Assistante mangaka - le blog

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Quel est le métier d’un assistant de manga ? Quel est son rôle dans l’équipe ? Dans quelles conditions travaillent ces maillons de la chaîne de création ? Quels avenirs, quelles ambitions, quels matériels, quels salaires, quels horaires, quelles règles de conduite, quelles possibilités de rencontres, etc. ? Tout cela vu de l’intérieur, dévoilé par une assistante rêvant un jour de devenir sensei.


BD-Blogs Documentaires Profession : bédéiste Seinen

Quel est le métier d’un assistant de manga ? Quel est son rôle dans l’équipe ? Dans quelles conditions travaillent ces maillons de la chaîne de création ? Quels avenirs, quelles ambitions, quels matériels, quels salaires, quels horaires, quelles règles de conduite, quelles possibilités de rencontres, etc. ? Tout cela vu de l’intérieur, dévoilé par une assistante rêvant un jour de devenir sensei.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Mai 2013
Statut histoire Histoires courtes 3 tomes parus
Couverture de la série Assistante mangaka - le blog
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

03/07/2014 | Mac Arthur
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Un manga qui possède des qualités et des défauts. En fait, j'avais déjà bien deviné mes impressions avant de commencer ma lecture : le coté instructif sur le travail d'une assistante mangaka est intéressant et le dessin est sympa, mais il y aussi des moments moins intéressants et l'humour est parfois un peu lourd. Et puis lire les trois tomes d'affilée n'est pas une bonne idée car vers la fin je commençais à frôler l'overdose ! Donc au final un manga avec des moments sympas et éducatifs, mais qui possède trop de défauts pour que je le trouve mémorable.

04/02/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Le dessin est minimaliste, à l’image de beaucoup de dessins de blog. Et, à l’image de beaucoup de dessins de blog, il compense son manque de détail par son expressivité. Et puis l’important ici n’est pas tant dans le dessin que dans le propos. J’ai en effet entamé cette lecture avec l’envie de découvrir le quotidien de ces assistants, un quotidien entraperçu dans une œuvre de Tanigushi (Un zoo en hiver) développé ici en long et en large – et depuis l’intérieur – par une assistante se présentant comme « typique ». Beaucoup de passages sont intéressants quant à la manière dont ces dessinateurs travaillent et se perçoivent. D’autres n’ont qu’un intérêt secondaire mais m’auront permis de mieux appréhender une certaine forme de culture japonaise (otaku, en particulier). D’autres, enfin, me sont apparus totalement inutiles et je les trouvais soit trop geek soit trop personnels. Mais, dans l’ensemble, j’ai trouvé ce que je cherchais. Le ton est résolument tourné vers l’autodérision. Riichi Kasai m’est apparue comme une fille sympathique et dénuée de toute prétention (elle se considère même comme une dessinatrice plus que moyenne). Sa vision du milieu mangaka est un mélange de passion et de désillusion. En bas de page, l’éditrice intervient régulièrement via de petites notes. J’ai trouvé ces interventions totalement inutiles. Au final, c’est trop long mais assez instructif. Je regrette cependant que certains passages techniques manquent de clarté dans les explications. A feuilleter à l’occasion si le sujet vous intéresse mais je ne crois pas que l’achat se justifie car cela reste souvent trop anecdotique.

03/07/2014 (modifier)