Kilum - Rencontre avec les Himbas

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Vincent a tout quitté pour partir en Namibie vivre avec les Himbas...


Afrique Noire

Vincent est un docteur en robotique, hyperconnecté et citadin. A priori, rien ne le destine à vivre plusieurs mois parmi les Himbas en Namibie, mais les hasards des rencontres en décident autrement. Vincent va mettre de côté son confort et ses références culturelles pour s'immerger dans la vie quotidienne d'un village. L'Autre, c'est lui. À force de patience et d'observation, il s'intègre peu à peu, apprend la langue, les us et les coutumes himbas. L'humanité fera le reste... (texte : Steinkis)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Août 2017
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Kilum - Rencontre avec les Himbas
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

29/08/2017 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C’est une bd qui raconte l’expérience réelle d’un homme qui a abandonné sa vie citadine composée de réunions de bureau pour aller vivre au contact d’une des tributs les plus primitives d’Afrique à savoir les Himbas (peuple bantou établi au nord de la Namibie). Il est vrai que sa société a coulé suite à de mauvaises affaires. Il en profite également pour se séparer d’une épouse assez vénale. Bref, les conditions étaient réunies pour un nouveau départ loin de toute cette agitation du monde capitaliste. Sa quête est de retrouver les vraies valeurs proches de la nature. Le voilà plongé alors en Namibie, un pays indépendant seulement depuis 1990 qui a été gouverné de fait par l’Afrique du Sud depuis la fin de la Première Guerre Mondiale et qui a par conséquent connu l’apartheid. Curieusement, on apprendra que la minorité était mieux respectée durant cette période pourtant difficile que de nos jours où elle est chassée de ses terres par le gouvernement car elle ne connait pas la notion de titre de propriété. Ils vivent principalement de leur bétail et habitent dans des campements disséminés dans tout le Kaokoland avec leurs troupeaux de vaches et de chèvres. Comme dit, c’est une tribu qui vit minoritairement dans un pays : 10000 individus sur une population de 2 millions de personnes. L’ethnie majoritaire a un mode de vie à l’occidentale avec une capitale composée de gratte-ciels géants. Cela tranche singulièrement avec ce village composé de huttes où la moitié des enfants dorment nus à l’extérieur. Une sorte de peinture végétale en rouge appliquée sur le corps leur permet de vivre en harmonie avec les éléments. La Namibie est l’un des pays les plus arides et les moins peuplés du monde. J’ai beaucoup de respect pour ces gens simples qui se regroupent pour survivre dans le dénuement le plus total. C’est difficile de penser que des gens souffrent encore de la faim surtout dans un des pays africains les plus riches de ce continent. Là encore, on observera que ces populations ne fuient pas pour aller dans un quelconque eldorado loin de leurs racines. C’est tout à fait appréciable car ils essayent de construire quelque chose avec ce qu’ils ont. Himba signifie mendiant ce qui n’est guère flatteur mais ils sont fiers de leur identité et de leur culture. Pour moi, la lecture de cette bd a été enrichissante dans la mesure où elle nous fait découvrir une autre culture tout à fait respectable et qui possède ses propres codes. Il faut sans doute protéger cette culture, ce mode de vie et ces traditions contre les méfaits d’une modernité qui leur serait imposé. L’épisode avec les touristes montrent toutes les limites. Bref, une œuvre ethnologique qu’il faut découvrir pour peu qu’on aime ce genre de documentaire ou d’expérience d’ouverture sur le monde.

16/01/2018 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Une belle tranche de vie que voilà. Vincent Lemonde décida donc, un jour, de tout quitter pour aller vivre avec et chez les Himbas, au nord de la Namibie. S'ensuit donc le récit de ce long séjour, avec ses petits bonheurs, ses frustrations, ses découvertes, et ainsi de suite. C'est très frais, Vincent a un regard forcément neuf sur ses hôtes, qui le lui rendent d'ailleurs assez bien. On apprend plein de choses sur leurs us et coutumes, et leur humanité toute simple fait plaisir, même si Lemonde ne teinte pas son récit d'angélisme ou de naturalisme à tout va. J'aurais aimé comprendre un peu mieux pourquoi Vincent quitte tout, c'est expédié au début du bouquin, et très peu suggéré par la suite. Pour illustrer son récit Samuel nFiguière est un artisan pointilleux, qui se base sur les photos de Lemonde (présentes en bonus en fin d'album, avec les récit du retour de Vincent Lemonde chez les Himbas), et permet de nous sentir nous aussi très intégrés dans cette tribu namibienne.

29/08/2017 (modifier)