Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Brocéliande, Forêt du Petit Peuple

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 5 avis)

7 histoires liées au petit peuple au sein de la mythique forêt de Broceliande.


Mythologie celtique

Des Korrigans ont enfin trouvé le moyen d’obliger Orignace à leur écrire une histoire. Ils veulent que le Teuz invente un conte dans lequel eux auraient un beau rôle, mais Orignace est en panne d’inspiration. Et alors qu’il cherche des idées dans la forêt de Brocéliande, il assiste aux débuts de la passion entre Merlin et Viviane. L’enchanteur fait tout ce qui est en son pouvoir pour séduire la future dame du Lac et n’hésite pas à user de ses sorts les plus puissants... Rien ne l’arrête. Cela fait bien les affaires du Teuz, lui qui cherchait de l’inspiration va être servi ! Seul problème, les Korrigans ne sont habituellement pas friands d’histoires d’amour.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Juin 2017
Statut histoire Série terminée (une histoire par tome) 7 tomes parus
Couverture de la série Brocéliande, Forêt du Petit Peuple

05/08/2017 | PAco
Modifier


Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

La famille "Soleil Celtic" est heureuse de vous faire part de la naissance d'une nouvelle branche fraichement poussée : "Brocéliande, Forêt du Petit Peuple" ! Le concept est simple, à partir de sept sites emblématiques de cette forêt légendaire, sept albums vont voir le jour pour nous conter les aventures du Petit Peuple. Le premier tome à ouvrir le bal est donc "La Fontaine de Barenton". Cet album s'ouvre sur les difficultés que rencontre Orignace, le Teuz de cette forêt (sorte de lutin protéiforme que les bas-Bretons craignaient autrefois) pour inventer un récit dans lequel deux korrigans sont censés (pour une fois) avoir le beau rôle car ces deux drôles ont réussi à trouver un moyen de faire chanter Orignace. C'est en cherchant de quoi nourrir et composer son récit qu'il va assister à la rencontre de Merlin et Viviane... Olivier Péru a su trouver un angle d'attaque intéressant pour mettre en valeur cette Fontaine de Barenton. D'autant que ces éléments introductifs et les personnages secondaires qui interviennent vont tous trouver une place judicieuse pour parfaire la cohérence du récit. Ajoutez à cela une bonne touche d'humour qui sied parfaitement à ce monde du Petit Peuple et vous obtenez une histoire qui se laisse lire plus que tranquillement. Bertrand Benoit nous gratifie d'un dessin des plus agréable, surtout pour rendre la majesté de la somptueuse Brocéliande. J'ai adoré ses cases et ses planches où la nature domine, surtout que la mise en couleur d'Elodie Jacquemoire est très réussie. On est ici loin des albums aux couleurs flashiflash informatisées qui nous agressent parfois la rétine dans certains albums du même genre. Ce premier album inaugurant cette nouvelle collection est donc plutôt une réussite, et c'est avec curiosité que j'attends le prochain sur le Château de Comper. *** Tome 2 *** Voici donc venir le 2e opus de ce cycle consacré à Brocéliande avec cette fois-ci le Château de Comper en trame de fond. Ce sont cette fois Stéphane Betbeder au scénario et Paul Frichet au dessin qui s'y collent. Et c'est ma foi de nouveau une agréable surprise. Ce petit côté "Songe d'une nuit d'été" du petit monde de Brocéliande m'a beaucoup séduit. L'album retranscrit bien dans le temps cette volonté de l'homme et du christianisme de faire place nette en (im)posant ses pions et ses édifices pour réduire les croyances populaires au néant et s'imposer face à cette forêt. L'histoire concoctée par Stéphane Betbeder est intelligente et bien menée ; j'ai beaucoup apprécié ce récit construit sur la longueur et plusieurs générations, que ce soit du côté du Petit Peuple ou chez les humains. Le dessin de Paul Frichet sert quant à lui parfaitement l'histoire et la colorisation est également très réussie. Un deuxième tome très concluant qui nous permet d'espérer toute une série de grande qualité. *** Tome 4 *** Ce quatrième opus qui s'intéresse au tombeau des géants est réalisé par le duo Stéphane Betbeder au scénario et Paul Frichet au scénario. Seltipius, créature du petit peuple s'évertue à répertorier toutes les créatures appartenant aux êtres de légende de Brocéliande. A cette fin, il demande à faire ouvrir le fameux tombeau des géants pour pouvoir prouver leur existence. Un gnome s'oppose à cette profanation ; un défi est alors lancé pour les départager. Si ce dernier convainc Saltipius de leur existence par son récit ses écrits et seront brûlés, sinon le tombeau sera ouvert et les ouvrages savants prendront une place centrale dans l'éducation du petit peuple. Cette introduction est plutôt bien vue car elle correspond à la période de perte de vitesse et de pouvoir du petit peuple du côté imaginaire mais surtout de l'avancée romaine en Gaule d'un point de vue historique. La conjonction de ces deux points donne une base intéressante au scénario concocté par Stéphane Betbeder et lui permet d'imaginer la place que ces créatures gigantesques auraient eu au sein du petit peuple. C'est plutôt bien mené, et le dessin semi réaliste de Paul Frichet assure le boulot. Malgré cela, cela reste jusqu'ici l'album que j'aurais le moins préféré de cette saga sur Brocéliande. Il m'aura manqué un peu plus de surprises et de magie pour me laisser ensorceler. *** Tome 5 *** C'est cette fois-ci l'histoire du miroir aux fées que va nous conter ce cinquième tome de cette série consacrée à Brocéliande ; ce sont Sylvain Cordurié pour le scénario et François Gomes au dessin qui officient. J'avoue avoir beaucoup apprécié le ton du récit et sa trame générale, assez sombre. Sylvain Cordurié nous propose en effet une histoire d'amour impossible entre une fée et un jeune humain qui va forcément virer au drame, pour ne pas dire au carnage... Et un malheur ne venant jamais seul, ce tragique épisode va avoir des conséquences encore plus dramatiques pour la forêt entière, poussant les différentes espèces du petit peuple à s'allier pour faire face à cette terrible menace. Le Roi des Korrigans finit par faire appel à Saltupott, un de ses cousins avec qui il est toujours difficile de traiter. Aidé de son apprenti, nos deux korrigans vont petit à petit remonter la piste et lever le mystère sur cette terrible chose qui menace Brocéliande. C'est plutôt bien mené, les personnages sont bien trouvés et tenus (mention spéciale pour Saltupott) et Brocéliande est une nouvelle fois magnifiquement mise en valeur par le dessin de François Gomes. C'est juste pour ce qui est des personnages que je suis moins fan de son trait ; autant la nature et les animaux qu'il couche sur ses planches sont tout simplement magnifiques, autant les créatures m'ont moins emballé. Encore un bel album dans cette série, peut-être un peu plus sombre, mais ce petit côté fut loin de me déplaire. *** Tome 6 *** Légère déception avec ce sixième tome qui sera sans doute celui qui m'a le moins convaincu jusqu'ici. Peut-être cela tient-il au fait que c'est celui où se manifestent le moins les gens du petit peuple que j'affectionne. Pour ce tome consacré au Val sans retour, nous retrouvons le duo Stéphane Betbeder et Paul Frichet qui avait officié pour le second volet de cette série, "Le Château de Comper". Il est ici question d'une partie de soule (l'ancêtre du football) qui oppose les villages allant de Paimpont à Tréhorenteuc qui bordent Brocéliande. Pour mettre un terme à la série de victoires de Fanchin, devenu héros local, un jeune charpentier passe un pacte avec une sorcière et cela va forcément mal se passer. Car pour parvenir à ses fins il va entraîner toute la cohorte des participants dans le Val sans retour où sont enfermées des milliers d'âmes damnées, un lieu de passage entre le monde des morts et des vivants... L'histoire en elle même, si elle fonctionne, ne m'a pas plus emballé que ça et je n'ai pas réussi à trouver une quelconque attache aux personnages qu'on découvre, hormis Onenna, la jeune fille qui fait le lien entre les humains et le petit peuple. J'ai déroulé ma lecture sans grande passion, et même la forêt qui fait pivot dans cette série est un peu mise à l'écart cette fois-ci. Alors oui, le Val sans retour a bien sa place importante mais j'avais apprécié dans les tomes précédents la place et le traitement graphique qui lui étaient accordés. Là, j'ai trouvé la mise en couleur un peu fade, un peu à l'image du récit qui nous est proposé.

05/08/2017 (MAJ le 18/10/2018) (modifier)
Par Feynhec
Note: 4/5

Intrigué par tout ce qui touche aux légendes celtiques, je me suis lancé dans la lecture de Brocéliande, forêt du petit peuple. Des histoires plutot bien contées, bien illustrées, fidèles à ce que j'attendais! Assez proches des contes et légendes celtiques, pour tous les amateurs du genre.

19/06/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Personnellement, je n’ai pas du tout été passionné par les deux premiers tomes de cette série. Il s’agit d’histoires indépendantes sans autre fil conducteur que de s’intéresser à quelques archétypes des légendes bretonnes -les personnages de Merlin et de Viviane pour le premier, le mythe du changeling pour le deuxième- qu’à titre personnel, j’ai trouvées assez plates. Tout d’abord, le dessin, s’il n’est pas mauvais, m’est apparu fichtrement passe-partout. Bien dans la ligne des productions Soleil Celtic, il devrait plaire aux amateurs du genre mais si vous êtes en quête d’un style plus personnel, je pense que vous pouvez passer votre chemin. Ensuite vient la narration, que j’ai vraiment trouvée poussive. De longues phrases pour ne pas dire grand-chose, pas de formules bien senties, pas de bon mot, pas de litote, pas de périphrase, pas d’assonance, pas d’anaphore… On est loin à mes yeux du bagout que se doit d'avoir un conteur digne de ce nom pour captiver l'attention de son auditoire (ou de son lectorat dans le cas présent). Quant aux sujets traités, pour peu que l’on s’intéresse à ces légendes bretonnes, ils n’ont pas grand-chose d’original (et ce n’était très certainement pas l’objectif). Au final, ni ébloui par le dessin, ni charmé par la narration, ni surpris par les propos, je me suis endormi sur chacun des deux bouquins (je ne suis même pas sûr d’avoir terminé le deuxième). A la limite, je préférais encore « Les Contes du Korrigan » qui, sans casser des briques, proposaient parfois des histoires plus originales (et surtout plus courtes, ce qui permettait de rapidement passer à autre chose avant que de s’endormir).

27/02/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Je suis très preneur de tout ce qui touche à la"celtitude" et la légende arthurienne, aussi je suis circonspect et j'attends les auteur au tournant concernant ce sujet. Ici belle et bonne surprise. Un scénario d'O. Peru que l'on ne présente plus qui nous concocte une histoire qui nous conte la première rencontre entre Merlin et Viviane. Ce n'est pas niais, pas d'afféteries à la sauce de l'oncle Walt. Une petite pensée pour le couple de korrigans qui savent être drôles sans en faire des caisses. N'oublions pas le trio de chasseurs "bas du front" juste parfait. Au dessin Bertrand Benoit, un illustre inconnu pour moi mais qui propose un dessin très réussi, ses sous-bois incitent à la déambulation et sa vision du château sous le lac est carrément féerique mais dans le bon sens du terme. On n'est pas chez la reine des neiges quoi ! Un mot de la belle colorisation d'Elodie Jacquemoire tout en nuances automnales très subtiles. Un album qui augure bien de cette nouvelle série concept, pour ma part j'irai sans hésiter voir la suite.

22/10/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette nouvelle série concept m'a immédiatement interpellé, étant passionné par tout ce qui touche la Bretagne celtique et pétrie de légendes, j'avais l'intention de la poster, mais l'ami Paco m'a devancé... Le thème est précis et fascinant puisque Soleil a envie de creuser la celtitude dans ce qu'elle a de plus mystérieux et de plus légendaire, et quoi de mieux que cette mythique forêt de Brocéliande, où je suis retourné encore me balader en juin dernier. Aujourd'hui forêt de Paimpont qui n'est plus qu'un lambeau de l'antique Brocéliande avec ses 7064 ha au sud-est de Rennes, la forêt recouvrait toute la partie centrale de l'Armorique sur environ 140 km, elle était nommée Brécilien au XIIème siècle, on la nomme en breton Brec'helean. L'angle d'attaque de cette série semble très séduisant, d'après les pages de garde, les lieux des prochains albums font saliver, comme le château de Comper, le jardin des moines ou le poétique Val sans retour... des lieux que je connais parfaitement et d'où il se dégage une certaine atmosphère, surtout en hiver si on visite seul sans être dérangé comme en été, on y sent les figures légendaires qui les ont arpenté, à condition bien sûr d'être très réceptif. La fontaine de Barenton était donc un bon point de départ, puisqu'elle a été témoin de la passion amoureuse entre Merlin et Viviane, on y voit encore aujourd'hui le "perron de Merlin", grosse pierre plate sur laquelle il s'asseyait et embrassait sa bien-aimée. Le récit est donc bien documenté, cette romance sylvestre est conforme aux récits que j'ai pu lire dans différentes histoires de la Bretagne celtique et autres récits arthuriens. Les auteurs choisissent aussi d'agrémenter leur récit par une dose d'humour et d'ironie dans les situations et les dialogues, ce qui fait que ça sonne moins sérieux que d'autres Bd approchant le sujet comme Excalibur - Chroniques. Le dessin accompagne bien cette narration subtile, avec un graphisme semi-réaliste très joli qui a dû s'inspirer des gravures de Gustave Doré où l'on voyait des troncs d'énormes chênes et une futaie dense. Les trognes de korrigans sont également bien senties, et la mise en page est dynamique. Voila un bon départ sur un sujet passionnant, espérons que les autres albums avec d'autres équipes d'auteurs feront de même.

10/08/2017 (modifier)