qui apparaît dans plusieurs gags et est le gros running gag de l'album. La plupart des gags fonctionne bien et j'ai beaucoup ri durant ma lecture. C'est un album à lire si on est fan de l'auteur ou si on aime l'humour con et absurde avec un peu de cynisme.

30/05/2019 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Fabcaro, après s'être moqué de lui-même, avoir montré son acuité à analyser et déformer les soap opera, s'attaque à un autre gros morceau : les couples. Et comme d'habitude, c'est un bijou. Il utilise désormais le même running gag ou fil rouge dans plusieurs de ses albums, avec une situation apparemment anodine (ici un homme seul dans son lit, visiblement délaissé par sa compagne), et en fera la ponctuation de son album, constitué de saynètes, aussi absurdes que drôles. Et tout ça à base de plans fixes (mais pas photocopiés), sur lesquels mon humoriste préféré plaque ses dialogues savoureux. Je me suis esclaffé à plusieurs reprises. Bref, c'était très sympa.

18/11/2018 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Je n'étais sans doute pas habitué à un humour aussi corrosif de la part de l'auteur qui explore les couples de manière bien cynique. Bien entendu, il y a certaines vérités inavouables qui ressortent dans toutes ces situations désopilantes sur la vie conjugale. Je dois dire que j'admire la capacité de Fabcaro à se renouveler même s'il s'agit toujours du même genre humour. Qu'en sera-t'il le jour où il abordera une bd plus dramatique ? Une oeuvre un peu dérangeante par moment car le couple n'est pas montré sous son meilleur jour. Cependant, les chutes fonctionnent toujours aussi bien. Les dialogues sont plus que piquants. En tous les cas, j'aime cette maturité d'esprit.

17/10/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Déjà le titre est un poème en soi, savant mélange de lieu commun et d’humour piquant. Et l’intérieur ne fait que confirmer cette impression. Fabcaro revient à la structure en courts gags absurdes et s’amuse avec les relations de couple, usant de son sens de la répartie décalée pour nous offrir quelques savoureux passages. Le résultat, dans l’ensemble, est de qualité. Certes tous les gags n’ont pas fait mouche chez moi mais la grande majorité m’a au minimum amusé tandis que certains m’ont vraiment bien fait marrer. Faut aimer l’humour con et absurde mais si c’est votre cas, foncez ! L’auteur est un orfèvre en la matière, parvenant toujours à créer ce choc né du décalage entre un dessin souvent figé et une répartie sortie de nulle part.

24/09/2018 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Dans la lignée de Zaï Zaï Zaï Zaï et Et si l'amour c'était aimer ? Fabcaro enchaine les albums à l'humour absurde. Cette fois il passe au format un gag par page au lieu de nous livrer une histoire complète. Mais le résultat est le même : des situations à la con, parfois banales, souvent grotesques mais toujours accompagnées de dialogues cinglants pour le plus grand bonheur de nos zygomatiques. Chaque page raconte une scène de couple : une dispute, un moment romantique, un rdv. Et en 1, 3 ou 6 cases, Fabcaro nous régale avec des dialogues aux petits oignons dont il a le secret. C'est drôle, mais que c'est drôle. Les pages où j'ai éclaté de rire sont nombreuses et celles où le gag est un peu moins bon m'ont quand même fait sourire. Il n'y a rien à jeter. Le Fabcaro de ses débuts était déjà pas mal, mais depuis quelques albums il s'impose pour moi comme une référence incontournable de la BD d'humour.

17/06/2018 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Je ne sais pas si c'est un courant d'humour qui se développe en ce moment, mais entre Petit traité d'écologie sauvage, Dialogues et cet album, j'ai l'impression de voir émerger un genre d'humour basé sur les dialogues et du dessin souvent répétitif qui renforce l'ensemble. En tout cas qu'est-ce que je me marre ! Soyons honnête, ce n'est peut-être pas au niveau de ce qu'il a pondu avec Et si l'amour c'était aimer ?, mais Fabcaro a pondu une autre BD que je trouve hilarante. Certains gags m'ont véritablement fait pleurer de rire, et globalement il n'y a pas un gag qui m'a laissé de marbre. La répétition de certaines scènes, l'absurdité de certaines chutes et la façon dont il arrive à pondre des dialogues truculents amènent le rire de façon naturelle. C'est une belle BD sur la déliquescence au sein du couple, et une belle BD humoristique qui fait plaisir à lire. Niveau dessin, il y a beaucoup d'utilisation des cases répétées, mais ce n'est franchement pas dérangeant pour ce qui est passé comme genre d'humour. C'est le troisième Fabcaro que je lis, et je songe très sérieusement à me pencher plus en avant sur cet auteur. Il a le don de me faire rire à chacune des BD, et ça me plait beaucoup. Vivement la prochaine.

12/06/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Fabcaro ne serait-il pas en train de s’embourgeoiser ? On est loin en tout cas de l’auteur maniant l’autodérision chez de « petits éditeurs » et publiant On n'est pas là pour réussir, inconnu et transparent lors des signatures en festival. S’il publie encore chez ces petits éditeurs, les plus grands lui font des yeux doux, chacun d’entre eux cherchant à l’avoir dans son catalogue. Le dernier en date est donc Glénat, qui inaugure ici une nouvelle collection (GlénAAARG!), issu de feue la revue AAARG!. Glénat était visiblement tellement pressé qu’il a semble-t-il oublié – du moins dans mon exemplaire – de faire un massicotage correct ! En tout cas, foin de couverture souple, mais de l’épais, du sérieux. Et même – mais cela ne me plait guère car frôlant le ridicule, un bandeau (« par l’auteur de Zaï Zaï Zaï Zaï »). Pour revenir à cet album, il est effectivement dans la lignée de Zaï Zaï Zaï Zaï ou de Et si l'amour c'était aimer ?, avec une même utilisation d’un dessin figé (trait du visage presque effacés, peu expressif, réutilisation d’une même image plusieurs fois, bichromie terne, etc.). C’est une suite de petites saynètes d’une page (entre 2 et 6 cases) éclairant les dialogues de divers personnages (un seul – le plus crétin – est récurrent). Tout est donc misé sur les dialogues. Et force est de reconnaître que Fabcaro s’y connaît pour mettre en avant les petits renoncements, les misères du quotidien : ces phrases échangées pour meubler, ces malentendus qui s’éternisent. Couples au bord de l’ennui, dialogues décalés, répliques affreusement hors-sujet, etc. Voilà le matériau avec lequel Fabcaro concocte un album plutôt sympa et drôle (moins réussi que Zaï Zaï Zaï Zaï, puisqu’il faut les comparer), mais quand même amusant, pour une vie de couple passée au vitriol. Note réelle 3,5/5.

09/06/2018 (modifier)