Ikkyu

Note: 3.8/5
(3.8/5 pour 10 avis)

"Ikkyu" raconte sous forme romancée la vie d'un moine bouddhiste japonais du XIVème et XVème siècles. Fils bâtard de l'empereur Gokomatsu et d'une concubine.


1300 - 1453 : Moyen Âge et Guerre de Cent ans Biographies Bouddhisme Kodansha Le Japon historique Le meilleur du Manga Les meilleurs mangas courts Manga : 1996/97, l'explosion Seinen Spiritualité et religion Vents d'Ouest

Ceux qui aiment les mangas vont être ravis. Et ceux qui n'aiment pas les mangas vont être également ravis. ... A moins que tout le monde déteste... "Ikkyu" raconte sous forme romancée la vie d'un moine bouddhiste japonais du XIVème et XVème siècles. Fils bâtard de l'empereur Gokomatsu et d'une concubine. Sa mère doit fuir. Ils vivent isolés jusqu'aux six ans de l'enfant. Il est alors envoyé dans un monastère zen. La vie y est dure, très dure, mais l'enfant découvre le bouddhisme. Il y grandira, en taille, en intelligence et en sagesse. Pendant ce temps, le Japon souffre : les querelles incessantes entre puissants parsèment le pays de guerres, révoltes, famines et épidémies sont nombreuses.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 1996
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Ikkyu
Les notes (10)
Cliquez pour lire les avis

25/10/2002 | ThePatrick
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un peu déçu par ce manga parce qu'au vu de certaines notes je pensais que j'allais lire une biographie aussi passionnante que la biographie de Bouddha par Tezuka. On suit donc Ikkyu, un moine atypique. Et s'il est un personnage un peu intéressant, je ne comprenais pas par moments son comportement, mais ça doit être parce que je suis un occidental qui ne connait pas trop la philosophie du bouddhisme. C'est un manga un peu exigeant vu qu'on a plein de références historiques du Japon de cette époque et qu'il s'en passe des choses à cette époque ! Personnellement, je n'ai jamais été réellement perdu dans le scénario, mais je ne l'ai pas trouvé captivant. Non, en fait, j'aimais bien au début, mais vers la fin je commençais à m'ennuyer un peu. Il y a des passages intéressants, mais globalement il manque quelque chose pour que je rentre complètement dans le scénario et que je le trouve exceptionnel. Je n'ai rien à dire contre le dessin qui est très beau et en plus j'ai lu l'édition parue chez Vent d'Ouest qui est très grande (et aussi un peu trop lourde à mon goût) et qui m'a permis de bien admirer le travail de l'auteur.

18/09/2018 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Ikkyu est l'exemple type de la BD qu'il est difficile de noter ou de commenter. Mais j'essayerais quand même, ne serait-ce que pour vous donner envie de la lire. Cette BD est riche et dense, attention à l'indigestion avant la lecture. Car c'est à la fois une biographie (romancée), un aperçu historique du Japon et une considération sur le bouddhisme (enfin, certaines de ses formes). Le tout dans l'histoire de Ikkyu, le moine étrange. Si je vous conseille cette BD, c'est surtout pour ce qu'elle dégage. Au fur et à mesure des tomes le personnage de Ikkyu se dessine, sa façon d'être change et le personnage se construit une façon de penser. Et c'est fascinant. Déjà par le personnage qu'il fut, atypique et peu banal, mais également par le cheminement qu'il connu. Un moine subversif, qui a étonné autant que fasciné, et qui continue aujourd'hui. C'est une personnalité marquante, du genre qu'on aurait envie de rencontrer en vrai pour échanger un peu, sur tout et sur rien. Le manga est servi par un dessin de qualité, qui apporte une sacré précision dans les personnages et dans les décors. Mais surtout, il est accompagné par un sacré florilège de précisions historiques. Et là, c'est la partie qui fâche. Parce que je l'avoue, j'ai calé. A un moment, je ne savais plus me repérer entre les personnages (surtout que je connais mal l'organisation politique de cette période), et les différents mouvements qui existaient. Je n'ai pas toujours suivi tout ce que le pays traversait, mais j'ai compris plus ou moins l'impact de chaque évènement sur Ikkyu, et la façon dont il changea progressivement son point de vue. Sans trop en dire, je concède que ce manga n'est pas facile de lecture et que l'accessibilité laisse parfois à désirer. On est sur quelque chose d'indigeste, long et dense en références (faut notamment s'accrocher pour les termes techniques), mais en faisant l'effort de rester, on découvre une vie étonnante d'un moine surprenant. Il y a quelque chose chez ce Ikkyu qui nous touche à travers les pages. On sent que l'auteur est attaché au moine et tente de nous en représenter toute la complexité et toute l'ambiguité. Il n'est pas facile à cerner, mais pour autant il semble être de ces personnages sympathiques, agréables et qui comportent ce petit rien d'humanité qui nous fait l'adorer. Une BD riche, très riche, qui mérite qu'on s'y attarde et qui nécessitera sans doute plusieurs relectures. Mais qui apporte quelque chose, comme une inspiration ou une envie de savourer la vie. C'est étrange, fort et beau.

22/11/2017 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai lu cette série sous l'édition Vent D'Ouest, plus chère et avec plus de tomes que l'ancienne édition Glénat, mais j'ai trouvé les albums de belle qualité physique : ce sont de beaux gros albums bien solides, peut-être un peu trop grands pour être très pratiques à lire. Ceci dit, je n'ai pas véritablement été charmé par ce manga. Pour les bons points, je trouve le dessin sympa. La plupart des planches sont assez esthétiques, avec certaines cases très jolies et d'autres encore très travaillées. Seuls les personnages pêchent un peu car je ne les trouve pas vraiment réussis graphiquement. Mais globalement, c'est une belle BD. Par contre, je dois avouer m'être largement ennuyé à la lecture. Un peu comme pour Kaze no sho, Au Temps de Botchan et autres séries historiques portant avec sérieux sur le Japon, j'étais noyé sous les références, les lieux et les noms difficiles à retenir, faciles à confondre et ne me permettant pas de bien me situer dans le contexte historique. La narration est relativement bonne quoique quelques ellipses ne m'ont pas trop aidé à entrer dans l'histoire. Il y a aussi un peu d'humour même si je n'y ai guère été sensible. Mais l'histoire en elle-même ne m'a vraiment pas captivé même si elle n'est pas inintéressante. En gros, c'est une belle BD à même de satisfaire les amateurs d'histoire du Japon et de la religion bouddhiste, mais qui n'a pas réussi à captiver quelqu'un comme moi, qui ne s'y intéressait pas plus que ça.

10/10/2005 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Quelles sont les qualités qu'on donne à ce manga ? La tranquilité, le zen qui se dégage de par la philosophie du moine Ikkyu. Oui, je suis d'accord mais c'est chiant. C'est lent, et si en plus vous comprenez peu de choses au japonais dont certains termes ne sont pas expliqués, et que vous savez vaguement ce qu'est le bouddhisme, l'intérêt est faible. Après 2 tomes j'ai vaguement réussi à être intéressé par la vie de ce moine dont les principes de vie vont à l'encontre de tout, et puis non en fait c'est retombé. En plus Ikkyu sort ses belles phrases sybillines qui peuvent finir par énerver. Du côté du dessin, j'accroche moyen c'est pas plus beau que ça, il fait trop dessin en 3 coups de crayon sans décor. Dans l'ensemble j'ai été assez déçu de cette lecture.

23/02/2005 (modifier)
Par Wemmil
Note: 4/5

Ikkyu est vraiment un chef d'oeuvre... La tranquillité et la sagesse de ce manga sont impressionnants. D'abord par l'évolution du personnage, que l'on retrouve de sa petite enfance jusqu'à sa grande vieillesse, et puis, par la spiritualité, le calme, la paisibilité qui s'en ressort de certains passages ; le dialogue qu'Ikkyu entreprend avec lui-même, les métaphores de ses différents interlocuteurs, ses monologues terriblement stylées ; l'obstination d'Ikkyu pour arriver à ses fins, la crudité de ses aventures sentimentales, le dévouement qu'il prête à sa mère et au voeu qu'elle a fait pour qu'il devienne un bonze estimé... Ce manga est vraiment touchant. Les graphismes, desquels se dégage la tendresse ardue d'"Ikkyu", sont beaux, fins, surtout sur les éditions petits formats (les grands vulgarisent un peu les traits délicats de l'auteur d'après moi). Dramatiques, ils embrassent l'oeil comme une belle fleur, et je ne peux qu'être en extase de cette oeuvre complexe et centrée sur la réflexion et la méditation... Je la conseille vivement aux fins d'esprits qui aiment penser. Il faut vraiment suivre pour comprendre ce manga (ça m'a un peu échappé, j'avoue) mais il est vraiment sublime, pur, serein.

29/01/2005 (modifier)
Par okilebo
Note: 4/5

Ce manga est tout à fait particulier. L'auteur nous décline sa vision du bouddhisme à travers le parcours initiatique d'un homme : Ikkyu. Celui-ci est, paraît-il, encore vénéré, de nos jours, au Japon. Hisashi Sakaguchi nous dévoile donc une facette peu connue du Japon médiéval. Dans une période assez sombre qui est régulièrement le théâtre de guerres, de catastrophes naturelles et d'épidémies, l'auteur nous raconte la vie de cet homme plutôt singulier qui, dès son plus jeune âge, consacra sa vie à Bouddha. A travers les nombreuses pages de ce manga (1200 pages), nous découvrons son parcours fascinant. Toute sa vie, il se battra contre cette vision du bouddhisme où les prêtres s'isolent volontairement dans leurs temples somptueux, ignorant ainsi la pauvreté du peuple. Grâce à son idéologie, Ikkyu sera parfois considéré comme un demi-dieu par le peuple et comme un renégat pour ses confrères. Etant donné l'aspect social de l'époque c'est assez compréhensif. Le ton est très efficace et l'humour y est très présent. Pourtant, il faut avouer que certains passages sont assez confus . Par exemple, les scènes où l'on voit les différents chefs historiques. Ceux-ci sont représentés avec des masques théâtraux. Je vous avoue que cela m'a assez déconcerté mais je suppose qu'une connaissance pointue de la culture japonaise est nécessaire pour pouvoir faire une relation cohérente avec l'idée de base du récit. Malgré cela , j'ai beaucoup apprécié cette histoire et ce anti-héros est vraiment très attachant. Le dessin de Sakaguchi est très agréable. Ce qui m'a frappé c'est que l'auteur développe deux styles totalement différents. Le premier nous montre un trait adulte qu'il utilise pour représenter les chef religieux, l'empereur et certaines scènes dramatiques. L'autre technique est plus caricaturale . Celle-ci est employée pour les scènes humoristiques. Ce mélange subtile nous donne un résultat très convaincant. Il est clair qu'après avoir lu ce manga, on a vraiment l'impression d'avoir enrichi notre vocabulaire ainsi que notre connaissance de ce pays. C'est avec beaucoup de plaisir que l'on partage toutes les étapes de la vie d'Ikkyu. Ici, tous les ingrédients sont réunis pour faire une série de qualité et c'est réussi. Il est évident que je conseille l'achat de cette saga. C'est à savourer sans modération !

14/05/2004 (modifier)

On m'avait décrit l'oeuvre comme "un monument du manga", quelque chose de bien au-dessus du reste. Donc je note sur ma (longue) liste de course, curieux. Puis voilà-t-il pas que ces 4 gros et superbes volumes se décident à me tomber dans les mains en occasion. Bonjour madame, j'embarque tout ça, merci de m'avoir souffler l'idée Laotzi, et bonne lecture. Bon, en bref : ça y est. Je l'ai trouvé. ll existe. Je me demandais si je pourrais mettre un jour un manga sur le même plan que "Quartier Lointain". Et bien que très différent, "Ikkyu" se révèle être du même accabit. Une oeuvre très forte, à la profondeur abyssale, universelle, et dont on ne ressort pas indemme. Très loin de la simple distraction. Début du volume 1, bien sympathique, une ressemblance avec les traits de Otomo dans les visages et les ombrages qui me semble assez frappante, puis plus loin avec la façon de traiter les décors de Samura, mais ce qui m'a le plus déstabilisé, c'est cette exposition des faits historiques. Ce n'est pas une simple contextualisation à laquelle nous avons droit, mais un véritable chronique des règnes impériaux, batailles... et cela ne m'a pas trop charmé, comment l'exprimer ? Puis Ikkyu entre au monastère, et ça y est, la machine est en marche. Que se passe-t-il par la suite ? On dévore l'ensemble. Les passages "historiques" (grosse surprise, Ikkyu est un personnage qui a existé, je l'ai appris au volume 2) s'insèrent parfaitement dans les moments de vie d'Ikkyu, sa quête, et font bien plus que contextualiser le récit. Ils ancrent celui-ci dans le réel, et jamais une leçon d'histoire n'aura été menée avec autant de brio. Déjà, par le rôle d'instauration du suspense que ces passages occupent (qu'arrive-t-il à Ikkyu pendant ce temps là ?), ils nous donnent à voir bien plus que des manoeuvres politiques, des batailles absurdes et sanglantes, ils nous montrent comment vivait un peuple (ou plutôt survivait, voire mourait), et la dimension historique est d'autant plus pertinente qu'elle démontre très habilement le décalage avec l'opulence des monastères corrompus, et le désarroi du peuple. Mais bien évidemment, la plus grande richesse de l'oeuvre reside dans la chronique de la vie d'Ikkyu, et sa façon d'être et d'agir par rapport à son environnement si bien ancré et auquel il n'est pas étranger, jusque dans les plus hautes sphères, mais dont il ignore les plus tenaces des conventions. La quête, les actes, les leçons, tout, l'ensemble, au-delà des manoeuvres politiques, de la souffrance d'une population néantisée, est une démonstration d'humanité et de liberté absolue, dans laquelle je me suis retrouvé à un point tel que je ne peux le décrire. Un bijou, un joyau, qui dépasse de bien loin la sphère de la bande dessinée. Chronique d'une époque, chronique d'une vie (mais en fait ce sont des dizaines d'existences que nous suivons). "Un monument de la bande dessinée" serait plus juste. Ce n'est pas la peine que je m'épuise en superlatifs, c'est incomparable. D'une maturité étonnante. Une perle. Je devrais en faire abstraction pour évoquer mes autres lectures, mais peut-on encore ici parler de "lecture" ? :) - On ne sent même plus l'odeur de la mort... - La vie est-elle là pour nous faire rêver ? - Non, non... elle est là pour nous faire vivre.

26/03/2004 (modifier)
Par Garath
Note: 3/5

Dur dur de donner un avis sur "Ikkyu". D'une part, les dessins sont vraiment bien faits : - la précision du trait est indéniable (le noir et blanc le rehaussant) - alternance de sérieux et d'humoristique dans le graphisme D'autre part, le scénario est (par moment) assez hermétique : - profusion de noms japonais (pas toujours faciles à retenir) - certains passages sont vraiment durs à comprendre ("mysticisme" boudhique et oriental oblige) - précisions historiques nécessitant un minimum d'intérêt/connaissance pour le domaine Pour l'instant, je n'ai lu que 2 tomes, mais je compte acheter les deux derniers (le deuxième m'ayant laissé une meilleure impression que le premier).

03/11/2003 (modifier)
Par miya
Note: 5/5

Difficile de donner mon avis sur Ikkyu, ma note exacte serait 3,5/5. Je n'ai lu pour l’instant que les deux premiers tomes. Et je dois dire que ma lecture a été inégale passant par des séquences fortes à d'autres plus laborieuses. Néanmoins il en ressort un vrai plaisir de lecture, un sentiment de qualité (scénario, dessins, éléments historiques), et une véritable envie de lire les tomes suivants. Mais je pense que j'attendrai le moment opportun pour compléter ma série d'Ikkyu. ----------------------------------------------------------------------- L’arrêt de la série en petit format chez Glénat m’a poussé à acquérir les deux derniers tomes. Pourtant je n’avais pas prévu dans l’immédiat de finir la lecture d’Ikkyu. J’avoue que j’ai eu du mal avec les deux premiers tomes. Ma lecture a été assez inégale passant par des séquences fortes à d'autres plus laborieuses. Néanmoins il en est ressorti un sentiment de qualité (scénario, dessins, éléments historiques) mais aussi l’impression de n’être pas rentré entièrement dans cette œuvre. Après quelques péripéties pour trouver le tome 3 chez Glénat, j’entreprends avec appréhension la suite d’IKKYU. Et la, deuxième aveu, j’ai pris un plaisir fou pour pas dire énorme avec ces deux derniers tomes. Alors que ce est-il passé ? C’est difficile à dire. Les deux derniers tomes seraient-ils meilleur ? Non je ne le crois pas. Ikkyu est une série dense à laquelle il faut accorder du temps pour en saisir toutes les nuances. Moi il m’a fallu deux tomes pour en apprécier toute la richesse. La vie d’Ikkyu nous est racontée à travers son apprentissage et sa vision du bouddhisme, les changements incessants de la vie sociale et politique du japon et le théâtre Nô. Comprendre les interactions entre ces trois angles du récit m’a aussi pris du temps. Par moment ces passages m’ont paru obscurs, sans grande signification pour l’histoire. Mais une fois intégrées dans ma lecture ils m’ont révélé le sens profond du récit qu’a mis en place Sakaguchi. Le dessin est un régal, toujours juste et maîtrisé sans effet de style. L’évolution graphique d’Ikkyu à travers son éveil spirituel et le temps est remarquable. Le travail graphique de Sakaguchi soutient avec force et discrétion le récit et je me répète la justesse du dessin est un plaisir. Sakaguchi nous livre une fresque remarquable mêlant humblement philosophie, histoire et humour. Je suis très heureux d’avoir fini la lecture d’Ikkyu. Je peux vous faire un troisième aveu ? Je ne suis pas loin de penser que c’est un chef d’œuvre, une deuxième lecture le dira peut-être !

09/06/2003 (modifier)

J'ai choisi cette série pour mon 300ème avis, car elle représente quelque chose de tout à fait exceptionnel. Hisashi Sakaguchi avait déjà fait Fleur de Pierre, un manga de 9 tomes (dont 3 traduits...) sur la deuxième guerre mondiale en Yougoslavie. Le sujet en soi était déjà impressionnant, la façon de le traiter également. Changement de lieu et d'époque : le Japon médieval, ses rivalités, ses guerres, et... le bouddhisme. Cette oeuvre est exceptionnelle de par sa documentation : les références historiques sont très abondantes, la filiation des shoguns décrite en détail, le souci historique certain, jusque dans la vie quotidienne du petit peuple. Exceptionnelle également par son sujet : des bandes dessinées sur le bouddhisme, on ne peut pas dire que ça abonde. De plus il s'agit là d'une fresque s'étendant sur toute une vie, ce qui permet de traiter presque un siècle d'histoire. Exceptionnelle encore par son graphisme : Sakaguchi témoigne d'une maîtrise impressionnante de son style. Le dessin sait se faire humoristique ou épique en l'espace de quelques cases. Les scènes de combat en particulier sont parfois véritablement impressionnantes. Exceptionnelle aussi par son scénario : on mélange ici la vie d'Ikkyu à proprement parler, son cheminement sur la voie de la sagesse, ses états d'âme, ses découvertes de concepts zen (illustrés très allégoriquement), mais aussi la naissance du théâtre Nô, les querelles intestines du Japon, la vie du peuple de l'époque, et bien d'autres choses encore. En toute honnêteté, la lecture de ce manga est difficile, et je dois confesser n'en avoir compris qu'une partie. "Ikkyu" est en effet un récit dense, bourré de références que l'occidental qui n'a pas étudié l'histoire japonaise ne connaît pas, de surcroît non linéaire, et illustrant des concepts parfois abscons. Il ne peut que demander plusieurs lectures afin de commencer à le comprendre. Dans tous les cas, il s'agit là d'un travail énorme (1200 pages) et qui vaut certainement le détour !

25/10/2002 (modifier)