Contes de la désolation

Note: 3.17/5
(3.17/5 pour 6 avis)

Deux histoires forment chacun de ces album. La première du premier tome est celle d'un homme qui, utilisant un raccourci, se retrouve dans un bistrot qui n'en est pas un et d'où l'on ne peut sortir... La deuxième celle d'un peintre qu'une femme poursuit, pour qu'il finisse son portrait, auquel il ne parvient pas à donner vie...


Mimolette

Deux histoires forment cet album. La première du premier tome est celle d'un homme qui, utilisant un raccourci, se retrouve dans un bistrot qui n'en est pas un et d'où l'on ne peut sortir... La deuxième celle d'un peintre qu'une femme poursuit, pour qu'il finisse son portrait, auquel il ne parvient pas à donner vie...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juillet 2002
Statut histoire Histoires courtes (2 par tome) 3 tomes parus
Couverture de la série Contes de la désolation
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

12/11/2002 | ThePatrick
Modifier


Par Ems
Note: 3/5

Après la lecture des 3 premiers tomes. Chaque tome comprenant 2 histoires indépendantes, l'avis concerne 6 histoires en tout. L'ensemble est vraiment original par rapport à tout ce que j'ai lu. Les scénarios sont noirs et cyniques. Dans le premier tome, j'ai tout de suite pensé à du Kafka. Les deux autres tomes moins axés villes, sont différents. En fait chaque tome a sa personnalité. Chaque récit aurait pu être développé mais avec un tel dessin ça aurait été une erreur. En effet, le dessin très torturé et chargé de Vanoli apporte une ambiance oppressante et une densité importante. Je l'ai apprécié mais je regrette que les personnages ne soient pas un peu mieux dessinés, enfin moins difformes pour être plus précis. Il est souhaitable de lire ce genre de BD sur des bons jours. Ce ne sont que des fictions noires et déconnectées de notre monde mais il ne faut pas s'attendre à sourire à chaque page...

06/06/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai pas du tout accroché à ces contes. Je les ai trouvés sans intérêt. Il y a des bonnes idées, mais elles sont peu développées. D'ailleurs, lorsque j'ai fini ces contes, j'ai tout de suite pensé au temps où les histoires des comics n'avaient qu'une douzaine de pages. Vous ne voyez pas le rapport ? Moi si. Les récits de comics de douze pages comportaient souvent des bonnes idées, mais l'auteur n'avait pas le temps de les développer parce que le nombre de pages était limité. Je ressortais donc frustré de ma lecture car ces histoires auraient très bien pu comporter plus de pages. C'est exactement ce que j'ai ressenti avec les "Contes de la désolation".

11/01/2009 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Difficile de noter cette série tant le sentiment n'est pas déterminé après la lecture. En effet l'ambiance nous emmène dans un monde dont on ne sait si c'est la réalité ou le rêve, puis on se rend compte que c'est bien l'imaginaire du personnage qui est l'origine de l'histoire. En même temps chaque histoire est très vite pliée, c'est dommage que l'idée ne soit pas plus développée. J'ai été surtout marqué par l'histoire du bar duquel on ne peut sortir, j'ai trouvé ça très original. Le dessin est je trouve particulièrement beau, et je ne sais pas si son côté sombre est recherché pour l'histoire ou habituel chez l'auteur, je débute en Vanoli :).

25/10/2004 (modifier)
Par A.bomba
Note: 4/5

Quel conteur-dessinateur ce Vanoli... j'ai véritablement été charmée. Il possède tout ce que j'aime chez un artiste, du talent et de l'imagination. Au-delà d'historiettes inouïes contenues dans ces 2 tomes, l'auteur applique un trait tortueux fait de dégradé fondu, un vrai régal pour l'esprit. Un dessin décalé et fabuleux. J'y ai vu l'inspiration de Van gogh et autres impressionistes de talent. J'ai réellement adoré cette courte mais néanmoins intense lecture. Si le graphisme vous transporte, que dire des histoires narrées dans un pure style chimérique et envoûtant. L'imaginaire de Vanoli rejoint le monde parallèle situé juste avant l'heure du réveil. Vous savez ce moment de rêve intense et tellement tangible. Il faut parfois quelques minutes pour comprendre que ce n'était qu'un monde d'extravagances et que la cruelle réalité d'un radio-réveil tonitruant vous fouette la tête et vous ramène sur terre. Eh bien en lisant les contes de la désolation, j'ai eu l'impression de flotter dans cette sphère onirique. J'y ai retrouvé ces instants magiques et très poétiques. mais rassurez-vous le réveil n'est pas aussi douloureux que celui du matin. Par conséquent je ne saurais que conseiller la lecture de ces livres aux âmes de poêtes et autres rêveurs impétueux. N'y cherchez pas l'ordinaire ou basique littérature illustrée car vous seriez déçu. Plongez plutôt dans ce monde étrangement fascinant: l'esprit de Vanoli...

07/02/2004 (modifier)
Par JBT900
Note: 4/5

Tome 1 : 3/5 "Les contes de la désolation" portent mal leur titre. D'accord le style graphique est loin d'un "Gargouilles" et les couleurs ne sont pas flashy comme celles d'un ordinateur Soleil :) Mais bon, pas de quoi déprimer non plus… Je ne reviendrai pas sur le dessin si particulier de Vanoli, on aime ou on n'aime pas, ça ne se commande pas. Je continue de découvrir ce trait et je suis de plus en plus emballé : tourmenté, expressionniste à outrance, j'adore. Deux histoires composent ce premier tome, et autant la deuxième m'a laissé un peu sur ma faim au niveau du sujet et de l'ambiance, autant l'atmosphère et le thème de la première m'ont véritablement passionné. Sur le thème des villes bâties à flanc de colline, Vanoli explore le cheminement des passages physiques et spirituels en mélangeant réalité et rêve. Comme sur la butte Montmartre ou sur la colline de la Croix Rousse à Lyon (où Vanoli a bossé 1 an) l'atmosphère "artistique" est présente au détour d'une ruelle pavée ou d'un porche plongé dans l'obscurité. Les cafés et autres bars de quartier sont plus vrais que nature, et encore une fois Vanoli parvient à doser parfaitement les ingrédients d'une BD qui nous renvoie notre propre image derrière le prisme de son imaginaire. A acheter pour les fans (collection Mimolette à 6€ ce n'est pas la ruine), à lire pour les curieux ! tome 2: 4/5 Revoilà Vanoli pour notre plus grand plaisir dans le deuxième tome de ses "Contes de la désolation" qui font la part belle aux ambiances et au rêve. Deux histoires composent ce T2, deux histoires d'amour mais on sait bien qu'avec Vanoli, tout n'est jamais aussi simple que ça… Derrière l'amour il y a dans ces histoires un peu de douleur, des souvenirs, la fracture du temps passé et le retour, surtout, il y a cette notion de retour. Retour à la ville et retrouvailles avec un amour perdu dans la première histoire, retour à la campagne et retrouvailles avec la terre où jadis, un amour s'est éteint avec la vie de l'être aimé. Vanoli explore ces tourments de l'âme et du cœur avec une tendresse toute particulière, très intimiste. La première histoire est mâtinée d'une dimension fantastique qui fait la part belle aux émotions, avec un dessin splendide, jouant avec brio sur les ombres, les clairs de jour et les obscurités. La deuxième histoire est plus proche d'un récit de voyage à la fois sombre et léger, où le romantisme flotte partout, depuis les souvenirs du narrateur liés à cette terre jusqu'à la terre elle même, vallonnée et fleurie de l'Italie. Edgar Allan Poe, Maupassant, De Musset, et Stendhal : voilà les noms des grands hommes de lettres auxquels m'a fait penser cette lecture de Vanoli… Une vraie belle grande BD.

27/06/2003 (modifier)

Tome 1 :
"Onirique" est sans conteste le mot approprié pour décrire ce livre. L'ambiance, sombre et assez glauque, n'est cependant pas oppressante, et l'on n'a jamais l'impression d'être perdu dans les rues de cette ville. Étrange et fantastique sans être à mon avis novateur, cet album ne m'a ni accroché ni intéressé.
Tome 2 :
Le charme commence-t-il à agir ? Le sujet (deux histoires d'amour perdu sur fond d'étrange et de fantastique) m'a-t-il plus intéressé ? Commencé-je à mieux "comprendre" Vanoli ? Je ne saurais le dire, mais toujours est-il que ce deuxième tome m'a nettement plus convaincu que le premier. Vanoli est très doué pour créer des ambiances étranges et enveloppantes, très propices à ce genre d'histoire façon conte un peu absurdes un peu bizarres qui si elles peuvent laisser le lecteur sur une sensation d'égarement, d'inachevé un peu déroutante, m'ont vraiment plu.

12/11/2002 (modifier)