Sheltered - Un récit pré-apocalyptique (Sheltered - A pre-apocalyptic tale)

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Massacre chez les survivalistes…


Apocalypse et fin du monde Coupés du monde... Image Comics

Les hommes et les femmes du Refuge se sont préparés à tous les scénarios de fin du monde possibles depuis des années. Pourtant, leurs bunkers, leurs armes et tout leur entraînement ne peuvent pas les sauver de la seule menace qu'ils n'auraient jamais pu anticiper : leurs propres enfants. Quatrième de couverture Mais si les chiens ne font pas des chats, rien ne prouve que la progéniture des survivalistes soit vraiment apte à la survie !

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Avril 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Sheltered - Un récit pré-apocalyptique
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

11/05/2016 | Eric2Vzoul
Modifier


Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Amis survivalistes, bonjour! Ah la joyeuse bandes de barjots, de dégénérés du bulbe, de bas du plafond, de l'endoctriné moyen. Cette BD nous propose un festival d'attardés qui s'ils n'étaient pas si dangereux prêteraient à rire. Car oui hélas mille fois hélas comme pour d'autres doctrines l'on s'aperçoit bien souvent que si elles sont assénées avec suffisamment de vigueur elles provoquent d'innombrables dégâts, d'abord chez ceux à qui on les professe mais malheureusement aussi chez les autres qui ont le malheur de ne pas adhérer à ces préceptes souvent décrits comme merveilleux. Je ne vous ferais pas l'injure d'un listing de toutes les idées en question donc revenons à nos moutons. Nos survivalistes sont ici persuadés qu'un volcan va bientôt leur péter à la tronche et ils se préparent donc en catimini à s'enterrer dans des bunkers. Las, leurs jeunes enfants avec à leur tête le charismatique Lucas décident de buter leurs parents ça fera plus de bouffe et moins de bouches à nourrir. Passé ce postulat ne reste dons plus que les mômes et c'est là que notre histoire tourne genre malin, car de fait nos chères tête blonde en viennent rapidement à s'opposer et se foutent sur la tronche façon sévère genre un peu Walking Dead. Alors quoi un nouveau "Sa majesté des mouches" en version comic, non certes mais la dégradation des rapports humains est bien vue le scénario tient ses promesses il est haletant et l'on n'attend qu'une chose voir comment tout ce petit monde va s'en sortir. Le dessin est typique des comics mais sans les effets un peu grandiloquents que le genre nous propose parfois, voila une Bd qui vous permettra de voir vos enfants d'une manière différente pour peu que vous ayez plus d'un paquet de cacahuètes ou de chocapics dans votre placard, méfiez vous également si votre bidon d'essence pour la tondeuse dépasse les 50 litres. Franchement avez vous besoin d'autant ? Un franchement bien donc pour ce Waco survivaliste dont la lecture que je n'ai pas lâché laisse un goût amer concernant les belles doctrines de tous poils que l'on nous propose.

23/10/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Je suis toujours choqué quand on part du principe qu’il faut absolument tuer d’autres êtres humains en sacrifice pour sauver sa peau. Des enfants décident de tuer leurs parents bien aimés pour survivre à un cataclysme qui n’a pas encore eu lieu. Il est vrai qu’ils ont été élevés des années durant dans la secte du survivalisme. Bref, le constat de départ part sur une idée terrorisante que visiblement certains enfants ont bien assimilée. Le problème est que je n’y crois pas une seconde. Le dessin est quelconque et ne brille pas par sa justesse et sa beauté. Fort heureusement, les personnages sont distinguables ce qui n’est jamais gagné d’avance. Les décors sont par contre assez absents. Pour le reste, la lecture se suit au rythme des différentes actions venant perturber les plans du jeune meneur. Il y a suffisamment de tension pour tenir le lecteur en haleine. Mais bon, la conviction n’y est pas.

30/06/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Eric2Vzoul

Bienvenue chez les tarés ! Il n'y a que les États-Unis pour donner naissance à ce genre de malades pittoresques. Un groupe de “survivalistes” s'est retiré loin de la civilisation et des hommes afin d'attendre la fin du monde. Ils sont persuadés qu'elle est imminente ; ils en observent les prémices en attendant : crise économique, changements climatiques, pandémies, bug de l'an 2000, tensions sociales, guerre nucléaire, météorites scélérates ou supervolcans… Peu importe quelle sera la cause de l'apocalypse, l'humanité va bientôt être décimée, ils n'ont aucun doute là-dessus. Alors, ils se préparent pour le grand soir et se donnent les moyens de survivre le temps que la planète redevienne habitable. Derrière leurs barbelés, sous leur campement de mobil-homes, ils ont creusé des abris-bunkers où ils entassent de la nourriture, du matériel et des armes, beaucoup d'armes. Mélange d'anarchisme libertarien et de fascisme eschatologique, leur doctrine paranoïaque les amène à fuir la société et à craindre tout ce qui vit à l'extérieur. Un jour, sans prévenir, leurs enfants les exécutent, non pour se libérer de leur influence malsaine et rejoindre le monde normal, mais pour s'enfoncer plus avant dans leur délire… Bien sûr, tout se met à dérailler. Les auteurs construisent un implacable thriller autour de l'histoire de ces adolescents pulsionnels, déchirés entre crainte, remords et espoirs. C'est brutal, saignant, immoral et assez désespérant, et j'ai dévoré d'une traite les quinze chapitres de ce gros thriller. Les personnages a priori haïssables dévoilent des caractères tourmentés et complexes que le scénario met en valeur par petites touches très efficaces. On en viendrait presque à les plaindre par moments… Le dessin est nerveux et sort de la production standardisée des auteurs de comics. Je n'aime pas trop la manière dont Christmas dessine les visages et il n'est pas simple de distinguer les nombreux personnages au début, mais heureusement, leur nombre se restreint assez vite… Huis-clos étouffant, course poursuite dans les immensités enneigées, thriller rural, peinture sociale, Sheltered est un récit qui s'inspire du meilleur du cinéma hollywoodien. Les clins d'œil à Quentin Tarantino, aux frères Coen ou à Michael Cimino abondent. Ce one-shot dense fait honneur au thriller tout en dévoilant un pan peu reluisant de la culture nord-américaine.

11/05/2016 (modifier)