Shangri-La

Note: 3.46/5
(3.46/5 pour 24 avis)

Ce qu'il reste de l'humanité vit à bord d'une station spatiale dirigée par une multinationale à laquelle est voué un véritable culte


Ankama Anticipation

Ce qu'il reste de l'humanité vit à bord d'une station spatiale dirigée par une multinationale à laquelle est voué un véritable culte Les hommes mettent en place un programme pour coloniser Shangri-la, la région la plus hospitalière de Titan, afin de réécrire la genèse à leur manière. Mais cette opération ne fait l'unanimité parmi les habitants de la station spatiale

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Septembre 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série Shangri-La © Ankama Editions 2016
Les notes
Note: 3.46/5
(3.46/5 pour 24 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

14/09/2016 | herve
Modifier


L'avatar du posteur bamiléké

À la lecture des très bons avis je me suis lancé avec confiance dans ce pavé de 220 pages même si la couverture ne m'engageait pas trop. En effet je ne suis pas trop gourmand des histoires d'espace et de fusées. J'ai bien vite déchanté sur tous les plans. J'ai trouvé le scénario pesant, brouillon, long et indigeste et le graphisme pas du tout à mon goût. En effet à mon avis Bablet utilise le prétexte d'un récit d'anticipation pour régler un certain nombre de griefs avec des thématiques purement fin XXeme ou début XXIème siècle. En vrac on trouve l'addiction à la nouveauté, la dictature du consumérisme, le racisme et la xénophobie, les expérimentations animales ou la surpopulation. Tout cela est encadré dans une atmosphère de dictature des esprits dans un style de Big Brother. Le langage qui supporte le récit fait appel à du vocabulaire scientifico-philosophique (tendance Nietzsche) saupoudré de doctrine révolutionnaire (tendance Che). C'est bien trop compliqué pour moi et au bout de 130 pages j'ai simplement feuilleté le livre en pensant au bois qui avait servi à ce pavé puisqu'il est aussi question d'épuisement des ressources dans le livre. Je place le graphisme au même niveau de mon goût. Je n'ai pas encore pu définir si les habitants (presque tous entre 25 et 40 ans) portaient des masques ou pas. Seuls les chiens ou chats étaient dessinés avec un soin que j'apprécie. Quant aux extérieurs j'ai cru me retrouver dans un centre commercial crasseux ou sur les tapis roulant de la station Montparnasse. Pour des gens qui sont censés maîtriser une technologie de pointe qui envoie des astronautes dans tous les coins de l'univers, je trouve cela assez ringard (comme les studios TV dignes des années 80). De toute façon, ces décors de boîtes de conserves ,qui évitent de se pencher sur une documentation architecturale d'époque, ne me conviennent pas. Je passe mon tour.

09/01/2023 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

J'ai enfin lu Shangri-La, un album dont on m'a beaucoup parlé et plutôt en très bien. Et après l'avoir refermé, le premier mot qui me vient malheureseument est frustration. J'aurais vraiment voulu adorer cet album car il y a beaucoup de bonnes choses dans le scénario. Certes, il y a probablement pleins de trucs déjà vus ici et là, dans d'autres histoires de SF ou d'anticipation. Mais peu importe, parce que ça s'imbrique très bien ici : Des humains (du moins ce qu'il en reste) confinés dans une station spatiale, une société faussement idyllique qui cache en fait une sorte de dictature. La critique de la société de consommation, c'est aussi du déjà vu, mais ce monopole de Tianzhu tv / phone / tab / burgers etc... ça pique notre société juste ce qu'il faut. Bien vus aussi le devenir des chiens et des chats qui sont devenus des animoïdes. Au delà de ce background, il y a surtout pour moi dans ce scénario quelques péripéties excellentes. Bref ça aurait pu (aurait du) être franchement très bien. Sauf que j'ai vraiment bloqué au niveau du dessin, et en particulier des personnages. Un style basique et anguleux, qui donne aux personnages des gueules un peu moches et surtout pas variées du tout. La colorisation des combinaisons avec une palette à 2 couleurs n'aide pas non plus. Résultat des personnages qui se ressemblent trop, tous, et qu'on ne différencie pas. Aïe, que c'est dur. On a parfois du mal à savoir si c'est un homme ou une femme qu'on a sous les yeux, c'est dire. J'arrive en général facilement à me plonger dans une bonne histoire même si je ne suis pas fan du dessin. Mais ici, je ne sais pas qui est qui, ni qui dit quoi, et ça a gâché ma lecture. Je ne compte pas le nombre de retours arrières pour être sur de comprendre ce que je suis en train de lire. Ajoutons à cela certaines bulles écrites vraiment petites où il a fallu m'arracher les yeux pour les déchiffrer. Et enfin quelques séquences pas bien lisibles, notamment dans le chaos général de la dernière partie. Quelques scènes d'une page qui s'intercalent au milieu d'autres sans que je comprenne pourquoi ce passage avec un personnage que je n'identifie pas, vient hacher la scène principale que je suis en train de lire. Vraiment dommageable. Bref un super potentiel niveau scénario, gâché par un manque de lisibilité trop important. Une lecture dont je ressors frustré. 2,5/5

20/08/2022 (modifier)
Par karibou79
Note: 4/5
L'avatar du posteur karibou79

Choix graphique étrange : une mise en image résolument moderne avec des polygones structurant les paysages ou les intérieurs, une colorisation parfaite qui colle aux environnements et des personnages aux gueules étranges. Ils sont effectivement difficiles à différencier mais c'est un choix risqué qui est à saluer et permet à l'auteur de créer sa marque. Le scénario mêle SF, anticipation, critique sociale... avec un bon tempo entre scènes contemplatives ou du quotidien, dialogues et tension. Petit avertissement aux vrais fans de SF et d'anticipation : n'attendez rien de révolutionnaire, c'est finalement plus une transposition du monde actuel dans le monde cloisonné d'une station orbitale. Merci à Ankama qui comme à déjà plusieurs reprises, nous offre un bel album joliment relié à un super rapport qualité-prix et permet à des personnes hésitantes quant au coût (moins que 2 albums traditionnels pour une pagination de 4) de se glisser dans la station.

03/08/2022 (modifier)
Par Josq
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Josq

Difficile de ne pas tomber amoureux de Shangri-La dès qu'on a l'objet en main... Magnifique bande dessinée épaisse (220 pages) au dos relié en toile et à la couverture majestueuse, doté d'un excellent rapport qualité-prix, l'œuvre de Mathieu Bablet hypnotise avant même d'avoir été ouverte. L'impression de grandeur renvoyée par la couverture nous happe déjà. Et quand on l'ouvre, on n'est pas déçus... Chaque page est l'occasion pour Mathieu Bablet de nous offrir des compositions somptueuses, aux décors colossaux, et au trait extrêmement maîtrisé. Et de fait, la patte graphique de l'auteur-dessinateur est sans aucun doute ce qui séduit le plus. On est emportés, entraînés, envoûtés par Bablet et on découvre à sa suite les tenants et les aboutissants d'un monde futuriste aussi terrible que fascinant. Deux maladresses majeures subsistent néanmoins. Comme cela a été dit par la majorité des lecteurs, le dessin des personnages est très douteux. Autant les décors sont d'une rigueur et d'une majesté qui en imposent, autant les personnages sont simplistes, schématiques ; ils se ressemblent tous, ce n'est pas à la hauteur de ce qui les entoure. L'autre maladresse est peut-être plus grave : en voulant s'immiscer (et nous avec) dans les codes de l'anticipation, Bablet tombe dans tous les poncifs où on espère ne pas le voir tomber. On a donc droit à une situation qu'on a déjà vu dans des centaines de récits d'anticipation : humanité réduite à vivre entassée dans des espaces métalliques et restreints, grande organisation surpuissante qui dirige le monde (ou ce qu'il en reste), rébellion qui essaye de s'organiser en secret, (anti ?)-héros qui accomplit sagement sa mission sans en connaître tous les aspects, description au vitriol d'une humanité décérébrée, qui discrimine et martyrise les plus faibles pour mieux asseoir son orgueil... Tout cela n'est pas déplaisant en soi, mais c'est du réchauffé, et Bablet prend le risque de se confronter aux plus grands œuvres de science-fiction qui ont déjà fait tout ça en mieux. Et pourtant... Plus le récit avance, plus on se rend compte que Mathieu Bablet ne fait appel aux poncifs de la SF que pour mieux les détourner. Ainsi, il rebat peu à peu les cartes qu'on croyait avoir en main, et de là, développe une réflexion étonnamment puissante sur l'humanité, sur la frontière entre le Bien et le Mal, et surtout, sur la servitude volontaire. Décrivant une forme de totalitarisme bien moins héritier d'Orwell que d'Huxley (voir son brillant Le Meilleur des mondes), Bablet décrit la pire forme de totalitarisme qui soit, une forme de totalitarisme consenti où la population serait consciente de sa servitude, mais l'accepterait sans problèmes tant que celle-ci servirait son confort individuel. Certains dialogues sont ainsi d'une remarquable intelligence, en refusant d'opposer systématiquement le gentil peuple qui n'a rien demandé et les quelques personnes avides qui le dominent sans aucune empathie. Ici, les choses sont présentées d'une manière bien plus subtile et aussi bien plus noire, car montrer les humains participant à leur propre esclavage est sans doute une des visions les plus noires du futur que l'on puisse imaginer... mais peut-être aussi une des plus réalistes, tant j'ai l'impression, en regardant autour de moi, que nous y sommes parfois déjà ! Ainsi, malgré le simplisme apparent de la première moitié du récit, la deuxième moitié pousse les curseurs beaucoup plus loin, donnant à l'œuvre une portée philosophique, sociale et politique extrêmement captivante, fine et nuancée. Cela occasionne d'ailleurs quelques scènes d'une noirceur assez pénible à supporter (je ne me suis pas encore tout-à-fait remis de la séquence dans l'Arche), mais de ce fait, d'autant plus percutante. A ce titre, la mise en scène de Mathieu Bablet renforce le côté épique de ce space opera, qui ne manque pas de morceaux de bravoure. Que ce soit lors des moments tragiques ou des moments héroïques, le montage des planches, les jeux de couleur (le sang qui gicle lors de la révolte, brisant l'harmonie d'images presque toutes bleues), l'impression de grandeur et de vide accentuent les sensations presque physiques du lecteur, ébahi devant une telle intensité. Certes, la mise en scène est parfois un peu confuse (le combat entre les trois mékas) tout comme la narration (la fin est un peu absconse), mais elle est toujours à la hauteur de la narration : ample et grandiose. Elle nous prend aux tripes pour nous immiscer dans la peau et dans la perception des personnages. Alors certes, Shangri-La possède trop de légers défauts pour être hissée au rang de chef-d'oeuvre, mais elle revêt une telle puissance qu'on peut tout de même y voir une grande œuvre de science-fiction, qui se donne les moyens d'être l'épopée humaine et spatiale qu'elle cherche à être. On n'a plus qu'à attendre qu'un grand réalisateur s'empare de l'affaire pour donner à ce récit l'adaptation qu'il mérite...

11/06/2022 (modifier)
L'avatar du posteur Tomdelapampa

Enfin lu, un album qui prenait la poussière sur ma pile depuis bien trop longtemps. C’est pas sans menus défauts mais j’ai beaucoup aimé. Déjà je me suis pris une claque sur la partie graphique, certaines vues (extérieures comme intérieures) sont magistrales et les couleurs sont vraiment superbes, le dessin fourmille de détail et les planches sont très bien construites. Le tout est très immersif, le physique ou la représentation des différents personnages personnages ne m’a pas gêné outre mesure. Matthieu Bablet possède une patte et un style bien à lui qui n’est pas pour me déplaire. Niveau scénario, c’est un peu plus confus, l’auteur brasse énormément de thématiques, certaines passent mieux que d’autres, il y a quelques maladresses/lourdeurs mais le tout reste compréhensible, et surtout distrayant. L’auteur nous propose un univers sf solide. Une œuvre dense mais fluide malgré les plus de 200 pages, j’ai beaucoup aimé l’introduction et la conclusion. Un chouette album (en plus d’un bel objet). Un auteur à suivre, prochaine étape pour moi « Carbone & Silicium » (également sur ma pile).

18/04/2022 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

J’ai mis du temps à me décider de lire « Shangri-La » et ce pour une seule raison : le dessin des personnages surtout leurs visages que je trouve inexpressifs et trop similaires entre eux quand j’avais feuilleté à la va-vite dans les rayons bd des librairies… Bon, finalement, la présence de « Shangri-La » dans ma bibliothèque préférée m’a convaincu de découvrir cet album. En gros, le scénario est un mélange des tares de notre société de consommation et des problématiques liées à l’épuisement des ressources terrestres transposées dans le futur sur une station spatiale gérée par une multinationale. Jusque-là, ça va, on voit où l’auteur veut en venir… Sauf qu’on a le droit aussi à une critique sur le racisme, big brother, les dérives de la science (Bon dieu, on nage en plein délire !)… Et là, ça commence à devenir de plus en plus complexe… Et ça continue avec les réflexions philosophiques et une révolte… et là, ça devient carrément fouillis ! Je n’ai rien contre le fait de complexiser le scénario et de se coller le plus possible de notre réalité quotidienne dans un univers futuriste mais il faut que le tout soit cohérent et qu’on puisse assimiler toutes ces problématiques sans prise de tête ! Ce qui n’est pas -à mon avis- vraiment le cas pour cette bande dessinée sans parler de cette rébellion dont les motivations me demeurent floues. Malgré tout, l’ensemble m’est apparu tout de même fascinant, il y a des réflexions intéressantes sur cette société parquée dans une station spatiale et les dérives des multinationales. De plus, les décors sont vraiment magnifiques par le soin apporté sur le design futuriste, par sa colorisation qui accentue l’ambiance selon les moments de tension et par la beauté des paysages (A mon avis, ce sont les plus belles planches de l’album). Seuls défauts au niveau du dessin en dehors de la représentation des personnages : les protagonistes ont tendance à « nager » sur les décors extérieurs comme s’ils avaient été collés sur les planches. Moi qui aime les récits de science-fiction, je ne ressors pas vraiment emballé par cette lecture. En effet, « Shangri-La » m’est apparu comme une bd assez confuse à bouquiner. A l’inverse de la belle introduction, l’épilogue m’est restée énigmatique. De plus, même si les décors et la colorisation sont magnifiques, je reste critique sur la représentation très difficile à distinguer des différents personnages qui m’a gêné tout au long du feuilletage de l’album.

03/01/2022 (modifier)
Par Solo
Note: 3/5
L'avatar du posteur Solo

Après avoir beaucoup apprécié le travail de Mathieu Bablet sur Carbone & Silicium, les raisons étaient réunies pour que je lise son précédent travail, Shangri-La. C'est un bel objet, là encore. La couverture m'a attiré au premier coup d'œil. Je feuillette le dessin et, là encore, je valide. Les humains sont moins difformes mais on identifie toujours la patte de l'auteur. La colorisation est vraiment top. J'ai contemplé une fois de plus le paysage galactique. Graphiquement, l'épilogue est encore assez grandiose. Le genre SF semble être le terrain de jeu préféré de Matthieu Bablet. Lieu où il se sentirait le plus à l'aise pour exprimer son point de vue sur la société et son avenir. Le décor futuriste est réaliste, dans le sens où l'intrigue pourrait très bien se dérouler à notre époque. Il n'y aurait alors qu'à changer les costumes et revenir sur Terre. Et c'est le premier défaut que je voulais donner à cette BD : il y a une substitution dans la forme pour offrir une très belle originalité graphique et un cadre a priori nouveau, mais je la réduis à n'être qu'un voile masquant un fond beaucoup moins original. Je trouve les raisonnements comme trop abondants et faciles. Donc globalement, on reste un peu en surface. Reste que certains passages ont plus de profondeur que d'autres et amènent réflexion, comme le monologue de Mister Sunshine sur l'individu et la société collective. C'est inégal mais l'auteur réussit très bien à ne pas tomber dans le discours fumeux ou démago. Et cela grâce au scénario. Avec les différents personnages de l'histoire et le chemin que chacun finit par prendre, on découvre une belle palette de personnalités différentes et des aspirations qui divergent. Quelques moments un peu longuets, mais d'un point de vue scénaristique j'ai encore une fois vraiment apprécié. A lire quand même, c'est clair. Mathieu Bablet fait de belles choses.

29/12/2021 (modifier)
Par fuuhuu
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur fuuhuu

Un récit de sciences fictions et d'anticipations pure et dure qui en vaut le détour. Le premier et principal atout de cette BD est la partie graphique. Chaque planche a été travaillé, les décors sont vraiment très détaillés et favorisent l'immersion. J'ai particulièrement apprécié contempler les séquences en dehors du vaisseau, dans l'espace. Cette BD m'a rappelé à quelque point notre planète bleue est magnifique. En revanche, gros bémol concernant les visages des personnages. Tout comme dans Carbonne et Silicium", je n'y adhère pas. Ils sont difformes et tout le monde se ressemble au point de parfois nous perturber et nous confondre dans le récit. Concernant le scénario, c'est l'histoire d'un groupuscule voulant se rebeller contre le gouvernement en place, qui nous rappelle le fameux "Big Brother" de 1984. Assez classique, mais bien amené, avec plusieurs autres thématiques abordées, qui elles, m'ont de suite fait penser à la série "Black Mirror". Je ne vous en dit pas plus, car mon plaisir dans cet album, a été de tout découvrir sans rien avoir été teasé et cela a grandement contribué à mon plaisir de lecture. Plus d'une fois, je me suis arrêté dans ma lecture pour me poser et méditer sur ce que je lisais, en faisant le parallèle avec notre société actuelle. Un grand chapeau pour l'auteur, dont je ne manquerai plus aucune sortie. 4,5 étoiles MAUPERTUIS, OSE ET RIT !

01/04/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Un récit d'anticipation ambitieux mais qui a fini par devenir une lecture pénible à terminer. Ce n'est pas le genre d'album que j'emprunterais en bibli (si elles avaient rouvert), on me l'a confié, mais je l'ai vite rendu. L'auteur va au-dela des codes de la SF et livre un récit certes intelligent qui donne matière à réflexion, aussi bien sur le futur que sur le monde d'aujourd'hui, mais passé ce constat, j'ai eu beaucoup de mal à m'immerger dans ce type d'univers. Tout ceci sent le déjà vu, des mondes régentés par une sorte de big brother (ici, une multinationale), ce n'est pas nouveau, c'est rempli de nombreuses ficelles déjà éprouvées ailleurs, de même que la critique sociétale sur le consumérisme, le racisme, l'exploitation et l'oppression humaine, ou les dérives de la science, c'est un peu facile et trop appuyé. En plus, se farcir plus de 200 pages d'un tel discours, je n'avais qu'une envie, c'était d'en finir. Bref, c'est pas de la BD où je me sens à l'aise, et j'ai du mal à comprendre les nombreux avis positifs. La partie graphique est formidable sur les décors avec des planches vertigineuses et un souci du détail qui traduisent bien l'atmosphère du récit, mais les personnages gâchent complètement l'ensemble, surtout les visages presque tous identiques, sur des silhouettes trop raides, c'est vraiment pas joli. Un album trop long, trop lourd dans son ton trop moralisateur et ses dialogues, l'histoire est parfois confuse et boursouflée, et la lecture d'une traite est fatigante car il n'y a ni chapitres ni repères, alors que ça aurait pu se décomposer en 3 ou 4 albums, sans compter qu'on s'y perd dans les personnages vu qu'ils ont tous les mêmes tronches.

23/02/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Guillaume.M

Avant de parler du fond, je vous propose d'aborder la forme. Comme souvent avec Ankama Éditions, la qualité de l'album est remarquable. La couverture partiellement toilée est une invitation à la découverte et le papier bien épais est agréable au toucher. Les autres éditeurs du marché, en particulier les plus solides économiquement, devraient en prendre de la graine... L'apparence étant au rendez-vous, reste à savoir si la beauté intérieure est à la hauteur. Graphiquement la mission est remplie, haut la main. Les planches sont parfois complexes, parfois épurées, mais toujours dans la cible. Le confinement et la promiscuité de la station orbitale sont aussi bien illustrés que l'immensité et le vide spatiaux. La mise en couleur est formidable et très variée, en fonction des environnements et scènes dessinés. Je serai beaucoup plus réservé sur le choix artistique des visages des différents protagonistes, dont l'esthétisme est discutable et rend souvent l'identification des personnages difficile. Mais ce bémol ne doit pas gâcher la qualité du reste de l'œuvre. « Shangri-La » est un récit de science-fiction et d'anticipation. S'il ne révolutionne pas le genre, il est solide et apporte quelques développements originaux. J'ai particulièrement apprécié la nuance dans le manichéisme, chaque partie à cette histoire ayant des parts d'ombre et de lumière : Tianzhu Enterprises, multinationale omniprésente, omnipotente et omnisciente mais garante dans une certaine mesure de la paix sociale et de la survie humaine, la rébellion ayant une vision louable mais qui ne tend finalement qu'à remplacer l'ordre établi, Scott, fermé et rigide, qui s'éveille petit à petit à la vérité, l'accès de rage de John le gentil animoïde, la radicalisation d'Aïcha pour une cause juste, la posture de la communauté scientifique en charge du projet "Homo Stellaris". Ces nuances apportent une grande profondeur à l'histoire et interpellent le lecteur, l'amenant à se positionner à chaque avancée du scénario. Le futur décrit est lointain, mais ne vous y trompez pas. Il est le reflet troublant de notre société actuelle : effets de masse, manipulation de l'opinion publique, société de consommation qui détermine les besoins à la place de l'humain, mondialisation, vrai pouvoir entre les mains des multinationales, activisme d'une minorité de la population désirant un retour aux vraies valeurs, course effrénée vers le "progès" etc. Au passage, Apple en prend pour son grade. Durant toute la lecture, je n'ai pu m'empêcher de penser au magnifique film d'animation « Wall-E » des studios Pixar, en particulier le passage à bord du vaisseau. Avec une introduction qui prend tout son sens à la fin de l'album et une conclusion apaisée et en partie ironique (symbole dans la grotte) après un climax cataclysmique, il ne manque peut-être à ce one shot qu'une seule chose : des personnages plus charismatiques et attachants. À découvrir sans plus tarder ! Note réelle : 4.25/5

31/03/2020 (modifier)