Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Sara (Chucrut (Espagne))

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Sara est le premier roman graphique d’une auteure espagnole, Anapurna (de son vrai nom Ana Sainz), récompensé par le Prix Fnac Salamandra en 2015.


Allemagne Auteurs espagnols Bichromie Cà et Là

Dans ce récit, une jeune artiste, Sara, quitte l’Espagne pour suivre une formation dans un atelier de gravure à Karlsruhe en Allemagne, alors que son père vient tout juste de décéder. Elle débarque dans ce pays inconnu, maîtrisant très mal la langue. Encore sous le choc de la mort de son père, Sara n’est pas rassurée par son nouvel environnement. Elle vit chez Greta, une vieille allemande très douce mais un peu mystérieuse. La nuit, Sara entend des bruits inquiétant en provenance du sous-sol de la maison. Elle en vient à se demander si Greta n’est pas une dangereuse maniaque... Partiellement inspiré d’événements arrivés à l’auteur (le décès de son père et un séjour en Allemagne dans le cadre de ses études artistiques), Sara est un récit sur la frontière parfois ténue entre la raison et la folie, qui traite de la paranoïa, la perte d’un être cher et tragédie historique. Au diapason des pensées du personnage principal, les fines hachures du dessin remplissent tout l’espace des cases, contribuant à créer un climat étouffant et oppressant et la bichromie par petites touches contraste avec la noirceur des fantasmes de Sara et ses démons personnels. Un premier ouvrage remarquablement maîtrisé. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Juin 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Sara
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

18/07/2016 | Alix
Modifier


Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

« Sara » est un album partiellement autobiographique, inspiré du séjour de l’auteur en Allemagne. La trame typiquement « roman graphique » aurait pu être ordinaire et déjà vue, mais cette logeuse étrange ajoute un côté intriguant et inquiétant à l’histoire, et la fin est assez bien vue, sans être révolutionnaire. Le thème du deuil de son père aurait pu ajouter du poids au propos, mais il est finalement assez peu exploité. Le dessin est joli, même si je regrette la simplicité des décors, qui ne font pas vraiment visiter l’Allemagne. Un roman graphique sympathique, prenant, mais pas vraiment inoubliable. A réserver aux amateurs du genre.

18/07/2016 (modifier)