Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Années Spoutnik

Note: 3.59/5
(3.59/5 pour 17 avis)

La jeunesse "dorée" de gamins dans un village à tendance communiste, dans les années 60


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Baru Grand Est

Ivan vit dans un village largement communiste. Il a 10 ans dans les années 60, sa vie est faite de bagarres, de l'école et de gâteaux polonais. Le village est divisé en 2, et faut pas mélanger ! les "par en haut" et les "par en bas" se font une gueguerre de gosses, à coup de boules de neige, de cailloux et de parties de foot. Le 1er tome, Le penalty, raconte comment les "par en haut" doivent venger leur honneur face aux "par en bas", au foot. Dans le 2e, une guerre intestine secoue les "par en haut" : les petits ne veulent plus du "Gros" comme chef, ils lui préfèrent Ivan, dit "Goret". Mais il y a des règles. Pour être le chef, Ivan doit battre Jeannot à 5 épreuves. Pas facile ! Le 3e tome raconte comment Ivan et ses amis ont réussi à faire fuir le haut dignitaire russe invité à une fête, avec une fusée faite maison... Autant dire une bonne raclée en perspective ! Le tome 4 oppse cette fois les Boncornards à nos gamins toujours aussi vifs. Cette fois, c'est la lutte des classes : les fils de mineurs contre les fils d'ouvriers, et ça rigole pas lorsque les premiers ont des fusils à plombs ! Quelques moments tragiques aussi, avec l'évocation du FLN, et lorsque les ouvriers décident de se mettre en grève. C'est que, à l'époque, on ne rigolait pas avec le patronat : une menace de grève et on envoyait aussi sec les CRS de l'époque... L'occasion pour Ivan, et pour ses amis, de grandir un petit peu... Baru change de registre et quitte la route pour nous romancer ses années de jeunesse. Plutôt réussi. Ca fait penser à "La guerre des boutons" (le film). C'est assez sympa de voir une communauté d'immigrants (maghrébins, italiens, polonais) se côtoyer autour d'un même idéal, le communisme. Même si "les arabes mangent le pain des italiens qui mangent le pain des polonais" ! L'album n'est pas à réserver pour les jeunes, mais peut se lire sans problème par des adultes. Un 4e tome est prévu au printemps 2003.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1999
Statut histoire Une histoire par tome (Série terminée) 4 tomes parus
Couverture de la série Les Années Spoutnik
Les notes (17)
Cliquez pour lire les avis

L'avatar du posteur Noirdésir

Cette série est probablement celle de Baru qui m’a le plus plu, en tout cas celle dans laquelle j’ai pu entrer le plus facilement, et pour laquelle je ne mettrais pas trop de bémols. Le seul serait peut-être le relatif essoufflement au bout de quatre tomes – mais là j’exagère peut-être, puisque ce quatrième tome est quand même bien sympa. Baru a réussi ici une bonne transposition de souvenirs de gamins – les siens sans doute, mais aussi ceux plus ou moins de tous les gosses de sa génération, une époque où l’imagination nous faisait sortir, au lieu d’être aliénés par le monde virtuel (mais c’est une autre chose !). Des histoires de gamins donc, dans le Nord industriel de la France, de leurs relations aux adultes (parents entre autres), et surtout de leurs jeux, de leurs bravades, de leur construction. Quelques airs de « Guerre des boutons parfois » lorsque les gamins de deux villages se font la guerre pour conquérir un terril… Quelques bonnes observations, un peu d’humour, et une vision attendrissante mais pas mièvre de la jeunesse, voilà une série plutôt sympa à lire. Note réelle 3,5/5.

27/09/2018 (modifier)
Par Canarde
Note: 5/5
L'avatar du posteur Canarde

Bien sûr culte ! Comment comprendre que l'idée de lutte des classes ait eu autant de succès si l'on n'a pas expérimenté ce genre d'ambiance ? Les pères qui bossent à la mine et les enfants qui se rassemblent en bandes excitées et rivales, les mamas qui crient depuis la cuisine, les devoirs sur la toile cirée, les terrains vagues qui permettent toutes les libertés mais aussi toutes les cruautés, les invectives entre communautés, mais des mélanges fréquents aussi, surtout entre les enfants... Moi, je l'ai vécu en petit, dans la seule mine d'Anthracite des Alpes. Arabes, Turcs, Ritals et Matheysins au service des Houillères du Dauphiné. Évidemment cela semble un peu désuet pour les plus jeunes, mais le regard de Baru est tellement juste que je pense qu'il peut faire toucher du doigt ce sentiment à la fois de variété et d'horizon bouché qui nous habitait minots dans ces cités minières toutes noircies par les fumées... Le trait gras, l'aquarelle baveuse mais aux couleurs vives, rend à merveille ce bouillonnement juvénile des bandes de gamins gueulant entre les maisons à la sortie de l'école.

17/03/2016 (modifier)
Par Jérem
Note: 3/5

Dans Les Années Spoutnik, Baru raconte avec fraicheur son enfance dans une cité ouvrière à la fin des années cinquante. On suit avec tendresse les parties de foot, les batailles rangées avec les bandes rivales ou les épreuves initiatiques pour devenir « chef ». Les dialogues sont excellents et collent parfaitement au vocabulaire d’enfants avec ses barbarismes, ses conjugaisons douteuses et sa grammaire approximative. L’auteur exploite en second plan aussi beaucoup de thèmes de société de l’époque : immigration, puissance du PCF et des syndicats, Guerre d’Algérie… Sans être incroyables, les dessins de Baru sont dynamiques et expressifs et collent bien aux propos. Drôle et intéressant, Les Années Spoutnik est assurément une série à découvrir.

05/09/2013 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Après la lecture des 4 tomes. Les 2 premiers tomes m'ont bien plu, je n'arrive pas à comprendre pourquoi les deux suivants n'ont pas offert le même effet. Il y a peut-être un effet de répétition, au début de la série il y a pourtant une certaine fraicheur et de l'humour. Les sujets abordés sont universels, on ne peut d'ailleurs que penser à la guerre des boutons lorsque les bandes de jeunes s'affrontent. Les sujets sociaux et historiques sont nombreux également. Graphiquement c'est sympathique sans casser des briques, Baru a un style personnel, la colorisation est soignée et douce. On ne peut pas détester ce genre de récit mais de là à l'aduler il y a encore un fossé à titre personnel.

04/05/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Sourire, rire et être ému par un même récit est un plaisir rare. Ce que j’ai lu ici m’a permis de l’atteindre avec brio ! C’est une petite merveille … une pépite … un de ces récits qui devraient être remboursés par la sécurité sociale tant ils font du bien au cœur ! Parce que là, l’espace d’un temps, je me suis retrouvé dans la cour de récré de ma jeunesse. Même candeur, même fraîcheur, même sens du jeu avec toute la dramaturgie enfantine qui y est liée, le récit de Baru est tellement simple et sincère, tellement tendre et joyeux, tellement truculent que j’ai plongé à pieds joints au cœur de cette bande d’écoliers et de ce quartier populaire. Pour tout vous dire, j’ai l’habitude, après mes achats réguliers, d’aller savourer une petite bière spéciale en feuilletant mes acquisitions. Rarement dans le brouhaha d’un café, je parviens à me concentrer sur un album au-delà de la vingtième page. Exceptionnellement, j’arrive à la fin d’un format traditionnel (45, 52 pages), que je peux alors qualifier de passionnant. Ici, ce n’est qu’après 122 pages et trois Orval que j’ai relevé la tête hors du guidon. Et encore, j’ai eu du mal ! Si je n’avais pas été en voiture, j’aurai sans doute mené la lecture de cette intégrale jusqu’à son terme. Parce que, mon dieu ! Que c’est frais ! Que c’est vivant ! Un mot wallon me vient à l’esprit : spitant ! Oui, ce récit, il « spite », il gicle de vivacité, de gaieté, de joie de vivre … Que dire de plus ? Que les planches consacrées au foot « de rue » sont les plus vraies que j’ai jamais lues ? Que le trait brut de Baru est d’une efficacité jamais prise en défaut ? Que les petites anecdotes sentent l’instant vécu ? Que les passages caricaturaux sont à se tordre de rire (ahhhh, ces scènes autour de la table de la cuisine où le gamin fuit le chat à neuf queues de sa mère) ? Que la candeur du récit n’empêche pas la gravité du contexte social ? Que l’album est un hymne à la société multiculturelle ? Oui, je pourrais dire tout ça, et bien plus encore … Alors voilà, si comme l’auteur (et comme moi), vous gardez de votre enfance le souvenir de matches de foot endiablés, de grosses bagarres entre bandes, de sarbacanes, d’inconscientes bêtises, de premiers émois, de voisins dont on ne comprenait pas un traitre mot, vous aimerez sans doute ce récit. A 10 ans, chaque penalty que l’on tire dans la cour de récré, c’est en finale de la Champion’s League qu’on le tire. Baru vient de me le rappeler de fort belle manière ! Merci …

17/11/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Les albums de cette série sont très sympathiques. Baru nous raconte les aventures d'une bande de gamin. L'action se passe dans un village à la fin des années 50 et certaines scènes me font penser à la série de films 'Don Camillo' que j'aime beaucoup. Ce que j'aime surtout c'est que l'auteur ne tombe jamais dans la nostalgique à deux sous du genre 'C'était mieux avant'. En effet, l'auteur nous montre également des choses moins glorieuses de l'époque (l'extrémisme des militants communistes et du curé, le racisme anti-algérien). Le seul reproche que je peux faire est à propos des bagarres entre le héros et le petit gros. Ça devient un peu soulant et répétitif à la longue.

01/06/2009 (modifier)
Par sagera
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Waoh, quel bonheur, la lecture de cette série. Je l'ai découverte grâce à l'opération "intégrale, haute densité de casterman". Au départ, après l'avoir ouvert sommairement, je n'étais pourtant pas emballé par un graphisme que je jugeais trop basique. Je m'y suis repris, juste parce que Baru est un auteur que j'aime bien et qui ne m'a jamais déçu. Très vite, dès les premières pages, le ton, les personnages, les rivalités des gamins m'ont scotché à l'affaire. J'y ai retrouvé une verve et un climat participant du même esprit que ceux de mise dans la fameuse "Guerre des boutons". J'ai particulièrement adoré l'antagonisme opposant à la fois ceux d'en haut à ceux d'en bas et celui du Goret au Gros. La description de ces guerres d'enfants et pleine de malice et d'humour. C'est dynamique et rafraichissant. Mais la grande force de Baru, c'est de ne s'être pas limité à ces jeux de gamins, aussi attachant soient-ils. Il parvient de manière subtile et parfaitement maîtrisée, à retranscrire un climat d'époque (la description des communistes est un fameux moment et il faudrait être de marbre pour ne pas rire et sourire au fil des pages qui abordent le truc) et une réflexion sur le melting pot que constituaient les cités ouvrières des années 50. On se rend compte alors que Baru est un auteur plein de nuance, de tolérance et de tendresse pour ses semblables. Il nous donne là, une vraie leçon d'humanisme (il suffit de s'arrêter sur le regard qu'il pose sur l'allemand qui aide les gamins à faire leur fusée ou sur celui de la mère du Goret qui contredit le discours tranché de son mari à propos des arabes, pour en être convaincu). Enfin, la scène finale, celle de l'attaque des C.R.S est tout simplement drôle et poignante. Drôle, parce que voir des enfants bousculer l'ordre établi à coups de flèches n'est pas commun, et poignant parce que Baru réussit parfaitement à montrer la rudesse de l'époque et la conscience sociale des gens qui la vivait. Voir le jeune René porté en triomphe par un adulte est en effet, hautement symbolique et touchant. Le gamin quitte le monde des gosses pour arriver dans celui des adultes. Et ceux ci, en le félicitant de son courage, face aux soldats du système, semble lui transmettre un flambeau annonçant d'autres batailles ; celle de 1968 sans doute. Bref, voila une oeuvre dense et rudement rafraichissante que je conseille avec ardeur à tous.

12/05/2009 (modifier)
Par Gros Bide
Note: 2/5

Un « bof » pour moi aussi. J’ai lu les trois premiers tomes. Je n’ai pas été jusqu’au bout de la série. Mon intérêt a vraiment décliné au fil des albums. Si j’ai encore pu apprécier le premier, avec son match de « foot-pugilat », j’ai vraiment décroché par la suite. Les histoires ne m’ont pas semblé bien intéressantes. Les personnages ne m’ont pas non plus enthousiasmé. Question de goût car je dois avouer que Baru nous livre une jolie palette sur ce dernier point. Par contre, je suis plus circonspect sur la palette des couleurs ! Autant, je ne suis pas fan du dessin mais il ne me gêne pas, autant j’ai vraiment du mal avec les couleurs. Bref, une vraie déception. Après avoir lu d’excellentes critiques, j’étais prêt à me plonger dans cet univers qui sent bon les années 50 et à prendre ma « dose » de nostalgie. Loupé ! Tant pis pour moi !

03/04/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Encore une fois et sans le faire exprès, je suis ultra minoritaire dans mon avis sur cette série... J'ai vraiment pas aimé car je n'ai pas du tout accroché. J'ai trouvé cette lecture bien fade et surtout fastidieuse. C'est peut-être le style que je n'aime pas ou tout simplement le sujet. J'ai trouvé que cette histoire manque singulièrement de dimension et que les péripéties sont assez limitatives. J'ai pas aimé également ce graphisme très épuré. Ce dessin et notamment la couverture a de quoi dérouter le lecteur... Il y a bien une ambiance après-guerre dans les quartiers avec l'influence du communisme et tout ces enfants qui se chamaillent dans un esprit plein de vie et de fraîcheur. Cette chronique humaniste d'un monde aujourd'hui disparu peut plaire...ou pas. :?)

12/04/2008 (MAJ le 23/04/2008) (modifier)

Un vrai p’tit bijou bourré de tendresse, de fraîcheur et de culottes usées non pas sur le banc des écoles mais sur les terrains de foot. C’est vif, drôle, et le dessin fait tout pour nous plonger dans l’ambiance. Un seul regret, ça se lit très vite, d'où ma réserve sur l'achat (encore que... c'est vrai que ça ferait un beau cadeau) "Attends p’tit... c’est pas un traitage, ça... c’est la vérité vraie ! t’as un gros cul, comme tous les «par-en-bas»!" Allez donc jeter un coup d’oeil sur cette série :)

30/03/2005 (MAJ le 13/01/2008) (modifier)