Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Achille

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3.6/5
(3.6/5 pour 5 avis)

Sur l'Olympe tous le Dieux sont invités aux noces de Pélée et de Thétis il ne manque que Eris qui jette une pomme d'or avec la mention "A la plus belle". C'est le mortel Pâris qui désigne la gagnante, Aphrodite qui lui a promis l'amour d'Hélène reine de Sparte. Son enlèvement déclenchera la guerre de Troie.


Auteurs Italiens Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

Sur l'olympe se sont les noces de Pélée et de Thétis ou tous les dieux sont invités sauf Eris, déesse de la discorde. Pour se venger elle leur jette une pomme d'or avec la mention: "A la plus belle". Héra athéna et aphrodite revendiquent le fruit. Pour mettre un terme à la dispute Zeus charge le mortel Pâris de désigner la gagnante. Il choisit Aphrodite qui lui a promis l'amour d'Hélène reine de Sparte. Son enlèvement va declencher la guerre de Troie.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Mai 2018
Statut histoire Série en cours (prévue en 3 tomes) 2 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Achille
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

03/05/2018 | sloane
Modifier


Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Cosimo Ferri s'attaque à un gros morceau en voulant faire ici l’Iliade depuis son commencement avec la pomme de la discorde, jusqu'au dénouement tragique de la chute de Troie. Mais étant particulièrement fan de ce récit, qui est incontestablement une des lectures les plus marquantes de ma jeunesse, j'en attendais quelque chose pour le moins intéressant. Et ce fut effectivement le cas, j'ai été très content de la représentation de Cosimo Ferri d'une Grèce antique mythologique, mâtinée de dieux et de magie. La guerre de Troie est une source inépuisable d'inspiration, même si le résultat n'est pas toujours bon (ne parlons pas du film avec Brad Pitt qui rate environ tout ce qu'on pouvait faire). Et, ici, Ferri s'attarde notamment à représenter le sexe, présent dans l'Iliade d'origine (avec une dimension symbolique et sacrée, notamment) mais à sa façon. Précisons tout de suite que les personnes non-amatrices de corps Body-buildé, de plastique quasi-parfaites et d'abdos saillants peuvent passer leurs chemins. Les personnages sont tous sculptés comme des héros grecs, mais pour le coup on peut dire que c'est parfaitement normal. D'autant que le sexe n'apparait ici que dans des scènes qui s'y prêtent et permettent de préciser certaines relations entre personnages. Notamment les liens avec les dieux et les déesses, qui ne sont pas les derniers de la gaudrioles selon les légendes que l'on a colportées sur eux ... Sur les deux tomes, nous avons non seulement l'Iliade mais également le début de toute cette histoire à partir de la pomme de la discorde, ce qui est d'autant mieux vu que certains lecteurs ne connaitrons probablement pas tous les épisodes. Et Cosimo Ferri ne s'empêche pas de représenter Achille, aussi bien dans sa relation avec Patrocle qu'avec Briséis. Il a réussi un pari narratif avec cette idée, qui paye ! J'ai bien envie de découvrir la suite et fin de ce triptyque, et pas seulement pour se rincer l'oeil. Parce que oui, cela reste une BD de Tabou et Cosimo Ferri, donc avec des scènes de sexe en tout genre (saphique, pédérastie, triolisme, ...) mais représentées par un auteur qui a eu le temps de se faire la main via plusieurs BD. Les scènes sont courtes mais représentées avec un héroïsme (oui !) et une certaine maitrise. La colorisation joue beaucoup pour cela, et même si parfois l'ensemble parait un peu artificiel, j'y vois tout le respect que Cosimo Ferri met dans la représentation d'une des plus vieilles histoires du monde. Il veut rendre à cette histoire la dimension tragique, héroïque, dantesque et sacrée qu'il a sans doute trouvé dedans en la lisant. Et moi qui ai un certain respect du texte de l'Iliade, j'aime beaucoup. C'est un parti pris visuel, mais en peu de mot, je dois le dire : ça claque ! L'auteur a, selon mon jugement, parfaitement bien réussi son coup. C'est une BD plaisante à lire, qui transpire l'amour de l'Iliade et des mythes grecs, au dessin fort et travaillé, que j'aurais presque envie de conseiller comme découverte de ce récit mythologique ! En éloignant les enfants, bien évidemment ...

31/03/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cosimo Ferri a terminé Mara et se lance maintenant dans une oeuvre de grande envergure puisqu'il aborde la Grèce homérique, celle de l'Iliade qui relate la guerre de Troie, même si sa source indiquée est les Chants Cypriens de Stanisos de Chypre, auteur antique du VIème siècle av. JC. Autant dire que cette histoire qu'on peut quand même qualifier d'homérique (parce qu'elle a d'abord été contée par Homère au VIIIème siècle av. JC) m'a toujours passionné, d'où mon intérêt pour la Mythologie grecque. Ferri se doit cette fois de suivre une ligne de conduite, il ne peut plus trop inventer comme il le faisait dans ses autres Bd, même si j'ai remarqué qu'il prenait quelques libertés, mais très peu par rapport aux récits mythologiques (le sacrifice d'Iphigénie par exemple, il fut annulé de justesse par Artémis qui la remplaça par une biche). La grande nouveauté, c'est que cette relecture homérique est placée sous l'angle érotique, tout en suivant les étapes classiques connues de ce récit grandiose sur la guerre de Troie. Le récit démarre par les noces de Thétis et de Pélée et la fameuse pomme de Discorde (ou Eris), le verdict de Pâris entre les 3 déesses Athéna, Héra et Aphrodite, puis c'est l'éducation d'Achille par le centaure Chiron, le départ d'Achille et de son fils Néoptolème pour Troie, et les premières batailles devant la cité de Ténédos, avant-poste troyen. Le résultat est plus que satisfaisant, j'aime lire une Bd érotique quand il y a une vraie histoire derrière et pas qu'une simple trame qui ne sert qu'à amener les scènes de sexe. Au contraire, je trouve que Ferri a bien dosé son récit en donnant une part égale aux scènes de sexe et aux scènes "normales" qui forment le contenu de la Bd. On pourrait presque dire que ces scènes de sexe sont distillées avec parcimonie, il n'en abuse pas. Question graphique, c'est du beau travail, avec de belles images et une mise en page favorisant quelques grandes cases, malgré quelques petites anomalies anatomiques ou de proportions, mais rien de méchant ; le dessin de Ferri a énormément évolué, depuis les 2 derniers tomes de Mara et surtout depuis sa dernière Bd Witching Yours, il use d'un dessin plus velouté, avec des ombres et des contours plus marqués, donnant ainsi un relief et des rondeurs plus séduisantes, surtout aux corps féminins qui sont évidemment superbes. On voit que c'est le culte du corps, qu'il soit féminin (les femmes sont pulpeuses, on n'y verra aucun thon c'est clair) ou masculin (les mecs sont des athlètes bodybuildés), de même que les décors et les fonds de cases ne sont pas négligés non plus. Ferri peut prendre son temps sur 3 albums (il y a dans le tome 1 quelques cases un peu inutiles), et je crois que ça ne sera pas de trop pour décrire la richesse de ce récit mythologique.

01/08/2019 (modifier)
Par kanibal
Note: 4/5

Ce premier volume m'a fort emballé pour une histoire que l'on connait déjà, les grandes lignes sont retracées, l’éducation d'Achille sous la gouvernance de Chiron etc.. Ce qui fait l'originalité de cette version ce sont les scènes de sexe crues qui sont distillées avec parcimonie, elles ne sont pas envahissantes et ne nuisent pas à la bonne lecture, certes on est loin du colossal L'Âge de Bronze de Shanower mais Cosimo Ferri s’en sort plutôt bien. Malgré quelques petits soucis de proportions graphiquement j'ai beaucoup aimé son coup de crayon. Amateur de BD [érotique] et d'Histoire, cette saga ne pourra que vous ravir, quand les deux sont savamment maîtrisés il en résulte une bonne alchimie. Vivement la suite!!!!

29/09/2018 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Après "Le Cœur des Amazones", me voilà de nouveau trainé du côté de Troie sur les talons d'Achille, mais dans une version beaucoup plus explicite côté sexualité :) Pâris, jeune pâtre, se retrouve à devoir désigner d'Aphrodite, d'Héra ou d'Athena, laquelle est la plus belle suite à une perfidie d'Eris (déesse de la discorde) lors du mariage des parents d'Achille. Pâris choisit Aphrodite en échange de l'amour éternel de la plus belle des mortelles : Hélène. Ainsi commence donc l'Iliade qui conduira au siège de Troie auquel Achille de par ses alliances se devra de participer... Cossimo Ferri nous propose donc une version sans retenue de l'Iliade où son talent pour la peinture et son goût pour les corps sculpturaux lui permettent de s'en donner à cœur joie. En effet, vu les mœurs de nos divinités grecques, pas besoin d'extrapoler pour la bagatelle et Cossimo Ferri s'en tient fidèlement au récit en maniant le pinceau avec dextérité. Voici donc le premier tome d'une trilogie prometteuse, qui permet de se replonger en profondeur du côté de ses classiques.

07/05/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Depuis sa série en quatre tomes Mara, Cosimo Ferri est en train de devenir une valeur des éditions Tabou. Ici, pour ce qui sera une trilogie, il se penche sur Homère et la mythologie grecque, s'attachant plus particulièrement au personnage d' Achille. Dans ce premier tome C. Ferri suit à la lettre le célèbre livre d'Homère L'Iliade. Son dessin ici rend un hommage appuyé à la statuaire antique ainsi qu'à la peinture classique. Les corps masculins et féminins sont magnifiés, point d'avortons ou de grasses dames chères à Mayol. Je trouve personnellement que la colorisation a fait des progrès indéniables, en effet sur Mara je trouvais que c'était un peu "criard", ici un aspect ombré donne aux chose et aux corps dénudés un rendu agréable. Rien à dire sur l'histoire en elle même qui reprend pour l'instant le tout début de l'Iliade, les évènements et les protagonistes donnant l'occasion à l'auteur de placer des scènes de sexes plutôt classiques mais bien tournées. Les amateurs de fortes poitrine devraient être comblés, quant aux dames elles rêveront sur l'anatomie avantageuse de ces messieurs. Personnellement j'irai voir la suite, Cosimo Ferri s’améliore sur tous les plans, ma note devrait donc elle aussi suivre le même chemin

03/05/2018 (modifier)