Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

The Dream

Note: 4/5
(4/5 pour 3 avis)

Travailleur du sexe dans une boîte huppée, Jude se produit chaque soir lors de spectacles érotiques sous les yeux avides d'une population nantie.


Auteurs espagnols Diables et démons Jean Dufaux [USA] - Côte Ouest

Une nuit, il se voit offrir par Megan, belle femme énigmatique, une proposition qui ne se refuse pas : un contrat pour un film, censé l'arracher à sa vie présente pour un fantasme qu'il n'aurait jamais espéré atteindre. Pour être embauché, il doit être accepté par l'Invisible Art Production, dont les membres se font plus secrets et dangereux les uns que les autres... Parce que dans cette Amérique fantasmée où la violence et l'argent font la loi, les chances de tout plaquer pour refaire sa vie ailleurs sont minces...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Janvier 2018
Statut histoire Série en cours 1 tome paru
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série The Dream

22/01/2018 | Ro
Modifier


Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Que voila une BD originale et fort intéressante. Située dans le monde interlope de la nuit, du cinéma, des shows très limites elle nous fait découvrir un monde particulier où les personnages sont ballotés entre les mains de séides mystérieux le tout chapeauté par une étrange organisation, l'IAP, qui tire les ficelles. Dans la fiche série il est annoncé que c'est une série en cours, depuis deux ans aucune nouvelle, mais ce tome peut se suffire à lui-même. Nous sommes clairement à mon sens dans un thriller mais matinée d'une pointe de fantastique notamment avec le personnage de The Strange. De même que voit donc sur le film le serviteur asiatique. Parlons également du dessin qui fait tout le sel de cet album, Guillem March est aux pinceaux pour un graphisme que d'aucuns qualifieraient de très chic, on a l'impression de déambuler dans une pub pour l'un de ces très chics parfums français. Déjà à l’œuvre sur Monika l'auteur possède un trait où les corps sont magnifiés. Ici point de laiderons, des femmes magnifiques, des hommes bâtis de belle façon, en même temps pour les grincheux, vu l'univers décrit ici il ne pouvait en être autrement. Comme le disent mes autres petits camarades je suis moi aussi curieux de voir une "suite" dans cet univers, l'IAP a su titiller ma curiosité et outre revoir le magnifique dessin de G. March, je ne doute pas que J. Dufaux nous concocte des aventures palpitantes.

04/11/2020 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

C'est après avoir lu l'avis de Ro que je suis tombé sur cet album et son dessinateur sur les stands d'Angoulême cette année. Le temps de remettre tout ça en ordre dans ma tête... 3/4 personnes uniquement à faire la queue... Zou ! Je me lance ! Bon ma pile de BD à lire ayant eu cette année un peu de mal à sortir la tête hors de l'eau, ce n'est que cette semaine que j'ai pu me lancer dans cette lecture. Et franchement c'est plutôt du tout bon ! Tout d'abord le dessin. Guillem March nous régale d'un trait réaliste très maîtrisé rehaussé d'une colorisation diaphane aquarellée. C'est beau et parfaitement raccord avec le récit qui oscille entre le fantastique ou le psychotique, on ne sait pas trop, ce premier tome gardant encore quelques cartes dans sa manche. Jean Dufaux en tant que maître de jeu a su doser intelligemment ses effets de manche pour nous tenir en haleine et piquer notre curiosité tout le long de l'album. C'est aussi son astucieuse façon de jouer sur la beauté et les corps et la retranscription qu'en fait Guillem March sans que cela sonne faux ou artificiel, qui font la réussite de ce premier tome. Notre duo signe ici un très bon thriller où le fantastique semble vouloir passer le pas de la porte... Le mystère reste encore entier sur cette fameuse organisation I.A.P., et c'est avec une certaine curiosité que j'attends la suite.

10/08/2018 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Sur la forme, cette BD rappelle fortement Monika, du même dessinateur. Le même graphisme, les mêmes teintes un peu néon, les mêmes personnages aux corps sculpturaux et sensuels, le même cadre du milieu interlope de la nuit et la même ambiance froide et sophistiquée. Et il faut dire que sur le plan graphique, c'est beau. On pourra reprocher un côté irréel et fantasmé, avec une profusion des femmes superbes et sexy, et un héros au corps parfait. On pourra aussi reprocher le côté racoleur de cette succession de scènes semi-érotiques et de corps dénudés. Mais il ne fait que refléter le même univers fantasmé que le scénario nous présente. Et comme on peut s'en rendre compte au fil de la lecture, rien n'y vraiment gratuit et toute cette ambiance visuelle travaille de concert avec le fond de l'intrigue en elle-même. Car, malgré une réticence initiale, c'est sur l'association de la forme et du fond que le premier tome de cette série a finalement su me convaincre. Je craignais d'y trouver un récit polar au cadre esthétisant et artificiellement aguicheur. Je craignais de m'y agacer devant un univers faux et irréaliste, des poupées de plastique dominatrices ou dominées, d'arrogants mafieux de cinéma et une fascination malsaine pour la violence et le sexe. Mais le scénario va au-delà de cela en visant précisément le niveau au-dessus, car comme le dit l'une des protagonistes à un moment donné, "on trouve toujours plus tordu". Le doute persiste tout au long de ce premier album sur le fait qu'on ait dépassé ou non la limite du genre fantastique. Est-ce que tous ces éléments sulfureux et démoniaques sont vraiment au final d'origine... démoniaque ? Est-ce que cette superbe femme au charme digne d'un(e) Desire de Sandman est véritablement un(e) succube ? Ce qu'il se passe dans cette boite de nuit n'est-il qu'une mise en scène ? Qui se cache vraiment derrière cette mystérieuse Invisible Art Production ? Est-on finalement dans une intrigue digne du jeu de rôle In Nomine Satanis ? Simple allégorie ou vrai récit fantastique, l'histoire se révèle en tout cas une vision sombre et sournoise de l'Amérique rêvée, celle du fric et du show-business. Mais elle apparaît aussi à la fois envoûtante et inquiétante. Je ne sais pas comment se présentera la suite de la série, s'il s'agira d'une série à suivre ou d'histoires en un tome puisque le premier peut éventuellement se suffire à lui-même. Mais ma curiosité et mon intérêt ont vraiment été attisés et j'ai une réelle envie d'en savoir plus sur l'IAP et ce qui se cache derrière le voile de ce monde troublant.

22/01/2018 (modifier)