Crimson Wolf

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Dans un monde où réalité et cauchemars sont mêlés, Ayame, une jeune fille mystérieuse armée d'un poing américain en argent massif se lie à Yôichi, un lycéen doux comme un agneau...


Kodansha Shogakukan Shonen

Dans un monde où réalité et cauchemars sont mêlés, Ayame, une jeune fille mystérieuse armée d’un poing américain en argent massif se lie à Yôichi, un lycéen doux et craintif comme un agneau… Elle est un chaperon rouge, lui, sa source de pouvoir. Ensemble, ils luttent contre les démons des hommes, tentant de préserver l’humanité de leur mieux. Mais face à ce destin qu’il n’a pas choisi, Yôichi parviendra-t-il à préserver son innocence ? Et qui est réellement Ayame, un loup ou un agneau ? Face à cette nouvelle vie, le jeune homme va vite devoir apprendre à distinguer ses amis de ses ennemis pour percer les mystères de ses nouveaux pouvoirs…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Avril 2014
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Crimson Wolf
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

14/12/2016 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Avis partagé sur ce manga. D’une part, je regrette d’être à nouveau tombé sur une série qui met en avant des scènes de combat aussi violentes que confuses. J’ai trouvé ces combats tirés en longueur, peu clairs et absolument pas passionnants. Ҫa, c’est vraiment le point faible de la série à mes yeux… Enfin, ça et la conclusion finale à laquelle j’avoue n’avoir pas compris grand-chose. Mais il y a aussi du positif dans cette série. Et le principal vecteur d’enthousiasme pour moi est la découverte d’une forme de pensée asiatique. Le folklore, les mythes qui nourrissent ce récit sont fort éloignés de ce à quoi j’ai l’habitude de me frotter. Rien que l’emploi de chaperons rouges bien différents de notre vision de la chose a de quoi déconcerter. La notion d’équilibre des forces est constamment remise en avant et, même si je n’y connais pas grand-chose et que le yin et le yang sont des notions chinoises en non japonaises à la base, je n’ai pas pu m’empêcher de trouver dans ce manga un exemple de l’application au quotidien de cette manière de penser et d’appréhender le monde. Non que ce récit soit philosophique ou intellectuel (on est dans le manga de divertissement tout de même assez bourrin) mais il se dégage de la manière dont ce récit a été pensé un exotisme que j’ai trouvé des plus agréables. Par ailleurs, les personnages sont très caricaturaux mais plutôt sympathiques. Au final, j’ai lu les quatre tomes avec un certain enthousiasme… mais un enthousiasme déclinant quand même au fil des tomes, la faute à ces combats ennuyeux et peu clairs, principalement.

14/12/2016 (modifier)