Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Seule

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Une petite fille, loin de ses parents, durant la guerre d'Espagne.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Denis Lapière Espagne La Guerre civile espagnole

Lola n’a pas encore sept ans. Elle est séparée de ses parents et vit en Catalogne, avec ses grands-parents. Son grand-père lui a parlé de la guerre, qui sévit dans presque tout le pays et qui n’est pas encore arrivée jusqu’à eux. Mais qu’est-ce que c’est que la guerre pour une enfant de cet âge ? Elle cherche à ne pas oublier les visages de sa mère, de son père et de sa petite soeur, née quelques semaines avant son départ et qui a eu la chance de rester avec eux. Et puis un jour, les avions franquistes bombardent le village et détruisent leur maison. Et Lola découvre la réalité de la guerre, cette chose qui l’a tenue séparée, pour la moitié de sa vie déjà, de ses parents. (Site de l'éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Efa
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Janvier 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Seule
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

20/03/2018 | Noirdésir
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Seule, c'est l'histoire d'une petite fille vivant avec ses grands-parents dans un petit village Catalan durant la guerre civile espagnole. Elle y a été envoyée là par ses parents car son père est parti à la guerre et sa mère n'a pas les moyens de nourrir sa plus grande fille alors qu'elle vient d'avoir un autre bébé. La petite souffre donc de solitude dans ce village, se demandant quand elle pourra revoir ses parents, et subissant en même temps avec ses yeux d'enfants les affres de la guerre, ou plutôt de la déroute des républicains face aux nationalistes. C'est un récit plutôt joli et intéressant. J'ai aimé le dessin de Ricard Efa qui m'a rappelé le style coloré et au trait épais de Ruben Pellejero (Un peu de fumée bleue...). Ses planches en couleurs directes sont belles et pleines d'ambiance. Le scénario est basé sur une histoire vraie ce qui ajoute à son côté instructif et à sa crédibilité. Et de la crédibilité, il en faut quand on voit les décisions et actions de cette toute petite fille qui a grandi trop vite. C'est assez touchant.

03/12/2018 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai l'impression depuis quelques années qu'il y a plusieurs bandes dessinés sur la guerre civile espagnole. Celle-ci est pas mal quoique je ne la trouve pas mémorable. Le point fort est le dessin que j'ai vraiment adoré, notamment les couleurs. Le scénario se laisse lire et il y a des moments touchants, mais cela ne m'a pas trop passionné et marqué. Je comprends l'importance de montrer les dégâts de la guerre (ici c'est une fillette qui a été séparée d'une bonne partie de sa famille), mais j'en ai lu des récits sur ce sujet et j'ai eu l'impression d'avoir vu les thèmes abordés ici des dizaines de fois. Enfin, je comprends que d'autres lecteurs accrochent mieux que moi.

09/06/2018 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Proposée par le prolifique Denis Lapière au scénario et le talentueux Efa au dessin, cette histoire âpre raconte la perte de l’innocence. A un âge où l’on découvre le monde et l’on n’en voit que ses beautés, la bêtise des adultes fait parfois grandir très vite, trop vite, surtout quand il s’agit de guerre, a fortiori de celle d’Espagne, où la force brutale avait pris inéluctablement le pas sur un grand rêve populaire d’harmonie et de partage. La petite Lola va ainsi assister à l’horreur la plus bestiale mais trouvera en elle-même les moyens de résister et fera preuve d’un courage héroïque en sauvant ses grands-parents d’une mort certaine. Mais comme si l’épreuve de la guerre ne suffisait pas, la fillette connaîtra d’autres sèches désillusions en voulant retrouver sa mère une fois le conflit terminé… D’une narration épurée, ce récit subtil se lit comme une fable pour enfants oscillant entre paradis rêvé et réalité cauchemardesque. De son très beau graphisme chatoyant, Ricar Efa adoucit la violence du contexte, comme s’il avait dessiné à travers les yeux de la petite Lola, donnant une couleur poétique à l’ensemble avec des cases qui pourraient parfois passer pour des tableaux. La campagne espagnole est ainsi magnifiquement représentée, avec des tons lumineux faisant contraste avec la grisaille guerrière. Actif depuis le début des années 2000, ce dessinateur n’en est pas à son coup d’essai, et a démontré récemment sa proximité avec le monde de la peinture en publiant avec Salva Rubio Monet, nomade de la lumière, une magnifique évocation du maître de l’impressionnisme.

26/05/2018 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Je ne sais pas si c’est une histoire vraie mais cela est tout à fait plausible. Il n'y a pas d’annotation dans la préface de la part de l'auteur à ce sujet. J'ai appris par la suite par un autre moyen que c'est bien une histoire familiale. Le récit est fort simple : celui d’une fillette de 7ans qui pendant la guerre d’Espagne part toute seule sur les routes afin de retrouver ses parents. Le dénouement sera un peu triste. J’avoue avoir eu de la peine en qualité de parent. Comment peut-on accepter l’idée d’abandonner son enfant à son triste sort ? Vaste question mais réponse complexe. Je n’ai pas tout de suite accroché. Je trouvais que c’était d’une trop grande simplicité. Cependant, au fur et à mesure de ma lecture, cela a pris. On comprend que les guerres peuvent séparer des familles et que les liens ont du mal à se reconstruire à la fin du conflit. A noter un très beau dessin avec des couleurs exceptionnelles. Les paysages sont de toute beauté dans un contexte pourtant très lourd. J’ai aimé la fluidité entre les scènes. C’est un plaisir de lecture pour un album assez touchant.

16/04/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

C’est un album relativement épais, mais très vite lu, car il y a peu de cases, et peu de dialogues (j’ai trouvé que l’ensemble manquait de densité). Inspirée des souvenirs d’une parente d’un auteur, l’errance de Lola est surtout narrée au style indirect, mais l’on peine à entrer réellement dans l’histoire, comme effleurée simplement. L’intrigue se déroule en pleine guerre d’Espagne, en Catalogne. Les parents de Lola (dans le camp républicain), l’on confiée à ses grands-parents, mais cette situation dure – trop longtemps au goût de Lola – et la très jeune fille qu’elle est, qui ne comprend rien au conflit, essaye de garder quelques souvenirs de ses parents, de sa jeune sœur, née peu avant la séparation. Les combats (bombardements et pillages des Nationalistes) rattrapant le havre de Lola, et celle-ci étant séparée de ses grands-parents, la gamine se lance seule sur les routes (les combats ont alors cessé) pour retrouver sa mère. J’ai trouvé que le rythme était trop lent, et que même les moments plus intimistes manquaient de souffle. Quant à la guerre, elle n’est le plus souvent qu’évoquée (même si quelques apparitions brutales la ramènent sur le devant de la scène). Au point que cela en devient presque un décor, et que l’histoire peut se lire comme universelle (car les rapports entre Lola et ses grands-parents, la personnalité de Lola aurait gagné à être étoffés). Cela peut être un choix justifié, mais c’est aussi le risque de rendre cette histoire un chouia superficielle – ce qu’elle n’est quand même pas ! Le dessin d'Efa est correct (c'est plus le style qui me laisse un peu froid, mais ce n'est peut-être qu'affaire de goût). L’album se lit vite donc, ce n’est pas désagréable. Mais cela ne m’a pas donné l’envie d’y retourner…

20/03/2018 (modifier)